•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un transmetteur d’ordres exposé au Musée de l’Empress of Ireland cet été à Rimouski

Un télégraphe affiché dans un musée.

C’est le plongeur Robert Stephen Benedict qui a récupéré le transmetteur d’ordres sur l’épave dans les années 70.

Photo : Radio-Canada / Samuel Ranger

107 ans se sont écoulés depuis le naufrage de l’Empress of Ireland au large de Sainte-Luce. Pour souligner l'événement, le musée de l’Empress of Ireland à Rimouski exposera durant l’été un télégraphe récupéré par le plongeur Robert Stephen Benedict, dans les années 70.

Le télégraphe, aussi connu sous le nom de transmetteur d’ordres, servait lors de l’accostage du navire. Le responsable du marketing et des communications du site maritime de la Pointe-au-Père, Martin DeBoefle, indique qu’on comptait six ou sept télégraphes sur le navire.

M. DeBoefle se réjouit par ailleurs de faire découvrir l’histoire derrière l’artefact auprès du public. Il ajoute être fier de la reconnaissance que le musée a auprès des gens qui savent que [le musée] va mettre en valeur ces objets et les conserver dans une collection.

C’est toujours une surprise pour nous. On ne sait jamais ce qui traîne dans les greniers des plongeurs qui sont venus sur l’épave à partir des années 60, comme les survivants ou les descendants de la tragédie.

Une citation de :Martin DeBoefle, responsable marketing et des communications au Site historique de la Pointe-au-Père
Un homme porte une chemise carottée et un veston.

Martin DeBoefle est responsable marketing et des communications au Site historique de la Pointe-au-Père à Rimouski.

Photo : Radio-Canada / Samuel Ranger

Le travail de rénovation du transmetteur d’ordres est presque achevé. Les visiteurs pourront ensuite admirer l’artefact au musée.

Des artefacts du navire.

L'épave de l'Empress of Ireland est désormais un site protégé.

Photo : Radio-Canada / Samuel Ranger

M. DeBoefle croit qu’il reste encore des artefacts de l’Empress of Ireland à découvrir, en faisant référence notamment aux images d’archives à ce jour inédites, retrouvées plus tôt cette semaine.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !