•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Facebook ne bannira plus les contenus selon lesquels la COVID-19 est une création humaine

Mark Zuckerberg boit de l'eau en témoignant devant le Congrès américain.

Facebook sévit contre la désinformation liée à la COVID-19 sur ses plateformes.

Photo : Getty Images / Chip Somodevilla

Agence France-Presse

Au moment où l'hypothèse d'un accident de laboratoire en Chine revient dans le débat américain, Facebook a indiqué qu’elle ne comptait plus interdire la publication de contenus affirmant que la COVID-19 a été créée par des scientifiques.

À la lumière des enquêtes actuelles sur les origines de la COVID-19 et en consultation avec des spécialistes de la santé, nous ne retirerons désormais plus de nos plateformes les allégations selon lesquelles la COVID-19 est une création humaine ou a été fabriquée, a indiqué le groupe Facebook mercredi sur son site Internet.

L'entreprise, qui comptabilise quelque 3,45 milliards d'utilisateurs et utilisatrices sur au moins une de ses quatre plateformes (Facebook, Instagram, Messenger, WhatsApp), va ainsi à rebours de ses précédentes règles sur la désinformation en temps de COVID-19, elles-mêmes actualisées en février dernier.

Elles prévoyaient alors d'interdire les théories suggérant une main humaine derrière le virus, tout comme celles sur l'inefficacité des vaccins.

Nous continuons à travailler avec des spécialistes pour suivre l'évolution de la nature de la pandémie et nous mettons régulièrement à jour nos politiques à mesure que de nouveaux faits et tendances apparaissent, explique Facebook.

Des enquêtes approfondies réclamées

La théorie d'un accident de laboratoire à Wuhan, en Chine, est revenue en force ces dernières semaines dans le débat américain, après avoir été longtemps balayée du revers de la main par la plupart des spécialistes. Et les appels en faveur d’enquêtes plus approfondies se multiplient au sein de la communauté scientifique.

Le président américain Joe Biden a notamment appelé mercredi ses services de renseignement à redoubler d'efforts pour expliquer l'origine de la COVID-19 et exigé un rapport d'ici 90 jours.

Joe Biden en compagnie de Kamala Harris.

Le président américain Joe Biden veut faire la lumière sur l'origine de la COVID-19.

Photo : Reuters / Carlos Barria

Le dirigeant a rappelé que les travaux du renseignement américain, qui se concentrent sur deux hypothèses, soit l’origine animale et la fuite d'un laboratoire, n'ont pas permis à ce jour d'aboutir à une conclusion définitive.

Après un séjour de quatre semaines à Wuhan en début d'année, une étude conjointe de l'OMS et de la Chine avait de son côté jugé en mars extrêmement improbable un accident de laboratoire.

Les États-Unis et 13 pays alliés avaient par la suite exprimé leurs préoccupations dans une déclaration commune au sujet du rapport, réclamant à la Chine de donner pleinement accès à ses données.

Les premiers cas de COVID-19 ont été identifiés à la fin de 2019 à Wuhan, avant que le virus se répande et emporte près de 3,5 millions de personnes.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !