•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Pensionnat à Kamloops : des souliers d’enfants devant des églises de l’Abitibi-Témiscamingue

Des souliers d'enfants ont été déposés devant l'église Saint-Sauveur en hommage aux enfants du pensionnat de Kamloops.

Des souliers d'enfants ont été déposés devant l'église Saint-Sauveur en hommage aux enfants du pensionnat de Kamloops.

Photo : Radio-Canada / Annie-Claude Luneau

Radio-Canada

La découverte récente des restes de 215 enfants dans une fosse commune sur le site d'un ancien pensionnat autochtone de Kamloops, en Colombie-Britannique, a des échos jusqu'en Abitibi-Témiscamingue.

Des dizaines de souliers, parfois tout petits, parfois plus grands, ont été déposés devant l’église Saint-Sauveur de Val-d'Or.

Aujourd’hui, nous voulions venir pour nous rappeler les 215 enfants découverts à Kamloops, en Colombie-Britannique. Ça a touché tous nos cœurs, tous les bébés qui ne sont jamais revenus à la maison. Ça a touché mon cœur de mère, parce que j’ai un jeune enfant à la maison. Je prie pour toutes les familles, je prie pour toutes les nations au Canada. Je suis venue pour les supporter, pour leur dire que ça me tient à cœur aussi. On vient pour se souvenir des enfants et espérer qu’il y aura une justice pour tous ces enfants qui ne sont jamais revenus à la maison, a témoigné une mère d’origine autochtone rencontrée sur les lieux.

Une dame ayant vécu dans un pensionnat autochtone a également été rencontrée sur les lieux. Ça me touche de voir ça et ça vient me chercher à l’intérieur. C’est vraiment triste que les enfants aient été enterrés comme ça sans aviser les parents. C’est venu me chercher, confie-t-elle.

Une action semblable d’initiative citoyenne a également été organisée devant l’église de Lac-Simon.

Le Conseil de la Première Nation Abitibiwinni à Pikogan a lui aussi tenu une action symbolique en mémoire des enfants de Kamloops. Les drapeaux de la communauté sont en berne et les membres sont invités à aller déposer des souliers d’enfants devant l’église Sainte-Catherine.

Sylvie Bérubé craint des découvertes semblables

La députée fédérale d’Abitibi-Baie-James-Nunavik-Eeyou Sylvie Bérubé a aussi réagi lundi après-midi.

La porte-parole des Affaires autochtones au sein du Bloc québécois a exprimé son indignation face à la découverte survenue à Kamloops.

Elle évoque même qu’une découverte aussi sinistre pourrait aussi survenir au Québec voire à Saint-Marc-de-Figuery ou Fort-George dans le Nord-du-Québec.

Deux femmes se recueillent devant plusieurs paires de souliers déposées devant l'église Saint-Sauveur.

Plusieurs personnes sont venues se recueillir devant l'église Saint-Sauveur lundi.

Photo : Radio-Canada / Annie-Claude Luneau

On sait qu’il y a eu un pensionnat fort important à Saint-Marc-de-Figuery pendant de nombreuses années. Il y en a notamment eu un à Fort George dans le Nord-du-Québec. Il y en a un petit peu partout. On se pose la question. Si c'est arrivé à Kamloops, ç’a dû arriver possiblement aussi dans notre belle grande région. Il faut penser à tout ça, affirme-t-elle.

Sylvie Bérubé veut aussi voir avec le ministre fédéral des Services aux Autochtones, Marc Miller, comment il compte compenser les familles éprouvées. Je veux aussi vérifier avec mon homologue du gouvernement du Québec, au niveau des Affaires autochtones, qu’est-ce qu’ils veulent faire au niveau du Québec. Est-ce qu’il y a des actions qui peuvent être faites? On va travailler ensemble pour avoir la vérité, ajoute-t-elle.

- Avec les informations d’Annie-Claude Luneau et Martin Guindon

Logo du vidéojournal.

L'Abitibi-Témiscamingue rend hommage aux 215 petites victimes du pensionnat autochtone de Kamloops

Photo : Radio-Canada

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !