•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Pensionnat de Kamloops : les drapeaux des immeubles fédéraux en berne

Un drapeau du Canada est hissé à mi-hauteur de son mat, au sommet de la tour de la Paix, à Ottawa.

Le drapeau de la tour de la Paix du parlement d'Ottawa est en berne, comme celui d'immeubles fédéraux ailleurs au pays.

Photo : Olivier Hyland / CBC

Radio-Canada

Le drapeau canadien juché au sommet de la tour de la Paix du parlement, à Ottawa, a été mis en berne, dimanche, à la suite de la découverte des dépouilles de 215 enfants sur le site d'un ancien pensionnat autochtone de Kamloops, en Colombie-Britannique.

En fait, les drapeaux de tous les immeubles et établissements fédéraux le seront jusqu’à nouvel ordre, d’un bout à l’autre du pays, a indiqué le ministère du Patrimoine canadien.

Ce geste symbolique est posé à la suite de la découverte des restes de 215 enfants au pensionnat indien de Kamloops en mémoire des milliers d'enfants qui ont été envoyés dans les pensionnats, pour ceux qui ne sont jamais revenus, et en l'honneur des familles dont la vie a été changée à jamais, explique Patrimoine canadien dans une déclaration écrite.

Le premier ministre Justin Trudeau a indiqué, dans une publication Twitter, qu’il avait demandé à ce que tous les drapeaux d’immeubles fédéraux soient abaissés.

Les restes de 215 enfants ont été retrouvés, à la fin de la semaine dernière, sur le site d’un ancien pensionnat autochtone à Kamloops.

La Première Nation de Tk'emlúps te Secwépemc, qui en a fait l'annonce, a fait savoir qu’il s’agissait de décès non documentés. Certains des enfants étaient âgés d’à peine trois ans au moment de leur mort.

Des chaussures et des roses alignés dans un escalier.

Les hommages aux jeunes victimes se sont multipliés partout au pays. En Colombie-Britannique, des centaines de chaussures ont été placées dans les marches de la Vancouver Art Gallery en mémoire des disparus.

Photo : Radio-Canada / Ben Nelms

La chef de la Première Nation, Rosanne Casimir, a souligné vendredi, à l’émission Daybreak Kamloops, sur les ondes de CBC, que des actions concrètes, au-delà des gestes symboliques, sont nécessaires.

C’est bien que le gouvernement fédéral pose des gestes de bonne volonté et de soutien en ce qui concerne la tragédie, a-t-elle dit.

Il y a une importante responsabilité envers Tk'emlúps te Secwépemc ainsi que toutes les communautés et familles qui ont été touchées, a-t-elle ajouté.

Les drapeaux d’instances provinciales et municipales ont aussi été mis en berne dimanche.

Le maire d’Ottawa, Jim Watson, a fait savoir que c’était le cas à l’hôtel de ville de la capitale fédérale.

Les drapeaux resteront baissés pendant une heure pour chaque enfant dont la vie a été enlevée, a-t-il précisé sur Twitter.

Aussi à Ottawa, Le Musée des beaux-arts du Canada a indiqué que le Grand Hall du musée serait éclairé en orange pendant 215 heures pour commémorer et honorer les 215 enfants enterrés à l'école résidentielle de Kamloops.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !