•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Chronique

Avant-goût de tourisme estival à Jasper

Une vue du parc national Jasper, en Alberta, montre un lac et une forêt au pied de montagnes.

Le parc national Jasper n'a pas perdu son attrait pour les visiteurs, malgré la pandémie de COVID-19.

Photo : Radio-Canada / Jean-Marie Yambayamba

Pour la première fois depuis plus d’un an et demi, j’ai renoué avec la route pour une longue fin de semaine touristique dans un des parcs nationaux de l’Alberta, le parc national Jasper.

C’est un cadeau que je m’offrais après une sédentarité involontaire, à cause de la pandémie.

Je voulais aussi me faire une idée des adaptations que la COVID-19 a entraînées pour les visiteurs des parcs nationaux, au cas où j’y retournerais avec ma famille un peu plus tard cet été.

Qu’est-ce qui a changé dans les habitudes des visiteurs? L’endroit restait-il toujours attrayant malgré la pandémie? Ces questions grouillaient dans ma tête le long du parcours de 400 km, au départ d’Edmonton.

La dernière fois que j’étais passé par là, il neigeait abondamment, et le paysage était couvert de blanc. Cette fois-ci, le ciel dégagé et le soleil éclatant révélaient la beauté des Rocheuses.

J’en étais ravi, mais j’étais aussi impatient d’arriver à l’hôtel réservé pour mon court séjour.

C’était le même hôtel où j’avais logé il y a quelques années, mais la COVID-19 a changé certains aspects. À quelques dizaines de mètres de la réception, une employée a pris ma température et m’a posé des questions sur ma santé et mes contacts, comme l'exigent maintenant les normes sanitaires.

Ce n’était pas le seul changement. Je prévoyais manger à l'hôtel après mon installation, mais les règles empêchaient encore la clientèle de s’attabler au restaurant.

Au lieu de prendre mon repas dans ma chambre, j’ai préféré le faire à l'extérieur.

La petite communauté grouillait de monde. Des visiteurs patients attendaient leur tour pour entrer dans les magasins de souvenirs, les épiceries et les crèmeries. Un peu partout, des affiches rappelaient de porter un masque.

Les terrasses des restaurants étaient vides, seuls des repas à emporter étaient servis. Pour une rare fois, j’ai surmonté ma gêne de prendre mon repas en plein air, comme de nombreux autres visiteurs.

Après ce petit festin original, la balade touristique s’est poursuivie : émerveillement par-ci, émerveillement par-là, photo par-ci, photo par-là. Jasper est toujours aussi agréable!

Retour à l’hôtel pour terminer la soirée, passer la nuit et préparer le retour à Edmonton : le temps d’une sortie, j’ai oublié le stress de la pandémie.

Malgré les conditions actuelles, j’ai trouvé l’expérience très agréable. J’ai mieux compris ce que j’entends depuis plusieurs jours, à savoir que nos endroits touristiques n’ont pas perdu leur attrait.

Sur la route du retour à Edmonton, je savourais le bonheur d’avoir été de nouveau à Jasper. Je ne pouvais pas non plus m’empêcher de penser que ça ne serait qu’un avant-goût d’une autre visite.

Cette fois, ça pourrait être avec ma famille. Ce qui est envisageable, maintenant que le gouvernement albertain a anticipé une levée presque complète de ses restrictions sanitaires.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !