•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Vale : les employés de Sudbury déclenchent la grève

La dernière grève des employés de Vale remonte à 2009.

Le piquet de grève devant les installations de Vale à Copper Cliff.

Environ 2600 employés syndiqués de l'entreprise Vale à Sudbury sont en grève.

Photo : CBC/Erik White

Radio-Canada

Les employés syndiqués de la minière Vale dans le Grand Sudbury ont rejeté l’entente de principe conclue lundi. La première grève en dix ans est donc déclenchée dès ce matin.

Les membres de la section locale 6500 du syndicat des Métallos, qui représente environ 2600 travailleurs de Vale à Sudbury, ont voté en ligne.

Des 87 pour cent des travailleurs syndiqués qui ont voté, 70 pour cent ont voté contre cette entente, indique le syndicat sur son site Web.

Nous sommes nouvellement énergisés de ce résultat et sommes impatients d’amener ce message à la compagnie pour leur faire savoir que le travail n’est pas terminé, écrit le syndicat sur son site web.

Le piquet de grève à l'usine Clarabelle.

Il s'agit de la première grève des employés de Vale depuis la fin de la grève de 2009-2010, qui avait duré près d'un an.

Photo : CBC/Erik White

Le délégué en chef pour la section locale 6500 du syndicat des Métallos, Eric Delparte, note que l'offre patronale est décevante, notamment parce que les prix du nickel et du cuivre sont élevés en ce moment.

On ne comprend pas, dans un temps où [les prix sont] si bons, que la compagnie veut nous enlever des choses que nous avons eues pendant des années et des années. Ça fait mal.

Une citation de :Eric Delparte, délégué en chef pour la section locale 6500 du syndicat des Métallos

Nos membres sont insultés, ajoute-t-il. Ils sont très unis et résolus dans leur décision [de voter contre l'entente].

Il affirme que les syndiqués ne feront pas de concessions concernant leurs acquis.

M. Delparte croit tout de même que le syndicat et l'entreprise sont capables de travailler ensemble pour assurer un avenir prospère pour tous.

Pour Karl Skogstad, professeur d’économie à l’Université Lakehead, le syndicat pourrait avoir choisi la voie de la grève en raison des facteurs qui sont à l’avantage des travailleurs.

Je crois que le syndicat sait qu’ils sont dans une bonne position pour négocier, le prix du minerai est très élevé, indique-t-il.

Il ajoute que du côté de Vale, on estime peut-être que de payer plus cher pour les travailleurs en raison d’un fort prix du minerai pourrait être risqué d’ici cinq ans.

Dans un communiqué, Vale affirme avoir des plans de contingence en place afin de préserver l'intégrité de ses installations minières.

Lors de la dernière grève, en 2009 et 2010, la compagnie avait aussi utilisé des hélicoptères pour faire entrer ses employés-cadres et sous-traitants sur ses installations.

Elle avait aussi fait appel à des briseurs de grève.

La grève avait duré près d'un an, la plus longue de l'histoire minière de Sudbury.

La minière indique vouloir continuer les discussions avec le syndicat dans le but de trouver une entente qui convient aux deux parties

Les employés des installations de Port Colborne, dans le Sud de la province, ont pour leur part voté en faveur de l'entente de principe, d’après un communiqué de la minière.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !