•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un séisme de magnitude 3,1 ressenti au Saguenay

Une onde captée par un sismographe.

La baisse de l'activité humaine pendant le confinement a réduit le bruit sismique causé entre autres par la circulation et les activités industrielles.

Photo : getty images/istockphoto

Radio-Canada

Séismes Canada confirme avoir mesuré, samedi vers 20h30, une secousse de 3,1 sur l'échelle de Richter, à 1 kilomètres de profondeur à Saint-Honoré.

Des citoyens affirment même l'avoir ressenti jusqu'à Chicoutimi. Puis, une autre secousse a été relevée vers 4 h 30 dimanche matin.

Selon des sismologues de Séismes Canada, les événements seraient reliés à des activités de la mine Niobec, à Saint-Honoré.

On a eu une confirmation de la mine Niobec qu'il y a eu huit événements, et un ou deux ont été ressentis car nous avons reçu plusieurs rapports de secousse, indique la sismologue à Ressources naturelles Canada, Claire Perry.

Une ligne avec une secousse.

Selon le site Internet de Séismes Canada, une secousse a été détectée.

Photo : Capture d'écran : Séismes Canada

D'ailleurs, les opérations minières ont été suspendues le temps de procéder à une inspection afin de s'assurer de la sécurité des installations.

Le sismologue et professeur retraité de l'UQAC, Reynald Duberger a précisé en entrevue à Radio-Canada que ces secousses ne sont pas naturelles.

C'est causé par l'activité humaine, il y a différentes façons dont les humains peuvent déclencher les tremblements de terre et l'exploitation minière en est une, dit-il.

Des ingénieurs et géologues étaient sur place dimanche matin pour évaluer la situation.

Plusieurs secousses ont été captées à différents niveaux sous terre.

Pour le moment, aucun dommage n'a été rapporté. Selon la sismologue Claire Perry, un tremblement de terre en dessous de 5 sur l'échelle de Richter provoque rarement des dommages.

Si ça peut rassurer les gens du Saguenay, le scénario de novembre 1988, il ne se reproduira pas dans les jours qui viennent, conclut M. Duberger.

Selon des informations de Philippe L'Heureux et Priscilla Plamondon Lalancette.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !