•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Russie : le site d'informations Newsru ferme et dénonce une pression politique

La page d'accueil du site Newsru.com.

« Nous arrêtons de travailler pour des raisons économiques, mais elles sont provoquées par la situation politique du pays », a écrit Newsru dans un mot d'adieu à ses lecteurs sur son site Internet.

Photo : Radio-Canada

Reuters

Le site d'informations en ligne russe Newsru a annoncé lundi sa fermeture pour des raisons économiques, affirmant que les annonceurs le boudaient car ses articles ne suivaient pas la ligne éditoriale des médias pro-Kremlin.

Si ces derniers dominent le paysage télévisuel russe, l'information en ligne et dans la presse écrite est un peu plus pluraliste, même si de récentes décisions politiques ont conduit à qualifier certains de ces médias d'agents de l'étranger, une mesure qui dissuade les annonceurs comme les lecteurs.

Parmi les médias récemment qualifiés d'agents de l'étrangers figurent le radiodiffuseur américain Radio Free Europe/Radio Liberty, le portail Meduza ainsi que le site d'information VTimes.

Newsru, qui a principalement fonctionné comme un agrégateur d'informations ces dernières années, a déclaré qu'il n'était plus économiquement possible pour lui de poursuivre ses activités.

Nous arrêtons de travailler pour des raisons économiques, mais elles sont provoquées par la situation politique du pays, a écrit Newsru dans un mot d'adieu à ses lecteurs sur son site Internet.

Influence de l'annexion de la Crimée

Le site, créé en 2000, lorsque le président Vladimir Poutine entamait son premier mandat au Kremlin, estime que l'année 2014, durant laquelle la politique étrangère russe et la structure de l'économie nationale ont changé de manière spectaculaire, a été un tournant.

En 2014, la Russie a annexé la Crimée et l'a reprise à l'Ukraine, provoquant une poussée du sentiment patriotique à l'échelle nationale et renvoyant les relations avec l'Occident à leurs niveaux les plus bas d'après-guerre froide.

Notre vision est devenue si différente de l'image privilégiée par les ressources [médiatiques] de l'État que les principaux annonceurs ont cessé de coopérer avec nous après les événements de 2014, tandis que d'autres ont commencé à être particulièrement méfiants cette année, a déclaré Newsru.

Le Kremlin dément toute action contre les médias indépendants et assure que le paysage médiatique en ligne est dynamique.

Newsru dénonce également la réglementation imposant aux médias russes d'étiqueter toute personne considérée par l'État comme extrémiste ou agent étranger lorsqu'elle est citée dans leurs articles.

Nous avons dû qualifier d'agents étrangers et d'extrémistes de plus en plus de personnes respectées et de sources d'informations véridiques, a observé Newsru.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !