•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La date d'expiration de milliers de doses d'AstraZeneca est prolongée d'un mois

Une seringue et un flacon du vaccin AstraZeneca contre la COVID-19.

Santé Canada assure que sa décision est sans danger pour les personnes qui seront vaccinées avec les doses dont la date d'expiration a été reportée.

Photo : Getty Images / MARCO BERTORELLO

Radio-Canada

Santé Canada a décidé de reporter de 30 jours la date de péremption de milliers de doses du vaccin d'AstraZeneca contre la COVID-19 qui devaient expirer le 31 mai.

Assurant que cette extension est sans danger pour les personnes qui seront vaccinées avec ces doses, l’agence fédérale explique que le changement permettra aux provinces et aux territoires d'utiliser leurs stocks existants et à la population canadienne d'avoir accès à des doses de ce vaccin indispensable.

La décision de Santé Canada est basée sur un document d'AstraZeneca comprenant des données sur la stabilité du produit, notamment tirées de modèles mathématiques.

Ces données ont démontré, affirme l’agence, que la qualité, l'innocuité et l'efficacité de deux lots en question se maintiendraient pendant un mois supplémentaire.

La durée de conservation de ces doses de vaccin, qui pourront maintenant être utilisées jusqu’au 1er juillet, avait d’abord été fixée à six mois.

Plusieurs provinces ont déjà commencé à administrer une deuxième dose du vaccin AstraZeneca à ceux qui l’ont reçu en première dose.

La date de péremption du vaccin préoccupait d’ailleurs la ministre de la Santé du Canada, Patty Hajdu plus tôt cette semaine. Elle a envoyé une lettre à ses homologues des provinces et des territoires leur demandant d’envoyer les doses qu’ils pensent être dans l’impossibilité d’inoculer avant leur échéance aux provinces qui seraient en mesure de le faire.

Accès à la deuxième dose au Québec et en Ontario

Au Québec, l’administration des deuxièmes doses du vaccin AstraZeneca a commencé samedi. Pour y être admissible, il faut être âgé de 45 ans et plus et avoir reçu une première dose du vaccin depuis au moins 8 semaines. L'intervalle de temps entre les deux doses avait auparavant était fixé à 16 semaines.

À Montréal, les doses disponibles sans rendez-vous se sont envolées rapidement. Au site de vaccination du stade olympique, 1200 doses étaient disponibles samedi et autant le seront dimanche, lundi et mardi. À l’aréna Martin-Brodeur, les 500 doses disponibles samedi ont aussi été administrées, et 250 le seront dimanche. Au carré Décarie, dans le quartier Côte-des-Neiges, ce sont 485 doses qui étaient offertes samedi et des centaines d’autres le seront dans les prochains jours.

L’engouement a été le même ailleurs dans la province, notamment à Trois-Rivières, où le personnel n’a pas été en mesure de prendre une pause pour dîner. Certaines personnes y ont attendu de deux à trois heures pour recevoir leur seconde dose.

L’Ontario a pour sa part recommencé à offrir le vaccin cette semaine, en choisissant un intervalle de presque trois mois entre les deux doses. Le vaccin y est proposé à ceux qui ont reçu leur première dose entre le 10 et le 19 mars.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !