•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

COVID-19 : la C.-B. réduit l’écart entre les deux doses de vaccin à 2 mois

Une personne manipule une fiole de vaccin.

Le délai entre la première et la deuxième dose de vaccin contre la COVID-19 passe 4 à 2 mois en Colombie-Britannique.

Photo : La Presse canadienne / Nathan Denette

La campagne de vaccination s’accélère en Colombie-Britannique alors que la province reçoit plus de doses de vaccins que prévu. Le délai entre la première dose et la deuxième est donc raccourci et passe de 4 mois à 2 mois, pour la plupart des personnes.

Les Britanno-Colombiens de plus de 70 ans ainsi que ceux qui sont particulièrement vulnérables peuvent dès maintenant prendre rendez-vous pour obtenir leur seconde dose de vaccin.

La seconde ronde de vaccination des résidents et des travailleurs de la santé dans les centres de soins de longue durée devrait, quant à elle, se conclure dans les prochains jours, indique la médecin hygiéniste en chef de la province, Bonnie Henry.

Pour les personnes ayant reçu une première dose de vaccin d’AstraZeneca, le délai demeure de 12 semaines, puisque l’efficacité du vaccin s'accroît après un plus long laps de temps, selon les essais cliniques.

Nous aurons assez de doses de vaccin d’AstraZeneca pour offrir une deuxième dose à tous ceux qui la voudront, assure la Dre Henry.

Le maximum de temps entre la première dose et le rappel demeure de 16 semaines.

Elle indique toutefois qu’une personne pourrait recevoir un vaccin ARN différent pour la dose de rappel en raison de l’approvisionnement du vaccin de Moderna.

Si vous avez eu le vaccin de Moderna en première dose, vous pourriez vous voir offrir le vaccin de Pfizer-BioNTech pour la deuxième dose, s’il n’est pas possible de vous offrir une seconde dose de Moderna, explique-t-elle.

Le Comité consultatif national de l'immunisation a récemment mis à jour ses recommandations sur l’interchangeabilité des vaccins, puisque de bonnes indications démontrent qu’il est sécuritaire d’avoir un vaccin du même type différent que celui obtenu pour la première dose.

Alors qu’il est toujours préférable d’avoir une dose de rappel du même vaccin, dans certains cas, ce n’est pas possible, ajoute la Dre Henry.

Jusqu’à présent, 3 032 811 doses de vaccin ont été administrées à travers la province, et 65,8 % de la population adulte a déjà reçu au moins une première dose. Un total de 156 730 deuxièmes doses ont été administrées.

Jeudi, la Colombie-Britannique annonce 378 nouvelles infections au SRAS-CoV-2 et déplore le décès de 7 personnes, ce qui porte le nombre total de victimes de la COVID-19 dans la province à 1690.

Les personnes décédées sont un sexagénaire, trois septuagénaires et trois octogénaires.

Parmi les 3543 cas actifs que compte la province, 286 personnes sont hospitalisées en raison de complications liées à la COVID-19, dont 88 aux soins intensifs.

Reprise des interventions chirurgicales

Le ministre de la Santé, Adrian Dix, a par ailleurs annoncé la reprise, dès le 7 juin, des interventions chirurgicales qui ont dû être annulées au cours du printemps. Les patients seront contactés sous peu avec une nouvelle date pour leur intervention.

Il y a un mois, alors que le nombre de cas de COVID-19 atteignait un sommet dans la province, neuf hôpitaux de la région métropolitaine de Vancouver ont dû remettre les interventions chirurgicales non urgentes.

En date du 31 mars 2021, 97 % des interventions reportées durant la première vague de COVID-19 avaient été complétées. De plus, le nombre de personnes sur la liste d’attente a diminué de 13 % entre le 31 mars 2020 et le 31 mars 2021, assure le ministre.

Précision du plan de déconfinement

Les autorités de la santé ont profité de la conférence de presse pour préciser certains aspects du plan de déconfinement annoncé mardi.

À partir de maintenant, les lieux de culte peuvent accueillir jusqu’à 50 personnes à l’intérieur lors de cérémonies religieuses, tout en respectant un plan de sécurité.

Après avoir travaillé avec l’Association des camps de la Colombie-Britannique, la province modifiera également ses restrictions afin de permettre aux enfants de passer la nuit dans les camps de vacances cet été.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !