•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Port de Cap-aux-Meules: les Madelinots exigent un plan d'action d'Ottawa

Une barrière où on peut lire « danger » devant un bateau au quai de Cap-aux-Meules.

En mars, Transports Canada a interdit l'accès à certains secteurs du quai et a condamné près de la moitié des bornes d'amarrage accessibles aux bateaux semi-hauturiers (archives).

Photo : Radio-Canada / Isabelle Larose

La communauté madelinienne exige à nouveau qu'Ottawa annonce rapidement un plan d'action pour la réfection du port de Cap-aux-Meules, qui fait l'objet de restriction d'usage depuis mars.

Au nom des utilisateurs du port de Cap-aux-Meules, le président de la Communauté maritime des Îles et maire des Îles-de-la-Madeleine formule quatre demandes au ministre des Transports du Canada.

Jonathan Lapierre réclame le retrait du port de Cap-aux-Meules du programme fédéral de rétrocession des quais ainsi que le lancement des démarches pour réaliser un nouveau plan directeur, d'ici la fin de la session parlementaire.

Une barrière qui empêche la circulation sur une partie du quai

Le plan directeur du port de Cap-aux-Meules date de 2004. «Il faut absolument que la vision à moyen et long terme soit définie et ça, ça passe dans un plan directeur», selon Jonathan Lapierre (archives).

Photo : Radio-Canada / Isabelle Larose

M. Lapierre demande aussi que la planification des travaux à effectuer d'ici la saison de pêche 2022 se mette en branle dès maintenant, pour éviter que le scénario de 2021 ne se répète.

Le maire madelinot réclame également que Transports Canada signe un bail d'occupation avec le Regroupement des usagers du port de Cap-aux-Meules (RUPCAM) pour permettre l'utilisation de la grue-portique de 300 tonnes sur la cale de halage. Actuellement, la nouvelle grue-portique ne peut être utilisée pour sortir des bateaux semi-hauturiers de l'eau en raison de l’état de la cale de halage et de l'absence d'un permis d’occupation par Transports Canada.

Depuis le début du mois de mars, Ottawa interdit la circulation des véhicules lourds et a réduit de moitié l'espace d’amarrage au quai de Cap-aux-Meules en raison d'une diminution de la capacité portante du quai.

La capacité portante des portions ouvertes du quai est actuellement de 12 kPa, ce qui correspond à la moitié de la capacité portante d’origine lorsque le quai a été bâti en 1971, selon Transports Canada.

Un dossier prioritaire

Pour nous, le dossier prioritaire de la Communauté des Îles, en lien avec le gouvernement fédéral, c’est la réfection du port de Cap-aux-Meules, affirme Jonathan Lapierre.

Le port de Cap-aux-Meules est le cœur et les poumons des Îles, poursuit-il. C'est une infrastructure névralgique et stratégique, qui appartient au gouvernement fédéral.

Il est grandement temps que le gouvernement fédéral s'inquiète, se préoccupe, s'intéresse et réinvestisse dans sa propre infrastructure.

Une citation de :Jonathan Lapierre, maire et président de la Communauté maritime des Îles-de-la-Madeleine

Le président du Regroupement des usagers du port de Cap-aux-Meules a, une fois de plus, fait part de son impatience de voir Ottawa agir dans le dossier.

On commence à être fatigué de toujours porter ce dossier-là, affirme Jocelyn Thériault. Ce qui presse à court terme, ce sont les travaux de la cale de halage. Il faut avoir au plus vite le permis d’occupation et commencer les travaux au printemps, si ce n’est pas cet automne.

Diane Lebouthillier appuie les revendications

Les élus madelinots et les usagers du port de Cap-aux-Meules ont fait part de leurs revendications à la députée de Gaspésie—Les Îles-de-la-Madeleine et ministre du Revenu national, Diane Lebouthillier, de passage dans l'archipel ces jours-ci.

Cette dernière appuie personnellement les revendications des Madelinots, mais elle ne peut toutefois confirmer que son gouvernement investira massivement pour remettre le quai à niveau.

Je ne peux pas aller aussi loin que ça, admet Diane Lebouthillier. Ce que je peux vous dire, c’est qu’il y a des discussions importantes qui sont en cours. C’est certain que le processus de rétrocession a fait en sorte qu’on a investi le strict minimum dans le port de Cap-aux-Meules. La dernière évaluation faite l’automne passé a démontré qu'il est dans un état lamentable.

Diane Lebouthillier est debout à la Chambre des communes à Ottawa.

«Pour moi, il n’est pas question de laisser tomber le quai et de seulement ajouter des couches de peinture», affirme la députée de Gaspésie—Les Îles-de-la-Madeleine, Diane Lebouthillier (archives).

Photo : La Presse canadienne / Adrian Wyld

Mme Lebouthillier s'est contentée d'affirmer que des sommes seront investies pour préserver les portions fonctionnelles du quai, sans toutefois confirmer que les secteurs interdits d'accès pourraient être réparés d'ici la saison de pêche 2022.

On veut s'assurer de faire des investissements qui vont permettre, à court et moyen terme, de faire en sorte qu'on préserve l'infrastructure actuelle.

Une citation de :Diane Lebouthillier, ministre du Revenu national et députée de Gaspésie—Les Îles-de-la-Madeleine

La ministre précise que plusieurs années seront nécessaires pour remettre le quai à niveau si son gouvernement consent à investir massivement pour remettre le quai à niveau.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !