•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le ministre de la Justice « déçu » du plan d'action de la police de Lethbridge

Le ministre de la Justice de l'Alberta, Kaycee Madu, à gauche et le chef de la police de Lethbridge, Shahin Mehdizadeh, à droite.

Le ministre de la Justice de l'Alberta, Kaycee Madu, à gauche, a ordonné au chef de la police de Lethbridge, Shahin Mehdizadeh (à droite), de réviser un plan d'action qui vise à structurer le service après plusieurs scandales ces dernières années.

Photo : Gouvernement de l'Alberta ; Meghan Grant / CBC

Le ministre de la Justice de l'Alberta, Kaycee Madu, s’est dit « déçu » du plan de réforme de la police de Lethbridge après que de nombreuses plaintes et scandales ont poussé le gouvernement à menacer de la dissoudre. 

Il exige un plan révisé d'ici le 25 juin, faute de quoi un agent supérieur d'un autre service de police sera nommé pour mettre en oeuvre cette réforme.

CBC a obtenu les lettres envoyées par le ministre au chef de police, au maire, au président de la Commission de police et à la Commission d'enquête sur l'application de la loi (LERB) de Lethbridge.

Le personnel du département et moi-même avons déterminé un certain nombre de lacunes importantes et substantielles, a écrit Kaycee Madu au chef de police, Shahin Mehdizadeh.

« Je dois dire que j'ai été déçu par le plan. [Il] doit être modifié. »

— Une citation de  Kaycee Madu, ministre de la Justice de l’Alberta

Nouveau plan exigé

Le ministre exige une enquête sur l'utilisation des bases de données policières, par le Service de police de Lethbridge (LPS), au cours des 10 dernières années.

Il s'attend à ce que le LPS réponde aux préoccupations qui ont surgi à la suite d'un certain nombre d'événements récents. [Ceux-ci] ont remis en question sa capacité à fournir des services de police efficaces et adéquats aux habitants de la ville de Lethbridge .

L'une des principales préoccupations concerne l'accès non autorisé et l'utilisation des bases de données , a écrit Kaycee Madu à la Commission d'enquête sur l'application de la loi.

Kaycee Madu répond à une question à un podium.

Le ministre a le pouvoir de dissoudre un corps policier et de le remplacer par un autre s’il juge qu’il ne remplit pas adéquatement son mandat.

Photo : Peter Evans

Enquêtes sur les fautes prioritaires

Le plan peut proposer des recommandations qui comprennent des améliorations législatives, politiques et pratiques en lien avec la conduite et la discipline de la police.

Il devra clairement définir les problèmes que la police essaie de résoudre ainsi que ses objectifs. Des détails sur la manière dont le service traitera rapidement et fermement les enquêtes sur les fautes et les procédures disciplinaires en suspens devront également y figurer.

Une voiture de la police de Lethbridge.

Le plan peut proposer des recommandations qui comprennent des améliorations législatives, politiques et pratiques en lien avec la conduite et la discipline de la police.

Photo : Radio-Canada / Sarah Lawrynuik

Le ministre veut que les échéanciers soient serrés et que la police s'engage à donner la priorité aux enquêtes en cours. Une stratégie de gestion du changement sera aussi lancée pour aborder la culture du lieu de travail.

Enfin, M. Madu a demandé une copie de la stratégie de recrutement de la police municipale.

La Commission de police de Lethbridge travaille avec le Service de police pour fournir ces informations, qui comprennent des demandes qui n'avaient pas été demandées auparavant,  a déclaré la Commission d'enquête sur l'application de la loi dans un communiqué fourni à CBC.

Avec les informations de Meghan Grant 

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !