•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le projet d’une nouvelle mine d’or en Nouvelle-Écosse suscite des inquiétudes

Un nuage de fumé s'élève dans un ciel bleu.

Atlantic Gold veut développer un projet de mine d'or près de Sheet Harbour en Nouvelle-Écosse. Cette photo représente une explosion lors du développement de la mine d'or Touquoy à Moose River en N.-É.

Photo : Photo soumise par Atlantic Gold Corp.

La corporation Atlantic Gold, qui appartient à la minière australienne St Barbara, a remis son étude d'impact environnemental pour le projet de Fifteen Mile Stream. La très large majorité des commentaires recueillis sont en défaveur du projet.

La compagnie minière qui exploite la mine de Touquoy à Moose River voudrait exploiter au moins trois nouveaux sites sur la cote est de la Nouvelle-Écosse.

Elle a complété une étude d'impact environnemental conjointe fédérale-provinciale pour le projet de Fifteen Mile Stream. Un projet de mine à ciel ouvert d’une superficie de 400 hectares située sur une partie des terres du refuge pour gibier de Liscomb, à une trentaine de kilomètres au nord de Sheet Harbour.

Le refuge où on trouve des centaines de marais et d’espèces d’oiseaux est aussi un sanctuaire pour l'orignal.

Nous trouvons le projet vraiment troublant, dit Karen McKendry, coordonnatrice au centre d’action écologique d’Halifax.

Le projet altérerait l’écosystème d’une centaine de marais, dit-elle. Certains seraient complètement détruits.

Le centre et 116 autres groupes et individus ont fait part de leurs commentaires et inquiétudes sur le site internet de consultation publique du projet.

Parmi ces commentaires, seul Nick MacGregor, le vice-président des ventes du groupe industriel MacGregors, a pris le temps de s’exprimer en faveur du projet.

C’est critique de trouver un équilibre entre l’appui aux projets de croissance économique et la protection durable de l'environnement, écrit-il, sans activité économique particulièrement en régions rurales il y a moins de ressources financières pour des projets d’énergies renouvelables ou de protection de l'environnement.

Une vue des airs de la mine d'or à ciel ouvert de Touquoy à Moose River en N.-É.

Atlantic Gold qui propose le projet de mine de Fifteen Mile Stream exploite déjà la mine de Touquoy, où on extrait de l'or depuis 2017.

Photo : Raymond Plourde/Centre d'action écologique

Un projet qui inquiète

Mais la plupart des gens ont partagé leurs inquiétudes sur les impacts qu’aurait le projet sur la qualité de l'air et de l’eau, de même que la santé de la biodiversité de la faune et des forêts de la région.

L’organisme Maritime Aboriginal Peoples Council et le bureau de négociation Kwilmu'kw Maw-Klusuaqn ont vivement critiqué le projet et concluent qu’il viendrait entraver l’accès aux terres et à ses ressources pour les peuples Mi'kmaw de la région.

Les commentaires rappellent aussi qu’Atlantic Mining NS, mieux connu sous son nom corporatif d'Atlantic Gold, fait face à 32 accusations en vertu de la Loi sur l'environnement de la Nouvelle-Écosse. La compagnie est entre autres accusée d'avoir omis de se conformer à ses conditions d'autorisation et d’avoir rejeté des substances en concentration trop élevée dans l'environnement.

Certains des commentaires font aussi valoir le fait que ce projet de mine d'or augmenterait le trafic de véhicules lourds sur la route 7.

Le site de Fifteen Mile Stream comprendrait des fosses ouvertes et des piles de stockage des ressources en plus d’installations minières pour des activités de broyage et de concentration. Mais le minerai broyé serait transporté vers la mine de Touquoy, à 75 km du site, pour y extraire l’or.

Ce dont on n’a pas besoin en ce moment, c'est la pollution générée par plus de camions sur nos routes, affirme Karen McKendry,

Si on permet plus de transport par camion, ça ne devrait pas être pour miner de l’or, et enrichir une poignée de gens, croit-elle.

La coordinatrice du Centre d'action écologique rappelle que l’or utilisé comme matériel industriel peut être recyclé. Elle dit aussi qu’il n’y a pas de garantie que le projet va créer 200 emplois sur une période de 7 ans comme l’avance Atlantic Gold.

Karen McKendry se tient sur une plage de roche et regarde vers le large.

Karen McKendry est coordinatrice du Centre d'action écologique d'Halifax pour la sensibilisation à la faune sauvage. Elle, comme bien d'autres, s'inquiète de l'ensemble des impacts d'un projet de mine d'or sur la côte est de la Nouvelle-Écosse.

Photo : gracieuseté Karen McKendry

La compagnie se veut rassurante

Dans un courriel, le porte-parole pour la compagnie Dustin O'Leary dit que la compagnie ne croit pas que ces commentaires représentent l'ensemble des appuis au sein de la population envers le projet. Il dit aussi que la compagnie a hâte de pouvoir rassurer les gens et répondre à leurs questions alors que le processus d’approbation se poursuit.

En plus des inquiétudes du public, le projet soulève certaines questions des différents ministères qui en font la révision. Transport Canada, Environnement Canada et Pêches et Océans Canada ont réagi, de même que Santé Canada qui dit entre autres que la compagnie semble avoir sous-estimé les impacts potentiels du projet de mine d’or Fifteen Mile Stream sur la qualité de l'air et de l'eau.

La compagnie dit qu'elle va faire ce qu’il faut pour clarifier le tout d’ici la fin de l’année. Mais Karen McKendry rappelle qu’il n’y a rien de coulé dans le béton.

Un non au projet est encore possible. La compagnie n'a pas su pour l’instant expliquer ce qu'elle est prête à faire pour remédier aux impacts de ce projet de mine sur l'environnement, souligne Mme McKendry.

Avec des informations de Frances Willick de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !