•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La MRC Abitibi lance sa stratégie d’attraction et rétention

Deux affiches d'Amos Harricana posées sur un mur de brique.

La nouvelle image de marque et le slogan, mis en valeur sur des affiches.

Photo : Antony McAulay/gracieuseté MRC Abitibi

Martin Guindon

La région d’Amos déploie de nouveaux outils pour attirer et retenir de nouveaux résidents sur son territoire.

Confrontée à un solde migratoire négatif, soit de -0,12 % en 2019-2020, un faible taux d’immigration, soit 0,3 % des immigrants accueillis au Québec, et une pénurie de main-d'œuvre, la MRC Abitibi n’avait d’autre choix que d’agir pour renverser la vapeur. Elle a donc procédé au lancement de sa nouvelle stratégie d’attraction et de rétention, jeudi, à Amos.

Véronique Fillion et Bruno Turcotte font semblant de conduire une voiture sur scène.

Véronique Filion et Bruno Turcotte, des Productions du Raccourci, ont animé le lancement.

Photo : Radio-Canada / Martin Guindon

Il en va de notre avenir. Si on veut stabiliser notre démographie, si on veut attirer des gens, il faut se faire connaître. Là, on est en train de lancer vraiment les outils incroyables qui vont nous permettre justement de se faire connaître, de faire connaître notre milieu, et aussi d’avoir un lien direct avec les gens qui voudraient s’en venir chez nous, pour oui, les informer, mais aussi les prendre en charge, fait valoir le préfet de la MRC Abitibi et maire d’Amos, Sébastien D’Astous.

Guichet unique en ligne

Cette stratégie s’articule autour d’une nouvelle image de marque Amos-Harricana, du nouveau slogan Ici naissent les forces vives et d’un nouveau site Internet (Nouvelle fenêtre). Celui-ci se veut un guichet unique en ligne.

Le premier outil super important, c’était d’avoir une plateforme web qui allait centraliser toute l’information sur les services offerts dans notre milieu et conjointement mettre en lumière toute notre offre touristique. Pour nous, ce qui allait nous distinguer des autres régions du Québec, qui sont toutes dans la même situation que nous, c’était la clarté des informations sur les services disponibles pour accueillir, intégrer et retenir aussi ces nouveaux arrivants-là qui vont décider de migrer parmi nous, estime la chargée de projet Andrée Gravel.

Andrée Gravel parle derrière le lutrin de l'hôtel des Eskers.

La chargée de projet Andrée Gravel a présenté la stratégie d'attraction et de rétention ainsi que l'image de marque.

Photo : Radio-Canada / Martin Guindon

Un slogan évocateur

Le site Internet se décline en cinq volets : Visiter, Vivre, S’établir, Étudier et Travailler. On y retrouve aussi un blogue, des ambassadeurs locaux et les images vibrantes du photographe Mathieu Dupuis. Des capsules vidéo promotionnelles viendront soutenir la stratégie qui se déploiera aussi dans les réseaux sociaux. Et le tout s’appuie sur une image de marque et un slogan évocateur, selon Andrée Gravel.

On trouvait que Ici naissent les forces vives, c’était quelque chose de fort, qui mettait en lumière un peu la résilience, l’audace de notre communauté, mais qui était aussi un symbole d’une terre fertile, pour les nouveaux arrivants qui ont envie de venir développer leurs projets, affirme-t-elle.

Un montage montre la famille Bernier Chevrier.

La campagne met de l'avant des ambassadeurs locaux, comme la famille Bernier Chevrier.

Photo : gracieuseté Amos Harricana/Mathieu Dupuis

Initiative saluée

Le président d’Attractivité Abitibi-Témiscamingue, Louis Bourget, salue l’initiative de la MRC Abitibi. Des expériences ou des projets intéressants qui sortent du milieu comme ici aujourd’hui, ça va nous mener vraiment très loin. Ce matin, on est en mode écoute. On ne veut pas dire aux gens de la région quoi faire; on veut carrément travailler ensemble. C’est un partenariat qu’on a établi et on va poursuivre le travail de cette façon-là, assure-t-il.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !