•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Archives

Hockey : le 31 mai 2011, le retour des Jets est annoncé à Winnipeg

Des billets pour un match des Jets de Winnipeg.

Un partisan exhibe ses billets pour un match de l'équipe de la Ligue nationale hockey des Jets de Winnipeg. Les abonnements pour les matchs ont disparu en 17 minutes lors de leur mise en vente en juin 2011 et les gradins de l'aréna MTS Centre ont été remplis du premier match présaison au dernier match de la saison régulière.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Il y a 10 ans, les Jets étaient de retour à Winnipeg, ce que les partisans de la capitale manitobaine attendaient depuis plus de 15 ans. Ce retour de la Ligue nationale de hockey dans la ville n'a pas été facile et a connu de nombreux rebondissements, comme en témoignent nos archives.

En 1995, les Jets de Winnipeg quittent les Prairies pour le désert de l’Arizona et deviennent les Coyotes de Phoenix.

Amateurs, gens d’affaires et gouvernements ne peuvent alors freiner la vente de l’équipe canadienne.

Téléjournal, 31 mai 2011

Comme l’explique Jean-François Poudrier dans son reportage présenté au Téléjournal le 31 mai 2011, l’annonce du déménagement de l’équipe des Thrashers d’Atlanta et du retour d’une équipe de la LNH à Winnipeg en a réjoui plusieurs.

Ils étaient 30 000 personnes en 1995 pour sauver les Jets et, finalement, le rêve du retour de la LNH est devenu réalité.

Une citation de :Jean-François Poudrier

Après 15 ans d’attente et de frustration, les partisans de Winnipeg ont pu célébrer le retour de leur équipe. Aux quatre coins de la ville, les Winnipégois étaient en liesse.

On dirait que ça amène une vague sur la ville, on sent une frénésie.

Une citation de :Une partisane des Jets

Grâce à son nouvel aréna, le Centre MTS, ouvert en 2004, les Jets étaient prêts à revenir. Les temps ont changé et Winnipeg est maintenant prêt pour un retour de la LNH , affirmait alors le commissaire Gary Bettman.

Les 13 000 billets de saison vendus étaient assortis d'une condition, qui a été remplie en moins de quatre jours. Les détenteurs de billets de saison devaient s’engager pour une durée de trois à cinq ans. Les billets grand public, eux, se sont envolés en seulement 17 minutes.

Les Jets de Winnipeg de 1972 à 2011

Dans ce reportage présenté le 25 mai 2011, le journaliste Jean-François Poudrier retrace l’histoire de l’équipe de hockey.

Téléjournal du Manitoba, 25 mai 2011

Le 27 juin 1972, le joueur étoile Bobby Hull quitte Chicago et la Ligue nationale de hockey pour enfiler le chandail des Jets de Winnipeg et joindre l’Association mondiale de hockey (AMH).

Alors que, dans les années 1970, le salaire dans la Ligue nationale est en moyenne de 25 000 $ par année, le contrat faramineux de Hull en fera le premier millionnaire du hockey. Winnipeg souhaite alors mousser la popularité de la nouvelle Association mondiale de hockey et est prêt à mettre le gros prix pour attirer une vedette.

Les Jets sont ensuite les premiers à recruter en grand nombre des joueurs européens. Le jeu de ceux-ci jumelé à celui de Bobby Hull révolutionne le hockey en Amérique du Nord.

Le légendaire trio, surnommé la hot line, est formé des Suédois Anders Hedberg et Ulf Nilsson et du Canadien Bobby Hull. À eux seuls, ils récoltent plus de 360 points à leur première année. Pendant quatre ans, ils domineront l’AMH.

Les deux joueurs suédois rejoignent la LNH, car les Rangers de New York leur offrirent de juteux contrats.

En raison de difficultés financières, l’AMH est dissoute le 13 juin 1979. Winnipeg, Québec, Edmonton et Hartford se joignent alors à la LNH. Hull y jouera une saison pour les Jets et terminera sa carrière à Hartford, aux côtés de Gordie Howe, en 1980.

Au cours des années 1980, l’attaquant Dale Hawerchuk est l’image des Jets. Teemu Selanne marquera quant à lui les années 1990 avec l’équipe.

Durant cette décennie, les Jets de Winnipeg connaissent plusieurs difficultés financières, comme l’explique le journaliste Marc-André Masson dans ce reportage présenté au Téléjournal le 18 mai 1995.

Téléjournal, 18 mai 1995

En 1994, le propriétaire Barry Shenkarow retarde d’un an sa décision de vendre l’équipe, qui est déficitaire et qui doit bénéficier d’un nouvel aréna.

Le groupe Manitoba Entertainment Complex se donne comme mandat d’acheter l’équipe et de bâtir un nouvel aréna mais, en avril 1995, tout s’écroule devant les conditions trop strictes de la LNH.

Rempli d’émotion, Barry Shenkarow affirme avoir fait ce qu’il a pu durant 15 ans et avoir donné le meilleur de lui-même pour tenter de sauver l’équipe.

Le 6 mai 1995, 16 000 personnes se réunissent à l’aréna pour dire un dernier au revoir aux joueurs. Deux semaines plus tard, les partisans participent à un rassemblement pour demander de garder leur équipe.

Le groupe Spirit of Manitoba dépose une offre d'achat afin de sauver les Jets pour une saison. Plusieurs contribuent à cette tentative, mais les plans pour un nouvel aréna tombent et Spirit of Manitoba retire son offre en août 1995.

En octobre de la même année, Barry Shenkarow vend l’équipe à un groupe d’hommes d’affaires américains qui souhaitent la déménager à Phoenix, en Arizona.

Les Jets terminent cette année-là leur saison sur une défaite de 4 à 1 contre les Red Wings de Détroit, devant des spectateurs qui les acclament malgré tout durant de longues minutes.

En 2001, le groupe True North présente des plans pour ériger un nouvel aréna au centre-ville de Winnipeg. La construction commence en 2003.

Le Centre MTS, un aréna moderne de 15 000 places, est inauguré en novembre 2004.

Pendant des années, les partisans appellent de leurs voeux le déménagement des Coyotes de Phoenix dans leur ville, mais ce sont finalement les Thrashers d’Atlanta qui redonneront une équipe aux Winnipégois.

Encore plus de nos archives

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.