•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

De nouvelles recharges de la plage prévues à Sainte-Luce

La promenade et la plage de l'Anse-aux-Coques, à Sainte-Luce.

La recharge de la plage pourrait être plus élevée cette fois-ci.

Photo : Radio-Canada / Isabelle Damphousse

Radio-Canada

La Municipalité de Sainte-Luce et le ministère de la Sécurité publique planifient de nouveaux travaux de mise à niveau et de recharge de la plage pour cet automne et les années à venir.

Le maire espère que ces travaux de plus grande ampleur protégeront les infrastructures municipales de l'érosion pour de nombreuses années.

L'empiétement dans le fleuve pour adoucir la vague devrait être plus grand

Une citation de :Roch Vézina, maire de Sainte-Luce

La petite recharge va couvrir une distance d'à peu près 500 mètres, précise le maire Roch Vézina.

La plage de l'Anse-aux-Coques, à Sainte-Luce, fera l'objet de travaux de mise à niveau qui comprennent une recharge de plage cet automne. Le ministère de la Sécurité publique finance 80 % du coût de réalisation de ces travaux évalué à 2,5 millions de dollars.

La ministre de la Sécurité publique, Geneviève Guilbault, avait fait l'annonce de ces travaux l'été dernier lors de son passage dans la région.

La Municipalité déboursera, pour sa part, 500 000 dollars pour cette nouvelle recharge de plage.

Une recharge plus élevée qu'en 2014?

Selon le maire, les travaux de cet automne seront plus importants etla recharge pourraient être plus élevée que celle de 2014.

Les coûts de la recharge de la plage prévue pour cet automne sont plus élevés que lors de la dernière recharge de 2014.

Les coûts des travaux s'élevaient à 1,3 million de dollars. Québec avait alors autorisé, par décret ministériel et sans étude d'impact environnemental, un projet-pilote pour protéger l'anse de l'érosion des berges.

Si vous passez vous-même sur le bord de la plage, vous allez voir, je vais utiliser un mauvais mot, "magané", il faut tenter de remédier à ça et il faut essayer d'arrêter de recommencer chaque année. Ça prend des ressources, ça prend des sous, soutient le Roch Vézina.

Le conseil municipal a approuvé le règlement d'emprunt lors de la séance du 19 mai dernier.

Micheline Barriault.

La conseillère Micheline Barriault estime que la Municipalité aurait dû consulter les citoyens avant que le règlement d'emprunt de 500 000 $ nécessaire à la petite recharge de plage ne soit adopté. (archives).

Photo : SIIEQ

La conseillère municipale et candidate à la mairie, Micheline Barriault, a voté contre cette résolution.

Elle croit que la municipalité aurait dû, par souci de transparence, d'abord consulter les citoyens de Sainte-Luce.

Selon elle, de nombreux citoyens ne comprennent pas les intentions de la Municipalité.

Je pense que la population est en droit d'avoir ces informations-là. Au niveau du conseil, on est là pour représenter les intérêts de la population. Pour moi, c'est une question fondamentale, la population aurait dû être consultée et informée sur le règlement d'emprunt et le projet qui nous est soumis par le ministère de la Sécurité publique, soutient la conseillère.

La plage et la promenade de l'Anse-aux-Coques, à Sainte-Luce.

Une seconde recharge de plage, plus vaste cette fois-ci, doit être réalisée dans les prochaines années.

Photo : Radio-Canada / François Gagnon

En plus de ces travaux, la Municipalité de Sainte-Luce et le ministère de la Sécurité publique projettent de réaliser d'autres travaux de recharge sur la plage entre la promenade et l'auberge Eider, sur une distance d'un peu plus de deux kilomètres, au cours des prochaines années.

Ces travaux, de plus grandes ampleurs que ceux effectués précédemment, sont estimés à environ 11 millions de dollars. La Municipalité devrait alors débourser une somme de 200 000 dollars.

Selon le maire, des consultations publiques auront éventuellement lieu.

Le maire croit que le projet devra être soumis au Bureau d'audiences publiques sur l'environnement (BAPE).

D'après les informations d'Isabelle Damphousse

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !