•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Deux doses de vaccin contre la COVID-19 dès que possible, dit le CCNI

Une femme enceinte reçoit un vaccin.

Le CCNI recommande deux doses contre la COVID-19 le plus vite possible à tous, incluant les femmes enceintes.

Photo : getty images/istockphoto / Marina Demidiuk

Radio-Canada

Le Comité consultatif national de l'immunisation (CCNI) fait de nouvelles recommandations concernant la vaccination des personnes immunodéprimées ou souffrant d'un trouble auto-immun et pour les femmes enceintes ou qui allaitent. Il suggère aussi de raccourcir pour tous, si possible, l'intervalle entre deux doses de vaccin contre la COVID-19.

En raison du manque de données provenant des essais cliniques concernant les personnes immunodéprimées, souffrant d'un trouble auto-immun, enceintes et qui allaitent, les conseils du CCNI relativement à ces groupes étaient jusqu’à maintenant de leur administrer une dose de vaccin seulement dans certaines circonstances, et au cas par cas, si les avantages l'emportent sur les risques.

Mais de nouvelles données tirées de l’observation de l'utilisation réelle des vaccins contre la COVID-19 laissent maintenant penser que ces vaccins ne font pas peser de danger sur ces groupes.

Le CCNI recommande donc désormais que ces derniers soient traités comme la population adulte générale, et donc que deux doses de vaccin leur soient proposées.

Le CCNI insiste cependant pour que le vaccin qui leur est administré soit à ARN messager, donc le Pfizer ou le Moderna, à moins d’une allergie. Dans ce cas, un autre vaccin contre la COVID-19 autorisé doit leur être proposé.

Les femmes enceintes sont tout particulièrement visées par cet avis, puisque les données d'une étude récemment publiée aux États-Unis indiquent que les vaccins à ARNm contre la COVID-19 sont sans danger pour les femmes enceintes et que les conséquences des thromboses qui pourraient être induites par les vaccins à adénovirus (AstraZeneca ou Johnson & Johnson) pendant la grossesse peuvent être complexes.

Le comité rappelle également que les personnes immunodéprimées en raison d'une maladie ou d'un traitement peuvent avoir une réponse immunitaire réduite aux vaccins contre la COVID-19, et donc être moins bien protégées contre la maladie.

Intervalle entre les deux doses

Par ailleurs, après avoir suggéré d’allonger jusqu'à quatre mois l'intervalle entre la première dose et la seconde dose afin de permettre au plus grand nombre de personnes possible de recevoir une première protection contre la maladie, le CCNI recommande maintenant d’offrir les deuxièmes doses dès que possible.

La grande quantité de vaccins que reçoit désormais le Canada permet ce changement. Le comité souligne que l’on doit accorder la priorité aux personnes les plus susceptibles de développer une maladie grave et de mourir à cause de la COVID-19.

Les prochaines recommandations du CCNI devraient porter sur l'à-propos d'être vacciné avec deux types de vaccin, à ARN messager et à adénovirus. Ce nouvel avis devrait être donné au début juin.

Au cours de l'été, le CCNI devrait aussi se prononcer sur le nombre de doses que devraient recevoir les personnes qui ont été infectées par le coronavirus. Au Québec, pour le moment, une seule dose de vaccin est administrée aux personnes ayant eu un diagnostic confirmé de COVID-19.

Plus de 22 millions de doses de vaccins contre la COVID-19 ont été administrées pour le moment au Canada. Près de 62 % des adultes sont maintenant vaccinés avec au moins une dose.

Et selon des données datant du 25 mai et fournies par neuf provinces et territoires, la vaccination serait particulièrement efficace.

Les informations recueillies par les autorités indiquent que seulement 0,15 % des gens ayant reçu une première dose de vaccin ont été contaminés ensuite par la COVID (deux semaines ou plus après avoir reçu le vaccin, soit le temps jugé nécessaire pour que l’immunité se développe).

Des millions de vaccins à recevoir encore

Selon l’administratrice en chef de la santé publique du Canada, la Dre Theresa Tam, le pays devrait recevoir au moins 15 millions de doses de vaccins de plus d’ici la fin juin.

Pfizer devrait envoyer 2,4 millions de doses chaque semaine pour les cinq prochaines semaines.

En juillet, ce sont 9 millions de doses qui sont promises par la pharmaceutique.

Moderna, qui a connu de nombreux retards dans ses livraisons, assure qu’elle pourra fournir 500 000 doses en deux cargaisons lors des deux premières semaines de juin, puis 1,5 million pendant la semaine du 14 juin.

La Dre Tam affirme également que, selon l’entreprise, il y aura des millions de doses de plus qui vont arriver au Canada avant la fin de juin. On continue à travailler avec la société pour établir des dates de livraison et des quantités, dit-elle.

Par ailleurs, 1 million de doses du vaccin AstraZeneca sont attendues à la fin juin.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !