•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Pensionnats autochtones : l’École Langevin de Calgary changera de nom

Une affiche, sur une clôture, demandant le changement de nom de l'école Langevin en Alberta.

Les élèves de l'École Langevin, qui demandent depuis longtemps de retirer le nom d'un homme considéré comme l'un des architectes du système des pensionnats autochtones du Canada, ont remporté gain de cause. Leur école sera renommée Riverside.

Photo : CBC/Mike Symington

Radio-Canada

Le conseil scolaire public de Calgary a annoncé mardi matin que l’École Langevin, dont le nom est lié au système des pensionnats autochtones du pays, sera renommée Riverside.

Le conseil d'administration du conseil scolaire public de Calgary a tenu une réunion extraordinaire lundi soir pour discuter de la motion de changement de nom. Les membres ont alors pris la décision de renommer l’établissement Riverside, soit le nom qu’il portait avant 1936.

La découverte tragique de Kamloops et la réaction partagée par les Canadiens ont souligné l'importance de la réconciliation et la nécessité de démontrer notre engagement envers nos élèves, peut-on lire dans la déclaration écrite.

Le conseil d’administration a également fait savoir qu’il examinerait les modifications à apporter à ses politiques concernant les changements de nom lors d'une réunion publique qui se tiendra ce mois-ci.

Naheed Nenshi s’était joint à la contestation

Le maire de Calgary, Naheed Nenshi, avait interpellé le Conseil scolaire de Calgary et le Conseil scolaire catholique de la ville en leur demandant de changer les noms, respectivement, des écoles Langevin et Bishop Grandin.

Le temps des tergiversations est révolu. [...] Ces deux conseils scolaires devraient changer le nom de ces écoles lors de leurs prochaines réunions, avait dit le maire.

Il avait rappelé que déjà, en 1907, un premier rapport avait montré l’état déplorable des conditions sanitaires des pensionnats autochtones, avec des taux de cas de tuberculose très élevés. Ces conclusions avaient été ignorées. Les pensionnats autochtones ont continué d'exister pendant 90 ans de plus.

En 2017, la Ville de Calgary a fait changer le nom du pont Langevin, qui relie le quartier Bridgeland au centre-ville, pour celui de pont de la Réconciliation.

Hector-Louis Langevin était un des Pères de la Confédération et un ministre conservateur qui tenait le rôle de secrétaire d'État pour les provinces lorsque les pensionnats autochtones ont été créés. Il est considéré comme l’un des architectes de ce système.

L’évêque Vital-Justin Grandin a souvent défendu les droits des Métis, mais croyait aussi que les Premières Nations avaient besoin d’être civilisées. Pour lui, les pensionnats autochtones devaient contribuer à y parvenir.

Une demande de longue date des élèves de l’École Langevin

Naheed Nenshi avait joint sa voix à celles des élèves de l’École Langevin qui militaient depuis longtemps pour renommer leur établissement. À cet effet, les élèves et les membres du comité Changer l'École Langevin avaient mis en place une installation artistique en dehors de l’école lundi.

En utilisant un pochoir créé par l'artiste siksika Adrian Stimson, le comité avait imprimé les mots Change Your Name, Name Your Change (« Changez de nom, nommez votre changement »). Ils avaient également fait équipe avec les amateurs de tricot de la communauté pour installer des numéros 7 tricotés sur une clôture de l'autre côté de la rue, en l'honneur du Traité 7.

Le message "Change your name, name your change" imprimé au pochoir devant l'école Langevin, en Alberta.

Les élèves de l'École Langevin ont imprimé des messages grâce à un pochoir créé par un artiste siksika, pour attirer l'attention du conseil d'administration de leur école.

Photo : CBC/Mike Symington

L’école devrait être un lieu où l'on se sent en sécurité, un lieu accueillant et inclusif. Si son nom rend hommage à un homme qui a participé aux pensionnats autochtones, je ne pense pas que cela soit inclusif, avait expliqué Joy McCullagh, une élève de 8e année.

Joy McCullagh affirme que ses camarades et elleavaient envoyé des lettres et ont assisté aux réunions du conseil d'administration pour plaider leur cause.

Jusqu’à mardi, le conseil d’administration n’avait pas fait de mise à jour depuis la présentation des élèves, en janvier. Lors d’une réunion précédente, un de ses membres avait tenté de faire avancer le processus de changement de nom, mais il avait finalement été rappelé à l'ordre et la motion n’avait pas pu aller de l’avant.

Dans une déclaration écrite, le conseil scolaire catholique de Calgary affirme qu'il prend toutes les causes qui touchent les Autochtones au sérieux et qu'il s'engage à suivre les appels à l’action formulés par la Commission de vérité et réconciliation du Canada.

En ce qui concerne le changement de nom, le conseil scolaire demandera l'avis de parents, d'employés, d'élèves, d'évêques catholiques et d'aînés de nos communautés autochtones.

Le conseil scolaire de Calgary n’a pour sa part toujours pas fait de commentaires.

À Edmonton, le Conseil scolaire Centre-Nord discutera d'une démarche entourant les noms d'école lors de sa réunion du 16 juin, fait savoir son directeur général, Robert Lessard.

La découverte des corps de 215 enfants sur le site d’un ancien pensionnat à Kamloops nous invite à poser des gestes pour appuyer la réconciliation, ajoute-t-il

À noter qu'un des établissements du réseau porte le nom d'École Saint-Vital, soit celui de l’évêque Vital-Justin Grandin.

Avec les informations de Lucie Edwardson

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !