•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des restrictions sanitaires seront assouplies à Iqaluit

La vaccination des jeunes de 12 à 17 ans débutera le 15 juin au Nunavut.

Un coucher de soleil au mois de mai à Iqaluit.

Après un mois et demi de confinement, les résidents d'Iqaluit seront à nouveau autorisés à se rassembler en petit comité, à partir de jeudi.

Photo : Radio-Canada / Matisse Harvey

Les autorités sanitaires du Nunavut ont annoncé l’assouplissement de restrictions sanitaires à Iqaluit jeudi et la mise en marche de la campagne de vaccination des Nunavummiut de 12 à 17 ans le 15 juin.

Un mois et demi après le début de l’éclosion qui a causé 244 infections de COVID-19 à Iqaluit, le médecin hygiéniste en chef du Nunavut, Michael Patterson, a indiqué que la capitale territoriale se trouvait à présent en assez bonne posture pour alléger plusieurs restrictions.

En date de lundi, Iqaluit comptait 9 cas actifs. Aucun nouveau cas de COVID-19 n’a été signalé depuis vendredi.

À compter de jeudi, les limites sur les rassemblements passeront à 25 personnes à l’extérieur et à 5 personnes à l’intérieur, en plus des personnes vivant dans le logement.

Les garderies pourront rouvrir, et les écoles passeront à un enseignement hybride. Les élèves de primaire retourneront en classe trois jours par semaine, et ceux du secondaire, à deux jours par semaine.

Parmi les autres annonces, les résidents d’Iqaluit verront les centres de conditionnement physique rouvrir pour les entraînements individuels, à condition qu’ils portent un couvre-visage. Les arénas pourront accueillir jusqu’à 25 personnes ou 25 % de leur capacité.

« Nous rouvrons parce que les ressources [médicales] sont suffisantes pour faire face à de nouveaux cas, mais aussi parce que nous ne voulons pas empiéter sur les droits et les libertés civils plus longtemps que nécessaire », a expliqué le Dr Patterson en point de presse lundi.

Il a par ailleurs ajouté que la vaccination de masse à Iqaluit avait donné une longueur d’avance à la capitale territoriale, contrairement aux vagues d’infections qui se sont multipliées dans la communauté d’Arviat.

L’accessibilité du vaccin contre la COVID-19 a permis de limiter la transmission durant l’éclosion, contrairement à ce que nous avons constaté à Arviat avant que le vaccin de Moderna ne soit disponible, a-t-il affirmé.

La façade extérieure du centre de santé d'Arviat.

Arviat a subi un confinement strict entre novembre 2020 et février 2021 en raison d'une éclosion de COVID-19. La collectivité n'a désormais plus de cas actifs, contrairement à Iqaluit.

Photo : CBC / Jordan Konek

En conférence de presse, le Dr Patterson a expliqué que cet assouplissement de restrictions servirait de test aux autorités sanitaires : Si nous constatons que les cas recommencent à augmenter [...] alors nous devrons, soit maintenir les restrictions comme elles le sont, soit retourner à celles qui étaient en vigueur avant.

Les voyages toujours restreints

Les autorités sanitaires maintiennent pour le moment les restrictions liées aux déplacements en provenance d’Iqaluit. Autrement dit, toutes les personnes qui quittent la capitale doivent s’isoler pendant 14 jours à leur arrivée dans une autre communauté du Nunavut. 

Le médecin hygiéniste en chef a affirmé qu’il faudra attendre l’absence de cas à Iqaluit pour envisager la levée de cette mesure. L’objectif principal lorsque nous répondons à une éclosion dans une communauté est de limiter les risques qu’elle se propage dans une autre collectivité parce que c’est évidemment beaucoup plus difficile à gérer, a-t-il dit.

L'aérogare d'Iqaluit.

Les personnes qui quittent Iqaluit doivent s'isoler pendant deux semaines à leur arrivée dans une autre communauté du Nunavut. Celles qui souhaitent entrer dans la capitale doivent obtenir une autorisation du gouvernement.

Photo : Radio-Canada / Matisse Harvey

Début de la vaccination des jeunes

Au cours de la semaine du 7 juin, le gouvernement s’attend à recevoir 9360 doses du vaccin Pfizer-BioNTech, ce qui permettra de vacciner les quelque 4700 Nunavummiut de plus de 12 ans.

Le 15 juin, les communautés de Clyde River, de Pangnirtung et de Pond Inlet seront les premières au territoire à vacciner des adolescents.

La vaccination se poursuivra dans toutes les autres collectivités du Nunavut. Dans la capitale, les jeunes pourront se faire vacciner entre les 16 et 19 juin au Club de curling d’Iqaluit.

Les autorités sanitaires espèrent vacciner tous les adolescents admissibles d’ici la fin du mois de juillet.

Notre dossier COVID-19 : ce qu'il faut savoir

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !