•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le personnel scolaire de Regina bientôt formé aux questions LGBTQ+

Un drapeau arc-en-ciel.

La motion a été adoptée de façon unanime au sein du conseil des écoles publiques de Regina (archives).

Photo : La Presse canadienne / Eduardo Lima

Radio-Canada

Le conseil des écoles publiques de Regina va de l’avant avec un programme de formation sur la diversité sexuelle et de genre. Le conseil a voté de façon unanime pour que ces ateliers soient proposés au personnel et aux enseignants.

Nous voulons nous assurer de fournir tous les outils nécessaires pour que notre personnel puisse offrir un soutien inconditionnel à nos élèves, affirme la conseillère scolaire ayant présenté la motion, Lacey Weekes.

Elle souhaite que les formations se penchent sur le langage et les pronoms à utiliser afin de respecter les personnes issues de la communauté LGBTQ+.

Le porte-parole de Queen City for All, Kent Peterson, espère que le comité consultera des personnes queers et transgenres pendant la conception des ateliers. Il note cependant un changement de cap important au sein du conseil scolaire.

En 2019, la commission scolaire avait rejeté une motion suggérant que les écoles puissent décider elles-mêmes de la façon de célébrer la Fierté. Le comité sur la diversité a vu le jour peu de temps après.

Quand on a rejeté cette motion en 2019, cela a été comme une onde de choc. Pour les jeunes des communautés LGBTQ+, cela signifiait qu’ils n’étaient peut-être pas en sécurité dans leurs écoles. Et s’il y a un endroit où un jeune devrait se sentir en sécurité, c’est dans sa classe, affirme Kent Peterson.

En adoptant cette motion de façon unanime, les commissaires scolaires reconnaissent que la décision de 2019 était une erreur, explique Kent Peterson.

C’est une chose d’admettre une erreur, mais c’en est une autre de prendre des initiatives pour réparer les torts. C’est beaucoup de progrès en 18 mois, ajoute-t-il.

C’est ça, la prise de conscience. On doit s’assurer d’apprendre et de grandir ensemble, conclut Lacey Weekes.

Avec les informations de Heidi Atter

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !