•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Maple Leafs : mais que s'est-il passé?

Auston Matthews, Mitch Marner et le gardien Jack Campbell, la tête baissée, patinent vers leur vestiaire après la fin du match.

Les Maple Leafs ont été éliminés dès le début des séries pour une cinquième année de suite.

Photo : La Presse canadienne / Nathan Denette

ANALYSE – Même une saison habituelle des plus parfaites ne vaut rien sans un long parcours dans le tournoi d'après-saison. On le rappelle sans cesse à Toronto. C'est d'autant plus vrai ce mardi.

Lundi soir, l'équipe torontoise a subi l'élimination au premier tour des séries pour une cinquième année d'affilée. Elle a aussi vu sa disette sans accéder au deuxième tour s'étirer à 17 ans.

Les représentants de la Ville Reine semblaient pourtant destinés à vaincre leurs démons, cette année. TJ Brodie, Joe Thornton, Wayne Simmonds et Zach Bogosian se sont greffés à la formation pendant la saison morte, puis Nick Foligno, Riley Nash et David Rittich se sont amenés à la date limite des transactions. L'effectif paraissait complet, alliant expérience, talent et robustesse.

Les vedettes Auston Matthews et Mitch Marner ont aussi atteint de nouveaux sommets, terminant le calendrier habituel parmi les cinq meilleurs marqueurs de la Ligue nationale de hockey (LNH). Matthews est en plus devenu le premier des Leafs à gagner le trophée Maurice-Richard, remis au meilleur buteur de la saison.

L'équipe a certes souffert en l'absence de son capitaine John Tavares, qui a raté toute la série après s'être blessé au début du premier match. Néanmoins, Toronto a prouvé qu'elle pouvait faire sans lui en remportant trois matchs de suite pour prendre les devants 3-1. Il ne lui manquait plus qu'une victoire. Une seule.

Peu ont cru que l'affaire était dans le sac. La prudence était de mise, écrivaient beaucoup de partisans des Leafs sur les médias sociaux, forcément marqués par les ratés des années passées.

Foligno a raté quelques matchs, puis Jake Muzzin s'est blessé. Ce n'est pas une excuse, mais un simple fait. Toronto est ensuite sorti à plat, délaissé par ses jeunes figures de proue. Montréal a finalement terminé la remontée, plongeant l'équipe torontoise et ses supporteurs dans le marasme pour une autre saison morte.

Nous avons laissé cette occasion nous glisser entre les doigts. C'est inacceptable selon nos standards. Cette défaite est encore pire que ce que nous avons vécu auparavant, a dit Morgan Rielly, qui a goûté à chacun des échecs des Leafs en séries depuis 2017.

« Je ne sais pas comment expliquer ça, c’est extrêmement frustrant. »

— Une citation de  Auston Matthews

Et maintenant, que faire?

Au banc des Maple Leafs, tout le monde a la mine déconfite au son de la sirène.

Toronto n'a toujours pas accédé au deuxième tour des séries depuis 2004.

Photo : La Presse canadienne / Nathan Denette

Sur les médias sociaux, la colère des partisans des Maple Leafs est palpable. Certains demandent le congédiement du directeur général Kyle Dubas; d'autres, de l'entraîneur-chef Sheldon Keefe; et quelques-uns, des deux.

L'attaquant Mitch Marner, qui touche 10,9 millions $ par saison, doit aussi être échangé, apparemment. Il n'a pas trouvé le fond du filet à ses 18 derniers matchs en séries. Et, malgré son excellent jeu défensif, il demeure payé pour terroriser les gardiens adverses.

Toutes ces propositions se valent. Dubas est celui qui a consenti 40,5 millions $ aux quatre meilleurs attaquants de l'équipe, soit la moitié de la masse salariale des Maple Leafs. Keefe n'a pas su tirer le maximum de ses vedettes alors que l'équipe en avait le plus besoin. Et, après avoir brillé en saison, Marner est disparu en séries.

Et s'ils obtenaient tous une dernière chance? Au vu de ce qu'elle a accompli pendant la saison, l'équipe peut se permettre de tenter le coup à nouveau. Des décisions importantes devront être prises seulement à l'été 2022 alors que Jack Campbell et Morgan Rielly deviendront joueurs autonomes sans compensation.

Cet été, Frederik Andersen, à qui Campbell a dérobé le poste de gardien de but partant, risque de quitter la formation. Voilà 5 millions avec lesquels manœuvrer. La priorité de la direction sera de prolonger l'entente de l'attaquant Zach Hyman, qui rend de bons et loyaux services aux Leafs depuis 2015. Et puis il faudra aussi trouver de nouvelles pépites pour appuyer ses vedettes.

Les services de Jason Spezza devront être retenus, s'il veut bien s'essayer de nouveau avec Toronto. Il a excellé malgré ses 37 ans et un temps de jeu limité. Dans le cas de Joe Thornton, c'est moins clair. Si Nick Foligno, lui, veut signer bien en deçà de sa valeur sur le marché, les Leafs se devront aussi de le ramener.

En fin de compte, l'équipe de la Ville Reine peut encore puiser son inspiration du côté du Lightning de Tampa Bay.

Ce n'est pas un secret que Dubas et l'équipe torontoise voulaient dominer la saison habituelle, comme ont pris l'habitude de faire les Floridiens, afin d'arriver fin prêts en séries. En 2018-2019, Tampa avait pulvérisé la compétition en saison avant d'être balayé au premier tour par les Blue Jackets de Columbus. L'année suivante, avec un groupe pratiquement identique, l'équipe a tenté le coup à nouveau pour finalement gagner la Coupe Stanley.

Évidemment, rien n'est garanti dans le sport. Les Maple Leafs pourraient encore décevoir l'an prochain, mais qui ne tente rien n'a rien, dit-on. Avec Matthews, Tavares, Marner, Nylander à l'attaque; Muzzin, Rielly, Brodie et Holl en défense; puis Campbell entre les poteaux, Toronto a encore les moyens pour s'imposer.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !