•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un été fait de grands travaux et de transports collectifs à Montréal

Un panneau d'affichage annonçant le pont-tunnel.

D'abord prévus pour 2020, les travaux de réfection du pont-tunnel Louis-Hippolyte-La Fontaine seront lancés cet été.

Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

Mobilité Montréal invite les habitants de la grande région métropolitaine à se tourner de nouveau vers le transport collectif, largement délaissé en raison de la pandémie, à mesure que les restrictions sanitaires sont levées. Cet incitatif s'inscrit aussi dans le lancement des travaux d'entretien du pont-tunnel Louis-Hippolyte-La Fontaine, qui auront un impact majeur sur la circulation.

Lors d'une séance d'information tenue mardi avant-midi, l'organisme Mobilité Montréal, rattaché au ministère des Transports, et la Ville de Montréal ont confirmé le lancement de la réfection de l'ouvrage vieux d'un demi-siècle.

Ces travaux, d'abord prévus pour l'été 2020, avaient été reportés en raison de la pandémie. Cette fois, cependant, les automobilistes peuvent s'attendre à des perturbations et à des fermetures de voies.

La première phase des travaux, a précisé Sarah Bensadoun, porte-parole du ministère des Transports, se déroulera cette année avec la mise en place de mesures d'atténuation, soit des voies réservées pour l'autobus et le covoiturage dans l'axe des autoroutes 20 et 25.

Des stationnements incitatifs seront également construits ou agrandis à Boucherville et Beloeil, en plus de la construction de cinq nouveaux quais pour autobus à la station de métro Radisson, dans l'est de Montréal. Cinq nouvelles lignes d'autobus relieront d'ailleurs cette station située sur la ligne verte à autant de stationnements incitatifs sur la Rive-Sud.

À mesure que les travaux – prévus jusqu'en 2024 – progresseront, il faudra tenir compte d'une dizaine de fermetures complètes, en alternance, des voies de circulation sous le fleuve Saint-Laurent, après des entraves partielles de nuit et de fin de semaine.

Réduire les impacts

Sur l'île de Montréal comme telle, la Ville souhaite d'ailleurs poursuivre sa stratégie d'amoindrissement des impacts des chantiers sur la circulation automobile, y compris en multipliant ces fermetures partielles et en permettant la pleine utilisation des voies à l'heure de pointe.

Comme l'a rappelé Philippe Sabourin, porte-parole de l'administration municipale, Montréal avait déjà annoncé, en septembre dernier, que le tiers des chantiers prévus seraient reportés, justement pour réduire l'effet des entraves et de la construction sur la fluidité.

Cette année encore, a-t-il expliqué, la Ville a prévu 50 axes routiers qui viseront à faciliter les déplacements. On ne garantit pas qu'il n'y aura pas de travaux (notamment lors de réparations d'urgence pour des bris, NDLR), mais s'il y en a, on aura des gens sur le terrain pour veiller au grain, a déclaré M. Sabourin.

Parmi ces 50 axes routiers, on comptera notamment les artères principales que sont Sherbrooke, René-Lévesque, Marcel-Laurin, ou encore Papineau.

Toujours dans une perspective de réduction de l'impact des travaux, le stationnement demeurera gratuit dans l'arrondissement de Ville-Marie (et donc au centre-ville) durant tous les week-ends, et ce, jusqu'à la fête du Travail, a fait savoir M. Sabourin.

Ce dernier n'a pas manqué l'occasion de rappeler que le centre-ville était facilement joignable en transport en commun, que ce soit en autobus ou en métro.

Quelle perspective à long terme?

Autant Mme Bensadoun que M. Sabourin ont voulu se montrer rassurants sur l'ampleur des chantiers en cours. Ainsi, plusieurs grands travaux déjà en cours prendront fin cet été ou cet automne, notamment le parachèvement de l'échangeur Turcot, ou encore certaines des étapes de la réfection de l'autoroute 13, y compris autour du croisement avec l'autoroute 40.

Et sur un horizon de cinq ans, malgré les besoins de réparations et d'entretien d'un réseau routier dont les segments ont été construits largement à la même époque – et qui parviennent donc à la fin de leur vie utile à un moment similaire –, les deux porte-parole affirment que plusieurs grands chantiers auront été terminés et que la pression sur le réseau routier montréalais sera donc largement réduite.

La construction du nouvel échangeur Turcot, la rénovation du pont-tunnel, les travaux sur le pont Champlain, ou encore l'aménagement du service rapide par bus sur Pie-IX (en plus du remplacement des infrastructures souterraines sous ce boulevard) : tout cela sera chose du passé d'ici cinq ans, a-t-on souligné.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !