•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le Défi têtes rasées en mode virtuel en Abitibi-Témiscamingue

Le reflet d'une femme au crane rasée dans un miroir et le sigle de Leucan.

Défi têtes rasées Leucan.

Photo : Leucan

Le Défi têtes rasées Leucan se tient dimanche en Abitibi-Témiscamingue et dans d'autres régions du Québec.

L'événement virtuel verra la participation d'une quarantaine de personnes et se déroulera en deux temps, en matinée à 10 h et en début d'après-midi.

Un grand rassemblement virtuel qui aura lieu simultanément dans les régions de l'Abitibi-Témiscamingue, l'Outaouais et le Saguenay-Lac-Saint-Jean.

Il s'agit d'une activité de financement pour offrir des services aux familles d’enfants atteints de cancer.

C’est aussi un geste pour soutenir les enfants qui subissent, lors de la chimiothérapie, la perte des cheveux.

Je considère que c'est l'un des gestes les plus significatifs envers nos jeunes. Parce qu'on sait que cancer égal dans la plupart des cas perte de cheveux et de voir des gens qui décident de se faire raser en guise de solidarité pour nos jeunes, c'est un beau message qu'on envoie à nos jeunes en frais de soutien et de support et les gens nous disent on est derrière vous, dit Jacques Tremblay, directeur, dons majeurs et partenariats, Leucan Abitibi-Témiscamingue, Outaouais et Saguenay-Lac-Saint-Jean.

Tout au long de l'année, plusieurs événements auront également lieu en Abitibi-Témiscamingue avec comme objectif d'amasser 110 000 $.

Olivier Guérard, 12 ans de La Sarre, est le porte-parole régional de l'événement.

Il y a bientôt deux ans, il a reçu un diagnostic de leucémie lymphoblastique, une nouvelle qui a bouleversé sa vie et celle de sa famille.

Il affirme avoir reçu beaucoup de soutien de Leucan et qu'il veut aussi faire sa part pour aider à amasser des dons.

Je trouve que c'est une bonne cause, pour Leucan, pour faire connaître Leucan, dit-il. [Moi] au début, ça n'allait pas bien, je trouvais ça triste et plate, et au fil du temps ça va mieux. Mon souhait c'est que les familles d'enfants atteints de cancer, elles apprennent que Leucan est là pour les aider.

Sa mère Caroline Dickey affirme que l'aide de l'organisme pour la famille est diversifiée, notamment lors des déplacements pour les soins à Montréal ou à Rouyn-Noranda.

La maladie l'oblige à cesser temporairement de travailler pour se consacrer au suivi des traitements de son fils.

Dans mon cas, j'ai été obligée d'être en arrêt de travail pour justement les traitements et gérer tout ça. Parce que souvent l'enfant durant son traitement, fait de la fièvre et son souvent hospitalisés. Donc, ça demande énormément. Ça va faire bientôt deux ans que je suis en arrêt de travail, dit-elle.

Chaque année, environ 300 nouveaux cas de cancer sont diagnostiqués dans la province, dont une douzaine en moyenne en Abitibi-Témiscamingue.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !