•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Gatineau souhaite 5,5 M$ supplémentaires pour la revitalisation du secteur de la Cité

Une bannière indique l'emplacement de la Place de la Cité, à Gatineau.

Le secteur de la Cité, où se trouve le nouvel aréna, fait l'objet de travaux de revitalisation complémentaires, maintenant chiffrés à 35 millions de dollars.

Photo : Radio-Canada / Hugo Bélanger

La Ville de Gatineau devra allouer environ cinq millions de dollars pour des travaux additionnels aux abords du Centre Slush Puppie, portant la facture des travaux d’urbanisation du secteur de la Cité à 35 millions de dollars.

Les travaux afférents, qui sont complémentaires au nouveau complexe de trois glaces communautaires et d'un amphithéâtre de 4000 places, nécessitent un emprunt de 5,5 millions de dollars, ont indiqué les service des infrastructures et des finances de la Ville aux élus municipaux, réunis mardi en comité plénier.

Dans une présentation, ils ont expliqué que la vaste portion de cette somme additionnelle, soit 4,8 millions de dollars, servirait notamment à couvrir des frais d’aménagement et de location d’un terrain de stationnement temporaire, ainsi que des dépenses attribuables aux conditions du terrain.

Des fontaines d'eau à l'extérieur du complexe multiglace.

Le centre Slush Puppie a ouvert ses portes en février.

Photo : Radio-Canada / Hugo Bélanger

Un autre 630 000 $ doit aller à l’enfouissement de fils, plus précisément du câblage RTU, dans le sol. On compte aussi réserver 40 000 $ pour tout imprévu.

La facture des travaux de revitalisation du secteur de la Cité, qui comprennent un stationnement étagé, s’élevait, depuis 2019, à 29,8 millions de dollars. Initialement, en 2017, on chiffrait les coûts à 25 millions de dollars.

Ces travaux, rendus nécessaires en raison de la construction du Centre Slush Puppie, portent le coût de l'ensemble du projet à près de 115 millions de dollars, sans compter d'autres aménagements, évalués à 2,5 millions de dollars, que la Ville propose maintenant de devancer.

Devancer des aménagements prévus à long terme

Le conseiller du district du Versant, Daniel Champagne, insiste sur le fait que les infrastructures et aménagements réalisés en parallèle sont essentiels à la vitalité du quartier, tant au niveau de la culture que des loisirs.

On se retrouve dans une situation où il y a des travaux qui vont devoir être faits éventuellement, que ce soit pour sécuriser l’endroit ou pour rendre plus convivial le secteur de la Cité, a-t-il dit au cours d’une séance d’information technique, tenue lundi à l’intention des médias.

En effet, la Ville a décidé de profiter de sa demande d’emprunt supplémentaire de 5,5 millions de dollars pour débloquer une somme déjà budgétée, à travers différentes enveloppes, de 2,5 millions de dollars. Le but visé est d'aller de l'avant plus rapidement avec des travaux prévus à plus long terme dans les environs, comme des modifications aux pistes cyclables.

M. Champagne a affirmé que ces aménagements devront être faits tôt au tard. On veut faire une saine gestion, une planification en se disant : "Ce n’est pas vrai qu’on va enfouir des fils, qu’on va laisser le réseau cyclable là et qu’on va y revenir dans deux ans, selon le Plan directeur", a-t-il fait valoir.

La proposition d’amendement pour l’allocation de 5,5 millions  de dollars supplémentaires sera déposée au prochain conseil municipal, le 8 juin. Ce n’est qu’au conseil suivant, en juillet, que les élus seront appelés à voter sur la question.

Une partie des nouveaux coûts , soit un million de dollars, pourrait être absorbée par une taxe d'améliorations locales. Une somme de 800 000 $ en ristourne TVQ pourrait aussi être récupérée. Cette dernière enveloppe serait toutefois conditionnelle à la tarification du stationnement étagé. Le conseil ne s'est pas encore prononcé sur cette question.

[Il s'agit] de trouver le bon équilibre entre les utilisateurs communautaires de l’infrastructure et les utilisateurs qui pourraient être, par exemple, des employés du gouvernement fédéral, des étudiants du cégep ou des utilisateurs événementiels qui veulent y rester une bonne période de temps, a dit le président du comité exécutif, Cédric Tessier.

Avec des informations de Nathalie Tremblay

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !