•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Des femmes et des hommes entourent une statue avec des paires de chaussures d'enfants.

Manifestation à Charlottetown devant la statue de Macdonald avec 215 paires de chaussures d'enfants.

Photo : The Canadian Press / John Morris

La Presse canadienne

Le conseil municipal de Charlottetown, à l'Île-du-Prince-Édouard, décide de retirer une statue de John A. Macdonald à la suite de la découverte des restes de 215 enfants dans un ancien pensionnat autochtone.

Le conseil municipal de Charlottetown, à l'Île-du-Prince-Édouard, a décidé de retirer une statue de John A. Macdonald pour de bon, lundi, à la suite de révélations sur le système fédéral de pensionnats pour Autochtones.

Un espace vide sur le trottoir là où était la statue.

La municipalité de Charlottetown a retiré dans la nuit du 31 mai la statue de John A. MacDonald au centre-ville. Une motion du conseil municipal à la suite de la découverte de 215 dépouilles d'enfants autochtones sur le site d'un ancien pensionnat à Kamloops en Colombie-Britannique a précipité la disparition de l'installation controversée.

Photo :  CBC / Brian Higgins

Une veillée funèbre avait eu lieu plus tôt en journée devant la statue en bronze du tout premier dirigeant canadien, dont le gouvernement avait mis en place ce système de pensionnats en 1883.

Des dizaines de personnes se sont déplacées pour y déposer 215 paires de chaussures, à la mémoire des 215 enfants dont les restes ont récemment été retrouvés sur le site d'un ancien pensionnat à Kamloops, en Colombie-Britannique.

Le conseil municipal de Charlottetown comptait auparavant ajouter une plaque explicative et un personnage autochtone sur le même banc que la statue, mais il a finalement décidé de la retirer de manière définitive en raison du tollé soulevé par la macabre découverte.

Le maire Phillip Brown rapporte avoir été inondé de courriels. Ils disaient : ''C'est vraiment venu me chercher. S'il vous plaît, faites quelque chose maintenant'' , a-t-il illustré lors d'une réunion du conseil municipal.

Il s'agit d'une occasion d'envoyer un message fort à l'ensemble de la province et même du pays, a fait valoir le conseiller Greg Rivard, qui souhaitait le retrait de la statue. Celle-ci lui rappelle dorénavant ces 215 vies perdues, a-t-il témoigné.

Manifestation en mémoire des 215 enfants

Une foule de près de 80 personnes s'est recueillie à l'intersection du centre-ville où est située la statue, lundi matin, pour commémorer cette tragédie.

215 paires de chaussures, 215 cœurs qui ne battent plus, 215 familles qui méritent des réponses, 215 leaders qui ne seront jamais, 215 histoires qui ne seront jamais racontées, disait l'organisatrice de la veillée funèbre, Lynn Bradley. Les mains de la statue de Macdonald avaient été tachées de peinture rouge et Mme Bradley a soutenu que cela symbolisait le sang d'enfants innocents.

Mme Bradley a encouragé les participants à se faire entendre au nom des jeunes disparus. Ne partons pas d'ici avec colère. Partons d'ici avec amour et la promesse que nous ferons de notre mieux pour que ce genre d'acte horrible n'arrive jamais à un autre enfant, dans aucune situation, que ce ne soit jamais oublié non plus, a-t-elle souhaité.

L'élue municipale Alanna Jankov a expliqué que la décision de retirer la statue ne revenait pas à effacer l'histoire du Canada. Nous ne nous défaisons pas de l'histoire, nous nous défaisons de la statue, a-t-elle souligné.

L'Église catholique et le Canada ont déployé ces écoles résidentielles pendant plus d'un siècle, dans le but de convertir et d'assimiler les enfants autochtones.

Les violences physiques et sexuelles étaient aussi répandues dans ces institutions, où des milliers d'enfants ont été envoyés. Le tout dernier de ces établissements a fermé ses portes en 1996.

Le premier ministre Justin Trudeau avait demandé à ce que les drapeaux qui flottent sur tous les édifices fédéraux du pays soient mis en berne, lundi, à la mémoire des 215 enfants autochtones. Plusieurs premiers ministres et maires un peu partout au pays ont fait de même sur d'autres édifices publics.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !