•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le manque de bornes de recharge freine les voitures électriques en Alberta

Une femme recharge sa Telsa à une station de recharge en Alberta.

Le manque de bornes de recharge semble inquiéter les propriétaires de véhicules électriques albertains.

Photo : Photo envoyée par Chandresh Patel

Radio-Canada

Si l’intérêt des Albertains pour les véhicules électriques est de plus en plus manifeste, le manque de stations de recharge vient jouer les trouble-fête.

Même si l’arrivée des véhicules électriques sur les routes albertaines ne s’est pas fait avec autant d'enthousiasme qu’ailleurs, ce type de véhicules attire tout de même plus de clients qu’il y a quelques années.

Malgré ce petit engouement, les acheteurs potentiels s’inquiètent de l'accès à un nombre suffisant de bornes de recharge pour avoir assez d'autonomie pour entreprendre de longs trajets.

Un défi constant

Pour leur part, les personnes qui possèdent déjà des voitures électriques disent faire face à ce défi régulièrement.

C’est le cas de Chandresh Patel, un habitant de Fort McMurray travailleur de l’industrie du pétrole et du gaz qui possède le nouveau modèle Y du constructeur Tesla. Il dit adorer son véhicule et l’utiliser quotidiennement non loin de chez lui.

Chandresh et Sneha Patel posent à côté de leur Tesla.

Chandresh et Sneha Patel souhaiteraient ne conduire que des véhicules électriques, mais pas avant qu'il y ait plus de bornes de recharge en Alberta.

Photo : Photo envoyée par Chandresh Patel

J’ai aussi un autre véhicule classique pour les trajets plus longs vers le sud, ajoute-t-il, en précisant qu’il aimerait beaucoup passer au tout électrique.

Pour l'instant, il avoue que ce ne serait pas très pratique. Quand je vais de Fort McMurray à Edmonton, ce que je fais régulièrement, il n’y a qu’une seule borne de recharge sur le trajet, à Athabasca, explique-t-il.

Le chargeur en question se trouve à l’écart de la route principale et fonctionne lentement : le temps d’attente peut atteindre 3 heures.

Selon M. Patel, nul doute qu’un chargeur plus rapide changerait vraiment la donne, puisque le temps d’attente pourrait être réduit à moins de 30 minutes. Ces installations ne courent pourtant pas les rues, puisqu’on en compte environ une vingtaine sur les routes situées au nord, à l’est et à l’ouest d’Edmonton.

Rectificatif :

Une version précédente de ce texte affirmait que le nord de l'Alberta comptait « une demi-douzaine » de bornes de recharge pour véhicules électriques. Or, les routes de cette partie de la province sont plutôt garnies d'une vingtaine de bornes.

Andrew Batiuk, de l’Association des véhicules électriques de l'Alberta, croit que ce problème s’apparente à celui de la poule et de l'œuf.

Il affirme que ce type d’infrastructure coûte un certain prix et est difficile à mettre en place. Personne n’a envie d’y investir sans une bonne raison, croit-il, et cette raison serait = un marché florissant associé aux véhicules électriques.

En même temps, ces acheteurs potentiels veulent être en mesure de voyager et ne veulent pas acheter un véhicule avant d’être sûrs de pouvoir le faire, explique-t-il.

Plus de bornes dans l’avenir

Les entreprises qui gèrent les bornes de recharge semblent cependant avoir conscience que la demande et l'intérêt sont en croissance.

Une borne de recharge FLO en Alberta.

FLO possède actuellement 114 bornes de recharge publiques en Alberta, dont 26 rapides.

Photo : Photo envoyée par Atco

Selon Michael Pelsoci, le directeur des ventes Ouest de la compagnie québécoise FLO, celle-ci a pour ambition de se développer davantage, notamment au nord de l’Alberta et sur la route 16.

Du côté de Suncor, qui possède Petro-Canada, active dans le déploiement de ces dernières, un porte-parole admet que la compagnie se renseigne sur des lieux pour des occasions futures.

La compagnie de gaz et d'électricité Atco, elle aussi engagée dans le déploiement des stations de recharge en Alberta, affirme de son côté ne pas avoir de projets actuels pour étendre l’offre, mais explorer les possibilités que la province a à offrir.

Avec les informations de Scott Stevenson

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !