•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La fête finit dans la violence au parc Victoria

Des jeunes quittent un parc sous la présence importante de véhicules d'urgence

Des centaines de personnes ont évacué le parc après qu'un homme dans la vingtaine eut été agressé à l'arme blanche

Photo : Radio-Canada / Marc-André Turgeon

Le parc Victoria devait être le lieu de toutes les réjouissances, vendredi soir, alors que des milliers de fêtards étaient réunis dans une ambiance de « fin de guerre » pour célébrer la fin du couvre-feu. Tout a basculé peu après 21 h 30, quand un suspect a poignardé un homme dans la vingtaine. Le parc de la basse-ville de Québec, devenu scène de crime, était soudainement évacué sous la lumière des gyrophares.

Les policiers ont été appelés une première fois vers 21 h 37 vendredi. L'homme d'une vingtaine d'années était conscient lors de son transfert au centre hospitalier. Ses jours ne sont pas en danger.

Selon les premiers éléments de l'enquête, la victime et le suspect se connaîtraient, a précisé David Pelletier, porte-parole au Service de police de la Ville de Québec.

Des gens dans un parc de Québec de nuit.

La police a fait évacuer le parc Victoria vendredi soir.

Photo : Radio-Canada / Marc Andre Turgeon

Le parc a été évacué et un périmètre de sécurité a été érigé dans une partie du parc et une rue avoisinante.

On protège la scène de l’agression, a ajouté le porte-parole. L'identité judiciaire a été mise à contribution.

Aucune arrestation n’a eu lieu pour le moment en lien avec cette affaire.

Deux agents du SPVQ passent les menottes à un individu couché dans l'herbe du parc Victoria.

Les policiers ont procédé à quelques arrestations. Aucun suspect, samedi matin, avait été appréhendé en lien avec l'agression à l'arme blanche survenue la veille.

Photo : Radio-Canada / Marc-André Turgeon

Presque au même moment, à 21 h 38, les policiers ont dû intervenir pour une agression armée au cours de laquelle une femme a été blessée à la tête. Elle a été transportée à l'hôpital, mais on ne craint pas pour sa vie.

Les deux événements sont distincts, a souligné David Pelletier.

Le SPVQ a procédé à l'arrestation de deux personnes vendredi soir.

La première provoquait du désordre et refusait de collaborer avec les policiers.

La deuxième personne a commis un méfait en endommageant le pare-brise d'une autopatrouille.

La police a par ailleurs remis six constats d'infraction en lien à différentes règlements municipaux.

Plus tôt vendredi, le maire de Québec, Régis Labeaume avait annoncé que la présence policière serait accrue dans les parcs et les espaces verts de la ville.

Fin de soirée abrupte

Une foule au parc Victoria.

Des résidents de Québec sont venus en grand nombre au parc Victoria vendredi soir pour fêter la fin du couvre-feu et l'allègement des mesures sanitaires.

Photo : Radio-Canada / Erik Chouinard

La soirée avait pourtant commencé de manière festive au parc Victoria.

Les fêtards, majoritairement des jeunes, venaient célébrer la fin d'un couvre-feu qui avait, pendant 139 jours, fortement limité leur vie sociale.

Des gens rassemblés dans un parc verdoyant

Le beau temps a de nouveau attiré les citoyens au parc Victoria, vendredi.

Photo : Radio-Canada / Erik Chouinard

Sur le coup de 21h30, des feux d'artifice ont illuminé le ciel de la basse-ville, sous les vivats de la foule.

J'étais tranquille chez nous, mais j'ai entendu l'ovation à 21 h 30, explique un citoyen qui habite aux abords du parc Victoria. C'est comme une ambiance de fin de guerre. On dirait mai 45!

Dans le parc, les fêtards avaient peine à croire que le déconfinement, longtemps espéré, était bel et bien amorcé.

On a de la misère à le croire, poursuit une jeune femme assise dans l'herbe avec des amies. Le gouvernement a tellement ouvert, fermé, ouvert, fermé que là, une règle impossible qui vient de se terminer, on dirait qu'il faut qu'on se pince! Puis là, avec les feux d'artifice, sérieux c'est quasiment irréel.

Elle ne croyait pas si bien dire.

Une voiture de police devait des fêtards dans un parc la nuit.

À la suite de l'agression, les policiers ont fait évacuer le parc Victoria vendredi soir.

Photo : Radio-Canada / Steve Jolicoeur

Quelques minutes plus tard, les policiers ont soudainement envahi le parc Victoria. La lumière des gyrophares a lors remplacé celle des feux d'artifice, jetant une lumière crue sur la fête.

« Il y a quelqu'un qui a été poignardé dans le parc, c'est maintenant une scène de crime. Je vais vous demander de quitter. »

— Une citation de  Policier du SPVQ à un groupe réuni au parc Victoria, vendredi soir

Les fêtards, incrédules, ont majoritairement évacué les lieux dans le calme.

Trois policiers dans un parc la nuit.

Les policiers ont été appelés à la suite d'une agression dans le parc Victoria.

Photo : Radio-Canada / Marc Andre Turgeon

On s'attendait à avoir une bonne soirée, t'sais, que ça finisse bien. Pas que ça finisse comme ça. Ça va prendre un bout avant qu'on revienne brosser au parc Victoria, expliquait Louis-Ellys Le Bras, déçu de la tournure violente des événements.

C'est quasiment stressant d'être ici, soulignait son amie Carolane Talbot.

En quittant les lieux, les deux amis déploraient l'état lamentable dans lequel le parc était abandonné.

Une poubelle entourée de cartons de bières

Des cartons de bières jonchaient le parc Victoria, samedi matin, à la suite d'une soirée visiblement arrosée qui a fini abruptement.

Photo : Radio-Canada / Marie-Pier Mercier

Il y a beaucoup de dégâts, observait Louis-Ellys. Il y a plein de déchets, ça n'a pas de bon sens, a renchéri son amie.

Certains fêtards, en évacuant, tentaient de nettoyer aussi rapidement que possible les poubelles laissées par d'autres.

Une poubelle entourée de déchets

Des scènes qui se répètent d'une fin de semaine à l'autre au parc Victoria : des poubelles entourées des déchets abandonnés la veille par les fêtards.

Photo : Radio-Canada / Marie-Pier Mercier

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.