•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Centre régional des générations : le nouveau maire de Caraquet évoque « une pause »

Schéma de l'édifice. Il comprend de grandes surfaces vitrées et un élément décoratif sur sa façade qui illustre une vague.

Un aperçu du projet de Centre régional des générations

Photo : Ville de Caraquet

Le nouveau maire de Caraquet, Bernard Thériault, évoque la possibilité de mettre sur pause le projet de construire le Centre régional des générations.

Ce projet de 15 millions de dollars vise entre autres à remplacer le Colisée Léopold-Foulem, devenu désuet.

La première pelletée de terre en vue de la construction n'est pas pour bientôt, sûrement pas avant l'automne, selon le maire de Caraquet.

Le désuet Colisée Léopold-Foulem, de Caraquet, sera éventuellement remplacé par le  Centre régional des générations dont le coût est estimé à 15 millions de dollars.

Le désuet Colisée Léopold-Foulem, de Caraquet, sera remplacé par le Centre régional des générations.

Photo : Radio-Canada / François Vigneault

Il y aurait un fossé entre l'ampleur du projet et les coûts prévus de construction. L'augmentation considérable des coûts des matériaux y serait aussi pour quelque chose.

Là, où c'en est? On efface le tableau et on repart à zéro.

Une citation de :Bernard Thériault, maire de Caraquet

Radio-Canada a appris que trois jours après les élections municipales, le 13 mai, l'ancien conseil a tenu une réunion en privé pour discuter du défi à relever.

L'édifice municipal de Caraquet

L'édifice municipal de Caraquet

Photo : Radio-Canada / René Landry

L'administration municipale a présenté l'option d'éliminer la serre, qui doit se retrouver dans le Centre régional des générations, pour économiser un demi-million de dollars.

Bernard Thériault admet qu'il est au courant de cette démarche.

On a évoqué la possibilité d'enlever la serre dans le dossier et de se joindre à l'école Marguerite-Bourgeois, qui a aussi un projet de serre, explique-t-il. Ce que l'administrateur municipal semblait rechercher c'était des directions par son conseil s'il avait à couper des coûts dans le projet.

Faire une pause?

Dans ce contexte, le nouveau maire de Caraquet n'écarte pas du tout la possibilité de faire une pause. Ça, c'est parmi les options, dit-il. Moi, ce que je dis : le feu n'est pas pris. Il n'y a aucune raison de précipiter ce projet-là pour toutes sortes de raisons. On a plusieurs années à investir.

Bernard Thériault

Bernard Thériault, nouveau maire de Caraquet

Photo : Radio-Canada / René Landry

Bernard Thériault s'engage à informer la population sur ce projet. Mais il prévient tout de suite que l'illustration qui a été dévoilée représentant l'édifice ne devrait pas ressembler à ce qui prendra forme dans la réalité.

Pas d'augmentation de taxes

J'ai demandé à l'administration municipale de me fournir dans les prochains jours un rapport détaillé sur l'évaluation des coûts du projet et des options que nous avons, indique-t-il. Je vais informer la population dans la semaine qui va suivre l'assermentation, le 7 juin.

M. Thériault assure que les élus municipaux vont faire en sorte que le projet puisse se réaliser.

Mais, je n'ai aucun mandat d'augmenter la mise de fonds de la ville de un dollar, assure-t-il. La seule option qui n'est pas ouverte pour moi, c'est d'augmenter les taxes de la ville.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !