•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Édifice en briques à Kamloops.

L'ancien pensionnat autochtone de Kamloops, en Colombie-Britannique.

Photo : La Presse canadienne / Andrew Snucins

Radio-Canada

Le gouvernement du Nunavut mettra en berne ses drapeaux pendant neuf jours après la découverte des restes de 215 enfants sur le site d'un ancien pensionnat autochtone à Kamloops, en Colombie-Britannique.

Il ne s’agit pas juste d’un chapitre noir de l’histoire canadienne, mais d’une réalité douloureuse que connaissent les Premières Nations, les Inuit et les Métis , a déclaré le premier ministre, Joe Savikataaq, dans un communiqué. Cette découverte laisse les Autochtones le cœur brisé et en deuil .

Afin d’avancer, il faut que les Canadiens confrontent ces horreurs, apprennent la vérité, réclament justice et se penchent vers une véritable réconciliation.

Une citation de :Joe Savikataaq, premier ministre du Nunavut

L’annonce de la découverte des corps a été faite jeudi par la Première Nation de Tk'emlúps te Secwépemc à Kamloops. Celle-ci a fait savoir qu’il s’agissait de décès non documentés et que certains des enfants étaient âgés d’à peine 3 ans au moment de leur mort.

Le premier ministre du Canada, Justin Trudeau, a également indiqué sur Twitter qu’il avait demandé que les drapeaux de la tour de la Paix, à Ottawa, et des immeubles fédéraux soient abaissés.

Plusieurs paires de chaussures sont alignées au pied d'un arbre en mémoire des enfants autochtones morts à Kamloops.

Des chaussures sont alignées au pied d'un arbre en mémoire des 215 enfants autochtones morts à Kamloops.

Photo : Jenny Wasylkoski/Facebook

Par ailleurs, une page Facebook propose que des chaussures d’enfants soient déposées près d’un arbre sur le site de l’ancien pensionnat autochtone Akaitcho Hall, à Yellowknife. Quelques chaussures sont également apparues ce week-end devant la porte de l’église catholique St Patrick's.

Ligne bilingue de soutien pour les survivants des pensionnats autochtones : 1-866-925-4419

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !