•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le secteur touristique s'inquiète de l'interruption de la traverse Rimouski-Forestville

Le CNM Évolution à Rimouski

Le CNM Évolution transporte annuellement 40 000 passagers et entre 15 000 et 20 000 voitures (archives).

Photo : Radio-Canada / Patrick Bergeron

Radio-Canada

Le secteur touristique de l'Est-du-Québec s'inquiète des conséquences négatives sur leur industrie après l'annonce de l’absence de traverse entre Rimouski et Forestville pour l'été.

Les propriétaires du traversier CNM Évolution, qui assure le lien entre les deux rives, ont annoncé mercredi l'annulation de sa saison pour des raisons financières.

Pour le directeur général de Tourisme Côte-Nord, Paul Lavoie, chaque lien maritime sur le fleuve Saint-Laurent est essentiel à la vitalité du tourisme régional.

Les conséquences de l'absence de la traverse au quai de Forestville cet été seraient particulièrement importantes selon lui, puisque moins de touristes pourraient décider de faire un arrêt dans la ville.

Littoral de la Haute-Côte-Nord

Les attraits touristiques et naturels de la région seraient mis à mal par cette interruption de service selon Tourisme Côte-Nord (archives).

Photo : Radio-Canada / Alex Lévesque

De l’autre côté du fleuve, Tourisme Bas-Saint-Laurent s’inquiète aussi de la situation. Son directeur général, Pierre Lévesque, est d’avis que l’engouement envers des circuits touristiques nécessite des liens fiables entre les deux rives.

Il y a tout ce développement de la « van life », où les gens font des circuits routiers et se promènent d'une région à l'autre. Ils se font un circuit, un trajet, mais là ça devient un peu plus compliqué en l'absence de cette traversée-là.

M. Lévesque croit toutefois que c’est la région de la Côte-Nord qui va subir le plus de dommages face à l’absence de traversier entre Rimouski et Forestville.

Une file de touristes devant le musée Empress of Ireland.

Pierre Lévesque s’attend à une saison touristique très achalandée au Bas-Saint-Laurent, à l’image de l’année dernière (archives).

Photo : Radio-Canada / Alain Fournier

Un manque de fiabilité

L’annulation soudaine de la traverse Rimouski-Forestville démontre la précarité des liens maritimes entre les deux rives selon Martin Ouellet, député péquiste de René Lévesque.

Ce dernier dit s’être entretenu avec le ministre responsable de la région de la Côte-Nord, Jonatan Julien, afin de trouver des solutions pour le retour du navire cet été.

Mercredi, la mairesse de Forestville appelait par ailleurs le gouvernement du Québec à offrir l'aide d’urgence de  100 000 $ réclamée par Hilaire Journeault, propriétaire de la compagnie CNM Évolution pour sauver la saison 2021.

Plan rapproché de M. Ouellet.

Martin Ouellet est favorable à l'idée qu'une aide d'urgence soit accordée à la compagnie CNM Évolution (archives).

Photo : Radio-Canada / Sylvain Roy Rousselle

Le député s’impatiente par ailleurs face au retard du dépôt d’une étude menée par la Société des traversiers du Québec, qui vise à élaborer des solutions pour améliorer la fiabilité du transport sur le fleuve.

On est écœurés de la précarité et du manque de fiabilité des traverses. Pour plein de raisons, certaines appartiennent au gouvernement, d'autres aux propriétaires privés. C'est pour ça que le plan [sur lequel] on s'était tous entendu pour qu'il soit déposé, pour optimiser toutes ces solutions-là, il est attendu. On espère que les moyens seront là, déplore Martin Ouellet.

Le ministère des Transports du Québec n’avait pas répondu aux questions de Radio-Canada au sujet de la traverse Rimouski-Forestville, au moment de publier ce texte.

Avec les informations de Zoé Bellehumeur

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !