•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le pont de la Calamité en Abitibi-Ouest détruit par les flammes

Le pont couvert est recouvert de flammes.

Des témoins de la scène ont capté des images impressionnantes du brasier.

Photo : Donald Genesse

Vieux de 94 ans, le pont de la Calamité a été ravagé par les flammes et réduit à des poutres calcinées. Pour Joël Lambert, qui habite le terrain voisin du pont, c’est un morceau d’histoire qui vient de disparaître.

Ça fait 25 ans que j’habite ici. J’ai de belles photos de ce pont, de voir partir comme ça une partie du patrimoine, ça fait vraiment mal au cœur, raconte-t-il, en contemplant les restes du pont encore fumant, mardi midi.

La veille, Joël Lambert travaillait dehors, sur son terrain, lorsqu’il a aperçu une immense fumée noire.

Joël Lambert pose devant les restes du pont.

Joël Lambert demeure tout près du pont couvert.

Photo : Radio-Canada / Joël Côté

J’ai même pensé que c’était une voiture qui était en feu tellement c’était noir. Je me suis mis à courir pour aller voir ce qui se passait et j’ai appelé les pompiers, ajoute-t-il.

Le pont de la Calamité était le plus vieux pont de l’Abitibi-Témiscamingue, construit en 1927, tout comme le pont Leclerc qui enjambe aussi la rivière Calamité.

C’était de toute beauté. Juste à côté de mon terrain, c’était vraiment agréable. Nous avons été chanceux tout de même que ce soit vert ici, sans quoi, sans doute que le feu se serait propagé dans la plantation d’arbres et au-delà.

De la fumée s'échappe du pont couvert détruit par des flammes la veille.

Les pompiers de La Sarre étaient de retour sur place en début de journée mardi.

Photo : Radio-Canada / Lise Millette

Un risque de propagation vite contenu

Le directeur du service d’incendie de La Sarre, Luc Goudreau, confirme que le feu commençait à courir dans les herbes hautes, comme en témoignent les larges bandes de foin grillé au pied des épinettes noires, à la base noircie par le feu.

C’était complexe parce qu’il fallait faire le détour pour avoir une équipe des deux côtés, avoir aussi des équipements des deux côtés. La structure est aussi demeurée debout au centre, elle était hors d’accès, donc on ne pouvait pas l’atteindre. On a donc commencé par éteindre les broussailles de chaque côté pour ne pas que ça s’étende, a expliqué Luc Goudreau.

La cause de l’incendie est encore imprécise. Le directeur Goudreau mentionne que la première alerte a été reçue lundi vers 16 h. Les pompiers ajoutent que le feu s'est déclaré sous le pont et s'est rapidement propagé à la structure de bois. Les images impressionnantes du pont complètement embrasé ont été captées par des riverains impuissants devant le brasier.

L'intérieur du pont est ravagé par les flammes.

Le pont a une longueur de 37,5 mètres (122 pieds) selon la Société d’histoire et du patrimoine de la région de La Sarre.

Photo : Donald Genesse

Les pompiers ne relèvent pas d’élément de nature criminelle en lien avec cet incendie.

Un patrimoine bâti à risque

Les ponts couverts sont considérés comme des trésors d’une autre époque. En Abitibi-Témiscamingue, on n’en compte plus que 17, comme le souligne d’ailleurs Luc Adam, conseiller en communications chez Transports Québec en Abitibi-Témiscamingue

C’est une perte historique importante pour la région. Il y a 25 ans, il y en avait 21, c’est donc dire que quatre ont disparu, c’est très malheureux, commence Luc Adam.

Lud Adam sourit devant un lac.

Luc Adam, conseiller en communications pour Transports Québec en Abitibi-Témiscamingue.

Photo : Radio-Canada / Joël Côté

Le pont de la Calamité avait une longueur de 37,5 mètres (122 pieds) selon la Société d’histoire et du patrimoine de la région de La Sarre. Ce pont avait été fermé le 3 mai dernier après une inspection du ministère, pour des raisons de sécurité.

Un détour était déjà en place pour permettre aux citoyens d’atteindre leur résidence par le pont Leclerc, qui lui, fait l’objet de travaux considérables pour pouvoir augmenter les charges.

Dans les prochains jours, le ministère des Transports lancera un appel d’offres pour récupérer les débris du pont de la Calamité qui jonchent maintenant la rivière.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !