•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des millions pour de jeunes pousses de l’industrie touristique

Le directeur général de MT Lab, un incubateur d'innovations en tourisme, culture et divertissement, s'est porté volontaire pour un test biométrique de Stimulation Déjà Vu.

Le directeur général de MT Lab, un incubateur d'innovations en tourisme, culture et divertissement, s'est porté volontaire pour un test biométrique de Stimulation Déjà Vu.

Photo : Radio-Canada / Mathieu Dion

Le ministère du Tourisme du Québec jouera un rôle de bras financier auprès de jeunes entreprises à fort potentiel pour l’industrie. La ministre Caroline Proulx débloque 10 millions de dollars sur cinq ans à MT Lab afin de les aider à commercialiser leurs produits et services.

L’incubateur d’innovations en tourisme, culture et divertissement a déjà soutenu plusieurs jeunes pousses dans leur développement, dont Stimulation Déjà Vu.

Stimulation Déjà Vu, qui se spécialise dans le marketing olfactif, a créé jusqu’ici quelques odeurs pour donner des signatures à des lieux, comme Marseille, en France, ou à des œuvres d’art.

L'entreprise montréalaise Simulation Déjà Vu a mis en bouteille l'odeur de Marseille en France.

L'entreprise montréalaise Simulation Déjà Vu a mis en bouteille l'odeur de Marseille en France.

Photo : Radio-Canada / Mathieu Dion

Son prochain défi, nous explique sa fondatrice Audrey Bernard : élaborer une odeur pour ramener les mémoires collectives du Parc olympique de Montréal de manière olfactive, comme les odeurs d’un match de baseball, de la piscine olympique ou encore des Jeux olympiques.

L’idée sera de créer un coffret-souvenir disponible en vente notamment. Lorsqu’on voyage, on voit, on goûte et on sent, rappelle Mme Bernard. Nous, on vient amplifier l’expérience olfactive. Et Marseille en bouteille, est-ce que ça sent bon? Ça sent merveilleusement bon! s’exclame-t-elle.

À ses débuts, le MT Lab lui a permis d’être en contact avec des acteurs de l’industrie et de nouer des relations avec de nouveaux clients.

Collision entre petites et grandes entreprises

L’enveloppe de 10 millions de dollars servira à ce maillage entre les entreprises innovantes et le milieu touristique, mais aussi à octroyer des bourses aux jeunes pousses près du stade de commercialisation.

Le directeur général de MT Lab, Martin Lessard, espère pouvoir minimiser le risque des plus grandes entreprises qui hésitent à donner une chance aux petites entreprises.

Le grand problème qu’on voit, c’est qu’il y a très peu d’argent pour réaliser les projets ou être supporté, parce que le monde du tourisme n’est pas nécessairement vu comme un lieu où on peut faire beaucoup d’argent. Donc, les investisseurs ne sont pas toujours au rendez-vous.

Une citation de :Martin Lessard, directeur général, MT Lab

Des fonds pour l’innovation, soutient la ministre du Tourisme Caroline Proulx, on les voit beaucoup en technologies de l’information et médicales, mais là, on vient réunir l’innovation et l’industrie touristique.

En mode Zoom à la réception d’un hôtel

D’autres cas de jeunes pousses en tourisme nous ont été évoqués, comme Merinio, qui propose une solution automatisée de rappels d’employés pour les entreprises dépendantes des conditions météorologiques.

L’automne dernier, l’entreprise montréalaise Virtual Front Desk a reçu un soutien financier du ministère de 25 000 $ pour mettre en place un projet pilote à l’Hôtel Le Germain de Montréal. Il s’agit d’une application de réception de vidéo qui permet aux clients de s’enregistrer, de payer et d’obtenir leurs clés de chambre.

L'Hôtel Le Germain à Montréal a accueilli un projet pilote de Virtual Front Desk pendant quelques semaines en 2020.

L'Hôtel Le Germain à Montréal a accueilli un projet pilote de Virtual Front Desk pendant quelques semaines en 2020.

Photo : Virtual Front Desk

La demande venait du manque de main-d'œuvre qui affectait les hôteliers en 2019, rapporte le président de Virtual Front Desk, Jean-François Letendre. L’idée était de leur venir en aide.

S’il devait y avoir une attente trop importante au comptoir, l’interface permettrait par exemple d’être servi par un employé se trouvant dans un autre établissement moins achalandé.

Malheureusement, la pandémie a vidé les hôtels et le projet pilote n’a pu être pleinement exploité. Cette innovation pourrait cependant susciter l’intérêt de nombreux hôteliers lors de la reprise des voyages internationaux et de la quête de nouveaux travailleurs pour répondre à la demande.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !