•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des Gaspésiens en difficulté profiteront de deux projets d’hébergement

Un doigt qui pointe un petit bloc de bois où un personnage qui sourit est dessiné. Deux autres blocs avec des émotions négative ou neutre se trouvent en arrière-plan.

Les deux projets visent notamment à donner une meilleure qualité de vie aux futurs résidents.

Photo : Freepik / mizkit

Radio-Canada

Si peu de détails sont encore disponibles, deux projets majeurs qui permettront de loger des Gaspésiens vivant des difficultés ont récemment officiellement reçu l’aval de Québec. Les initiatives verront le jour à Saint-Alexis-de-Matapédia et Chandler.

Le centre d’aide et d’hébergement l’Accalmie de Pointe-à-la-Croix a depuis plusieurs années le projet de convertir l’ancienne école de Saint-Alexis-de-Matapédia avec l’aide de la Société d’habitation du Québec (SHQ). L’organisme qui aide des personnes vivant avec des problèmes de dépendance, de santé mentale et d’itinérance a récemment reçu l’aval du provincial.

Douze unités supervisées munies d’une cuisinette seront aménagées dans l’ancien établissement scolaire, inoccupé depuis 2014. Les futurs résidents verseront 25 % de leur revenu pour y résider.

Ça va permettre aux gens d’avoir une meilleure qualité de vie.

Une citation de :Dominique Bouchard, directrice du centre d’aide et d’hébergement l’Accalmie de Pointe-à-la-Croix

Une intervenante les accompagnera 35 heures par semaine et un surveillant de nuit est également prévu. Ce sont des gens qui sont très isolés socialement, qui sont désaffiliés. Ça prend une aide sur place pour qu’ils recommencent, tranquillement, à socialiser, ajoute Mme Bouchard.

Une salle communautaire sera d’ailleurs accessible et des activités pourront s’y tenir.

L'école primaire de Saint-Alexis-de-Matapédia.

L'école primaire de Saint-Alexis-de-Matapédia est fermée depuis plusieurs années.

Photo : Fournie par le centre d'aide et d'hébergement l'Accalmie

La directrice générale de l'Accalmie, Dominique Bouchard, n’a pas encore les détails de l'aide du provincial, mais se réjouit du fait que ces unités soient officiellement réservées. La gestionnaire rappelle qu'il peut être fort difficile pour les personnes vulnérables de se loger, surtout dans un contexte de pénurie de logements.

C’est inabordable, pour eux. Financièrement, soit c’est trop cher, soit ce sont des taudis. Ce n’est pas parce qu’une personne a une maladie mentale qu’elle doit absolument se retrouver dans la misère, plaide Mme Bouchard.

Quatre appartements dédiés à des personnes âgées autonomes seront également créés dans l'ancien établissement scolaire. Mme Bouchard s’attend à ce qu’ils trouvent très facilement preneur. Il y a déjà presque une dizaine [d’aînés] qui a mis leur nom pour avoir accès à un logement.

La directrice du centre d'aide et d'hébergement l'Accalmie de Pointe-à-la-Croix, Dominique Bouchard

Dominique Bouchard est directrice du centre d'aide et d'hébergement l'Accalmie de Pointe-à-la-Croix depuis 19 ans.

Photo : Fournie par le centre d'aide et d'hébergement l'Accalmie

L'Accalmie aimerait voir les lieux ouvrir à l'automne 2022. Aucun échéancier n’a toutefois encore été confirmé par Québec. L’initiative avait été évaluée par l’organisme à environ 2,5 millions de dollars avant la pandémie de COVID-19. La hausse des coûts et l’accessibilité aux matériaux pourraient entraîner, convient Mme Bouchard, des frais et des délais supplémentaires.

Une campagne de sociofinancement au sein de la communauté pour boucler le budget sera prochainement mise sur pied par le centre d'aide et d'hébergement.

Nouveaux logements sociaux aussi réservés pour la région :

  • Villa Rayon de Soleil de Saint-François-d’Assise (14 places)
  • Logis communautaires l’Harmonie des Îles-de-la-Madeleine (24 places)
  • Centre Louise Amélie de Sainte-Anne-des-Monts (12 places)
  • Résidence La Rive de Grande-Rivière (12 places)

Des maisonnettes à Chandler

Le centre Émilie-Gamelin de Chandler pourra aussi aller de l’avant avec un projet d’hébergement subventionné qu’il caressait depuis longtemps. L’organisme qui vient en aide aux personnes vivant avec des problèmes de santé mentale compte faire construire six maisonnettes indépendantes.

Le Centre Émilie-Gamelin à Chandler.

Le Centre Émilie-Gamelin à Chandler.

Photo : Radio-Canada

Celles-ci hébergeraient des gens qui ont, par exemple, un diagnostic de schizophrénie ou de trouble de la personnalité antisociale et dont la situation est plus sévère. Les personnes visées par le projet Sentinelle ne parviennent généralement pas à s’adapter à une vie en groupe ou en colocation.

Ce sont des personnes qui vont être capables de vivre seule, mais qui sont souvent incapables de se conformer aux normes sociales. Elles vont être compulsives, irritables, agressives et sont toujours en train de provoquer ou d’agresser les autres, image la directrice générale du centre Émilie-Gamelin, Johanne Bécu.

Ces résidents auront facilement accès aux services du CLSC, situé tout juste à côté. Ils seront également encadrés au quotidien par l’équipe du centre Émilie-Gamelin.

On assure un suivi d’intensité variable. […] On va faire un survol tous les jours pour voir comment ça se passe, s’ils ont pris leurs médicaments, s’ils ont bien entretenu leur logement, mais il y aura quand même plusieurs heures dans la journée durant lesquelles ils vont devoir s’organiser, explique Mme Bécu, qui prévoit que les locataires y vivront une transition d’une ou deux années.

 Johanne Bécu, la directrice du centre Émilie-Gamelin.

Johanne Bécu, directrice du centre Émilie-Gamelin (archives)

Photo : Radio-Canada

Ce nouveau service viendra s’ajouter aux 10 places, dont un lit d’urgence, offert pour de l’hébergement courte durée et aux 12 logements supervisés par l’organisme. La construction d’une annexe juxtaposée à la maison de courte durée fait également partie du projet; on y organisera notamment des ateliers.

Selon Johanne Bécu, les futurs locataires des petites résidences profiteront des avantages de ce nouveau projet, qui vise notamment à leur inculquer une plus grande autonomie.

Le système public en sortira également gagnant, estime la gestionnaire, puisque l’initiative contribuera à diminuer les frais reliés aux hospitalisations et incarcérations.

Un homme assis par terre, la tête appuyée dans sa main.

Les personnes visées par le projet Sentinelle vivent avec des problèmes majeurs de santé mentale.

Photo : getty images/istockphoto / Srdjanns74

La facture à prévoir oscillerait approximativement, selon Mme Bécu, entre 1,4 million  de dollars et 1,9 million de dollars. Les petites constructions se concrétiseront tout juste à côté du centre, en partie sur un terrain cédé par le Centre de santé et de services sociaux de la Gaspésie.

Le ministre responsable de la région, Jonatan Julien, a annoncé le 20 mai dernier que 85 nouvelles unités de logements sociaux et abordables ont été réservées dans le cadre du programme AccèsLogis Québec de la SHQ pour la région. Ces deux projets font partie de cette liste.

Un texte de Roxanne Langlois

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !