•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Mélanie Leclerc remporte le prix Bédélys de la meilleure BD québécoise

Avec sa deuxième bande dessinée, « Temps libre », Mélanie Leclerc remporte un deuxième prix Bédélys.

Assise à sa table de dessin, la jeune femme a la tête appuyée sur son poing, qui tient un crayon.

La bédéiste Mélanie Leclerc

Photo : Martin Leclerc

Radio-Canada

La deuxième bande dessinée de Mélanie Leclerc, Temps libre, a obtenu les grands honneurs à la remise des prix Bédélys lors du Festival de la BD de Montréal, qui fêtait ses 10 ans en mode virtuel la fin de semaine dernière. Il s’agit d’un deuxième prix Bédélys pour Mélanie Leclerc.

Temps libre, publié en novembre 2020, est une autofiction où l’autrice, qui travaille aussi dans le milieu du cinéma, tente de réaliser son projet de faire un film qui raconte l’histoire de sa marraine atteinte d’alzheimer. Les obligations familiales et la nécessité de gagner sa vie se mettent souvent en travers de la route de la créativité de la cinéaste.

Page couverture de la bande dessinée. Une femme pousse un chariot de livres devant une immense bibliothèque remplie de livres.

Publiée aux éditions Mécanique générale

Photo : Mécanique générale

Petite-fille de Félix Leclerc, Mélanie Leclerc a publié sa première BD, Contacts, en 2018. Elle y raconte la vie de son père, le directeur photo Martin Leclerc. Avec cette bande dessinée, elle avait remporté le Bédélys indépendant. Ce livre a aussi gagné le Grand Prix de la Ville de Québec des 33es prix Bédéis Causa en 2020.

Peau d’homme récompensée

La BD scénarisée par Hubert (Hubert Boulard), bédéiste français décédé en février 2020, et dessinée par Zanzim, Peau d’homme, a remporté le prix Bédélys étranger, qui récompense la meilleure bande dessinée en langue française publiée hors Québec.

Ce conte a reçu plusieurs prix, notamment le prix Fauve des lycéens au Festival international de bande dessinée d’Angoulême en 2021.

L'image représente une femme aux longs cheveux, assise, qui enfile une peau d'homme.

La couverture de la BD « Peau d'homme », d'Hubert et Zansim

Photo : Génat

Dans cette histoire fantastique qui se déroule à l’époque de la Renaissance en Italie, on suit Bianca, une jeune fille qui doit se marier à un inconnu. Pour le connaître, elle revêt une peau d’homme qui est transmise de génération en génération parmi les femmes de sa famille et qui permet de visiter incognito le monde des hommes. Elle devient Lorenzo et découvre ce qui est interdit aux femmes à l’époque en matière d’amour et de sexualité.

D’autres prix

Boumeries 10, de la Québécoise Boum, a remporté le prix Bédélys indépendant francophone, récompensant la meilleure bande dessinée francophone autoéditée.

Sacrées sorcières, de la bédéiste française Pénélope Bagieu, a remporté le prix Bédélys jeunesse, et Hi, Stranger, d’Anouk, a gagné le prix Bédélys indépendant anglophone.

Un Bédélys hommage a été remis à François Mayeux, cofondateur du festival de la BD de Montréal.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !