•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Pensionnats autochtones : la mémoire des 215 enfants enterrés en C.-B saluée 

Un chandail orange accroché devant une église.

Des rubans et des chandails orange ont été accrochés devant la cathédrale St-Mary's de Winnipeg en mémoire des 215 enfants enterrés sur le terrain d'un ancien pensionnat autochtone en Colombie-Britannique.

Photo : Viv Ketchum

Radio-Canada

Des survivants de pensionnats autochtones ont honoré samedi devant une église catholique à Winnipeg la mémoire des 215 enfants retrouvés enterrés en Colombie-Britannique.

Des centaines de rubans orange ont été noués puis accrochés à l’extérieur de la cathédrale St-Mary's au centre-ville de Winnipeg pour rendre hommage aux 215 enfants enterrés sur le terrain de l'ancien pensionnat autochtone de Kamloops, en Colombie-Britannique et dont les restes ont été retrouvés.  

Vivian Ketchum, membre de la Première Nation Wauzhusk Onigum à Kenora, dans le nord-ouest de l'Ontario, elle-même une survivante, estime qu’il fallait honorer la mémoire de ces enfants.   

Nous sommes tous des survivants des pensionnats. Nous étions tous des enfants. Nous avons tous vécu des expériences similaires, que ce soit en Colombie-Britannique, à Thunder Bay ou à Kenora, toutes les histoires sont les mêmes. Toutes les larmes sont les mêmes , s'indigne M. Ketchum.

Mme Ketchum affirme que ces décès rouvrent de vieilles blessures qui n'ont jamais été complètement guéries. 

Je pensais, combien de ces histoires comme la mienne ? Elles n'ont pas été entendues. Cela fait deux cent quinze histoires qui n'ont pas été entendues. C'est ce qui m'a interpellée, poursuit-elle.

Selon elle, l’activité symbolique devant une église catholique est un geste qui vise à sensibiliser les gens à l'impact durable des pensionnats sur les enfants autochtones, mais elle estime qu’il faut faire plus. Sauf que les restrictions liées à la pandémie constituent un frein dans ce contexte.

 J'aimerais que nous puissions être rassemblés et avoir des cérémonies comme des feux sacrés, mais nous ne pouvons le faire à cause du COVID, et c'est ce qui fait vraiment mal.

Drapeaux en berne à Winnipeg

La Ville de Winnipeg a décidé de rendre hommage aux enfants morts puis a partagé la douleur des survivants.

Par respect pour toutes les personnes touchées par cette horrible nouvelle, l'enseigne de Winnipeg a été mise en veilleuse. Les drapeaux de l'hôtel de ville seront également en berne de l'aube au crépuscule pendant quatre jours à partir de dimanche, a publié le maire de Winnipeg, Brian Bowman, sur les médias sociaux.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !