•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'Outaouais en zone orange : les restaurateurs sont impatients

Des employés masqués effectuent des préparatifs en vue de la réouverture des salles à manger, lundi.

Le restaurant Allô mon coco! de Gatineau a été fermé pendant un total d'environ neuf mois depuis le début de la pandémie.

Photo : Radio-Canada / Félix Desroches

Radio-Canada

Les restaurateurs de l’Outaouais trépignent d’impatience et de fébrilité à l’approche de la réouverture, aux clients, de leurs salles à manger.

On est stressés, un peu, mais d’un bon stress, en voulant dire qu’on repart pour vrai, a lancé dimanche Jonathan Limoges, copropriétaire d’un restaurant Allô mon coco! situé à Gatineau.

Ce dernier a indiqué, en entrevue avec ICI Ottawa-Gatineau, que la salle à manger a été fermée environ neuf mois depuis que la pandémie de COVID-19 a frappé la région.

Remplir les récipients de ketchup, de sel et de poivre faisait partie de la liste de tâches, dimanche, comme dans bien d’autres établissements.

Pratiquement le même rituel de veille d'ouverture s’effectuait, non loin de là, au Mikes. J’ai préparé mes portions de sirop, de yogourt. Maintenant, je dois dégeler des desserts et les mettre au frigo. J'ai tout embouteillé les vinaigrettes, a énuméré la serveuse Renée Lépine, le sourire dans la voix.

Comme d’autres intervenants du milieu de la restauration, elle a bon espoir que la réouverture qui s’amorce lundi ne sera pas suivie, par après, d'une autre fermeture des salles à manger. Le progrès de la campagne de vaccination nourrit cet optimisme, a-t-elle mentionné.

Je suis bien contente qu'on rouvre demain, en espérant que c’est la dernière fois.

Une citation de :Renée Lépine, serveuse au Mikes de Gatineau
Une femme portant le masque regarde la caméra, dans un restaurant.

Rénée Lépine, serveuse au restaurant Mikes de Gatineau

Photo : Radio-Canada / Félix Desroches

Que permet la zone orange ?

L’Outaouais est l’une des régions du Québec qui passent du palier rouge de restrictions sanitaires au palier orange lundi. Cela permet la réouverture des salles à manger des restaurants, avec une clientèle restreinte, entre autres règles à respecter.

Les assouplissements signifient aussi un retour en classe à temps plein pour les élèves de 3e, 4e et 5e secondaire.

Les lieux de culte pourront accueillir un maximum de 100 personnes.

De plus, toutes les installations sportives et de loisirs peuvent rouvrir, y compris les gyms. Il est possible de les fréquenter seul, à deux ou en bulle familiale. Seuls les entraînements individuels, à deux et à plusieurs sont admis, à condition que le groupe provienne d'une même bulle familiale. Les séances d'entraînement de groupes devront attendre le 11 juin avant de reprendre.

Les visites à l'extérieur des CHSLD sont à nouveau autorisées pour tous les visiteurs, à raison d’un maximum de cinq personnes par jour.

À l'intérieur, trois proches aidants par jour pourront visiter les personnes qui résident en CHSLD, RPA ou RI, un à la fois.

Quant aux propriétaires de restaurants, ils avaient le feu vert du gouvernement de François Legault pour rouvrir les terrasses dès vendredi.

Plusieurs ont sauté sur l’occasion, mais au Allô mon coco!, on a décidé de patienter encore quelques jours afin de mieux effectuer tous les préparatifs nécessaires.

Un des défis auquel font face de nombreux restaurateurs est l’embauche d’employés pour compenser tous les départs cumulés au fil du temps, a expliqué le copropriétaire M. Limoges.

Je dirais que c’est un peu une guerre en ce moment. Toute la restauration cherche des employés. Il faut essayer de se démarquer des autres, a-t-il résumé, en notant qu’il mise notamment sur la présence de son équipe sur les réseaux sociaux.

Le copropriétaire estime que la mise à niveau de ses effectifs n’est pas encore optimale. Quoi qu’il en soit, il s’attend à ce que la vaste majorité des clients soient indulgents. On est vraiment excités et les gens le sont aussi.[...] Ils savent que ça fait longtemps que c’est fermé, a-t-il dit.

Quant à Mme Lépine, elle avoue qu’elle aimerait bien serrer quelques clients dans ses bras si la situation sanitaire le permettait.

Beaucoup sont des clients réguliers qui m'ont suivie ici. J'ai vraiment hâte de les voir!, s’est-elle exclamée.

Avec les informations de Marielle Guimond

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !