•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Après une année 2020 complexe, une soif d'échanges au congrès des sciences humaines

L'Université de l'Alberta vue du ciel.

L'Université de l'Alberta a organisé le congrès 2021 en partenariat avec la Fédération des sciences humaines.

Photo : CBC / David Bajer

En 2020, nous sommes devenus des habitués du mot « annulé ». La Fédération des sciences humaines (FSH) a eu, comme beaucoup d'autres, à laisser tomber son congrès annuel, l'an dernier. Mais un certain sentiment d'urgence a poussé le congrès à faire son retour en pleine force.

Le congrès public organisé en partenariat avec l'Université de l'Alberta se tiendra en ligne, mais pas à faible échelle. Avec presque 6000 inscriptions, les organisateurs envisagent que ce sera la plus grande rencontre universitaire virtuelle jamais tenue au Canada.

Dans les coulisses, environ 400 techniciens et bénévoles assureront le bon déroulement des 1600 événements prévus entre le 27 mai et le 4 juin.

La planification du congrès a été colossale, admet Camille Ferrier de la FSH. Il n'était pas question d'annuler une deuxième année, cependant.

C'est comme si on avait vraiment un rôle à jouer, en fait, affirme-t-elle.

Illustration montrant les ombres de manifestants sur un fond rouge.

Le racisme anti-noir et anti-asiatique, la décolonisation et les changements climatiques feront partie des discussions.

Photo : getty images/istockphoto / DanielVilleneuve

Vers des solutions

Depuis le début de la pandémie, l'on parle beaucoup plus de crise sanitaire que de crise humanitaire. C'est une année qui a toutefois mis en lumière une multitude d'inégalités sociales, selon bien des experts et individus qui les vivent.

C'est vrai que la recherche scientifique pour un vaccin est mise de l'avant, dit Camille Ferrier. Mais, la recherche dans les sciences humaines est aussi très importante pour bien comprendre le phénomène [de la pandémie] et comprendre les réactions et comportements des gens.

« Comment les parents et les professeurs se sentent-ils face à l'ouverture des écoles? Et à la vaccination? Comment les minorités se sentent-elles face aux discriminations qui sont de plus en plus importantes depuis le début de la pandémie? Ces questions-là, ce sont nos chercheurs qui y répondent. »

— Une citation de  Camille Ferrier, communications à la Fédération des sciences humaines

Le racisme anti-noir et anti-asiatique, la décolonisation, les changements climatiques, la vitalité des langues et la sécurité alimentaire font partie des thèmes au menu du congrès virtuel organisé en partenariat avec l'Université de l'Alberta.

Ces sujets touchent tout le monde, lance Camille Ferrier. Elle ajoute que dans le domaine académique des sciences humaines, il existe une soif accrue d'échanger et une volonté de trouver des solutions.

Parmi les invités spéciaux au congrès, il y aura l'universitaire et militant antiraciste, Ibram X. Kendi, qui a remporté un prix littéraire du New York Times pour son livre How to be an Antiracist sur la discrimination aux États-Unis. L'auteure, professeure et leader métisse de la Saskatchewan Maria Campbell sera aussi présente. Elle est connue notamment pour son oeuvre Halfbreed, considérée comme une pièce maîtresse de la littérature autochtone.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !