•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Accusations de racisme : le directeur démis de ses fonctions dit avoir « honte »

Un grand panneau avec le logo de l'école et du conseil scolaire.

L'École secondaire catholique Monseigneur-Bruyère fait partie du Conseil scolaire catholique Providence.

Photo : Radio-Canada / Andrew Lupton

Radio-Canada

Le directeur d’une école de London, en Ontario, qui a été démis de ses fonctions pour avoir fait une perruque des cheveux d'un élève noir, présente ses excuses et dit avoir « honte ».

Luc Chartrand était directeur de Monseigneur-Bruyère, une école secondaire catholique de langue française. Il affirme que son comportement est inacceptable et qu'il a fait preuve d'un grand manque de jugement.

Dans sa déclaration envoyée par courriel à CBC News, M. Chartrand a déclaré que porter ces cheveux comme si c'était les siens était totalement inacceptable.

Je tiens à m'excuser sincèrement pour les incidents et pour mon comportement personnel lors des événements qui ont mené à toute cette situation, entourant des allégations racistes, à l'École secondaire catholique Monseigneur-Bruyère, a-t-il écrit.

L'un des incidents s'est produit lors d'un rassemblement dans le gymnase de l'école en soutien à une élève luttant contre le cancer. Les élèves se rasaient la tête. Lorsqu’un élève noir s’est fait raser la tête, M. Chartrand les a mis les cheveux sur sa tête dans le but de faire rigoler les élèves. Une vidéo de l’incident a été publiée sur les médias sociaux. CBC News a parlé à une élève qui était présente à l'événement. Ce dernier a confirmé avoir été témoin des faits.

Une capture d'écran d'une publication : on y voit une photo floue d'un homme portant des cheveux comme perruque, avec des commentaires et un emoji.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Une capture d'écran d'une image publiée sur le compte Instagram de Black Lives Matter London, montrant le directeur Luc Chartrand.

Photo : Black Lives Matter London/Instagram

Des élèves ont également signalé en entrevue que M. Chartrand a porté un costume d’Halloween qui comprenait une perruque afro, plus tard en 2019.

M. Chartrand a également déclaré : Je regrette fortement et j'ai honte de ce que j'ai fait. Je réalise que j'aurais pu et dû célébrer les réalisations et le succès de cet élève d'une manière différente. Je veux présenter mes excuses les plus sincères à l'élève et à sa famille, à tous les élèves et parents noirs de l'école, à toute la communauté scolaire et aussi à toute la communauté des personnes autochtones, noires et de couleur.

Une image de M. Chartrand portant les cheveux de l’élève a été publiée vendredi soir sur le compte Instagram de Black Lives Matter London.  Un court clip de M. Chartrand portant ces mêmes cheveux dans le gymnase a été publié plus tard. Les images et la vidéo ont été envoyées au groupe par des élèves de l'école. 

Le conseil scolaire a annoncé samedi que M. Chartrand serait démis de ses fonctions.

La conseillère municipale de London Arielle Kayabaga a fréquenté l'école pendant son adolescence, mais l'a quittée avant d'obtenir son diplôme en raison de ce qu'elle appelle un climat de racisme.

Mme Kayabaga a également déclaré que l'école aurait dû réagir de manière proactive dès que les administrateurs ont eu connaissance des actions de M. Chartrand.

Une lettre envoyée aux administrateurs quelque temps après les incidents et qui demandait des changements a été ignorée, selon Mme Kayabaga.

Les élèves ont dû recourir aux médias sociaux pour aborder un problème qui s'est produit il y a deux ans, a-t-elle dit. L'année dernière, ils ont soumis une lettre et aucune action n'a été entreprise. Je suis très inquiète pour les élèves qui fréquentent cette école et pour leur sécurité.

Dans la déclaration annonçant le renvoi de M. Chartrand, le directeur de la commission scolaire, Joseph Picard, a déclaré que la commission prenait des mesures pour améliorer la diversité et l'inclusion à l'école.

Avec les informations de CBC News

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !