•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un dernier vol avant le grand plongeon pour un avion à la mine Flintkote

Un avion harnaché par les sangles d'une grue, aux abords d'une étendue d'eau

Les amateurs et les amatrices de plongée pourront explorer cet avion dans la carrière inondée de Flintknote, près de Thetford Mines. Dimanche, une spectaculaire opération pour submerger l'appareil a eu lieu.

Photo : Radio-Canada / Kassandra Nadeau-Lamarche

Les plongeurs et les plongeuses pourront bientôt explorer un avion à 30 mètres sous la surface des eaux de la carrière inondée Flintkote, située près de Thetford Mines. Fruit de quatre mois de planification, la submersion de l’appareil sanglé à une grue est un rêve devenu réalité pour les deux frères à l’origine du projet.

Le Piper Aztec repose depuis dimanche au fond de la carrière désaffectée, une aile dans le vide, le fuselage bien planté dans les sédiments.

Son arrivée sous les eaux n’a toutefois pas été de tout repos. Les frères Pierre-Olivier et Marc-André Dubois planifient méticuleusement, depuis quatre mois, la manoeuvre. 

Chaque jour, on y pensait, confie le premier. Au fur et à mesure, on checkait chaque item de la liste.

Un avion bleu et blanc, sanglé.

L'appareil, un Piper Aztec, est donné par l'École nationale d'aérotechnique.

Photo : Radio-Canada / Kassandra Nadeau-Lamarche

Et la liste était longue pour que le rêve un peu fou, lancé en juin 2020, se concrétise, le 30 mai 2021, à 30 mètres sous la surface de l'eau de la carrière Flintkote.

Il fallait trouver l’appareil, un pépin résolu grâce à l’École nationale d’aérotechnique (ÉNA).

Une fois trouvé, il a fallu transporter le Piper Aztec jusqu’à la mine, puis l’assembler.

Enfin, il fallait amener une grue sur la berge du lac artificiel, sangler l’avion, et entreprendre la délicate opération de mise à l’eau.

Une grue soulève un avion au milieu d'un décor rocheux.

Il a fallu planifier le transport d'une grue sur la berge du lac artificiel formé dans l'ancienne carrière Flintkote.

Photo : Radio-Canada / Kassandra Nadeau-Lamarche

Une délicate mise à l'eau

Une équipe de plongeurs aguerris a rendu la submersion possible. Déposer l’avion sur l’eau, aidé par la grue, n’était pas l’étape difficile : il fallait ensuite déplacer l’appareil de plusieurs mètres, puis guider sa descente jusqu’au site identifié grâce à de nombreuses plongées de reconnaissance effectuées au fil des mois.

Dans les airs, c’est la grue et les sangles qui contrôlent l’avion. Dès qu’il commence à couler, ce sont des sacs de levage qui prennent le relais pour le déplacer.

Une citation de :Pierre-Olivier Dubois

Un sac de levage, placé à la surface, faisait office d’ancre inversée, explique-t-il. 

Un avion descend dans un lac dans un décor de falaises et de végétation.

Une fois mise à l'eau, l'appareil devait être déplacé jusqu'à son point de chute, pour être ensuite submergé.

Photo : Radio-Canada / Kassandra Nadeau-Lamarche

Un bateau aidait à stabiliser l’appareil, pendant que deux plongeurs orientaient l’avion jusqu’à son point de chute, grâce à des cordes.

Ça s’est déroulé sans anicroche, affirme, soulagé, Pierre-Olivier. On est vraiment, vraiment contents.

Collaboration des élèves de l'ÉNA

En plus de fournir l'avion, l'École nationale d'aérotechnique a permis à ses élèves de préparer le Piper Aztec pour sa retraite. Sous la supervision de l'enseignant du département de préenvol Serge Rancourt, près d'une centaine d'élèves se sont impliqués pendant trois mois.

L'enseignant explique qu'il fallait vider l'avion et enlever tous les composants qui pourraient contaminer l'eau de la carrière. On a fait la décontamination complète de l'appareil pour s'assurer que l'appareil qui s'en allait dans l'eau était propre, propre, affirme monsieur Rancourt.

Ce type de projet pédagogique permet aux élèves de mettre en pratique les connaissances acquises. Ça nous donne une occasion d'aller travailler sur un vrai avion, de découvrir tous ses systèmes, d'appliquer en fait nos cours de théorie sur un vrai avion, indique Thomas Ernst, qui est étudiant finissant au programme de techniques de maintenance d'aéronef.

C'est un peu une pratique

La submersion du Piper Aztec permettra d’offrir une nouvelle attraction au site de plongée Flintkote, croit Marc-André Dubois.

Une grue descend un avion dans les eaux d'une carrière désaffectée.

L'avion effectue un dernier «vol» avant d'être submergé dans les eaux de l'ancienne carrière inondée de Flintknote.

Photo : Radio-Canada / Kassandra Nadeau-Lamarche

Les sédiments retombent à peine autour de l’avion maintenant au fond de la carrière que les deux frères caressent déjà d’autres ambitions pour le bassin Flintkote.

Ça, c’est un peu un exercice, une pratique, explique Pierre-Olivier Dubois. Nous, ce qu’on cherche à faire, c’est d’aller mettre un objet plus profond, plus dans les 200 pieds, donc deux fois plus profond que l’avion. Nous voulons en faire un site de formation pour les plongeurs techniques. C’est vraiment un manque au Québec, des épaves qui sont faciles d’accès à ces profondeurs-là et dans lesquelles on peut entrer.

Un avion coule à côté d'un bateau.

Une fois sous l'eau, c'est à l'aide d'un bateau, de deux sacs de levage et de cordes que l'avion a pu être dirigé jusqu'à destination.

Photo : Radio-Canada / Kassandra Nadeau-Lamarche

Cette deuxième prouesse technique pourrait se concrétiser à l'été 2022, le temps que les deux frères fassent quelques plongées de haut vol près de leur Piper Aztec.

Avec les informations de Kassandra Nadeau-Lamarche

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !