•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Trois technologies à l’étude pour dépister le cancer colorectal au CIUSSS

Représentation d'un cancer colorectal  Photo :  iStockphoto

Une étude clinique est actuellement menée au le Centre de recherche du CHUS pour mieux dépister le cancer du côlon

Photo : iStock

Radio-Canada

Le Centre de recherche du CHUS (CRCHUS) mène actuellement une étude clinique dans le but d’évaluer trois technologies différentes permettant de dépister le cancer du côlon en détectant la présence de sang occulte dans les selles.

Depuis 2013, le laboratoire de l’Hôpital Fleurimont réalise les dépistages du cancer colorectal pour l’ensemble du Québec. Près de 700 000 tests de dépistage du cancer colorectal sont réalisés chaque année au CIUSSS de l’Estrie-CHUS, indique l’établissement.

Le contrat du fournisseur actuel arrivant à échéance, deux autres technologies seront mises à l’étude par le biais d’une étude clinique menée auprès de 5500 Estriens âgés de 50 à 74 ans. Les résultats seront analysés sur trois appareils différents, incluant la technologie utilisée actuellement pour les cancers du côlon au Québec.

L’étude permettra de prévoir les impacts d’un possible changement des appareils de dépistage de cancer colorectal, indique le Dr Jean Dubé, chef du département de médecine de laboratoire au CRCHUS.

Les tests positifs à ce dépistage sont généralement suivis d’un test de confirmation par colonoscopie. L’étude clinique se fait donc pour s’assurer de ne pas manquer de cancers lors d’une transition de manufacturier ou de générer trop de coloscopie.

Pour le moment, rien n’indique que les deux nouvelles technologies pourraient être plus efficaces que celle qui est actuellement utilisée, selon le Dr Dubé.

Deuxième cancer le plus meurtrier au Québec, tous les ans, ce sont plus de 7000 personnes qui reçoivent un diagnostic de ce cancer, et plus de 2700 personnes meurent des suites de cette maladie, selon les statistiques provinciales. Une tendance qui serait légèrement à la baisse, selon le gastroentérologue au CIUSSS de l’Estrie-CHUS, Charles Ménard.

Toutefois, en raison de la COVID-19, ces statistiques pourraient être revues à la hausse. La pandémie ayant entraîné des délais dans la détection des cancers de façon générale dans la province, souligne le Dr Ménard.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !