•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Fin du projet pilote de caméras d'intervention pour les agents de la GRC au Nunavut

Un policier porte une caméra d'intervention sur son uniforme.

Depuis le mois de novembre, des agents de la GRC d'Iqaluit sont équipés de caméras d'intervention dans le cadre d'un projet pilote qui vise à démontrer plus de transparence dans l'exercice de leurs fonctions.

Photo : CBC/Monty Kruger

Radio-Canada

Dès lundi, les agents de la Gendarmerie royale du Canada (GRC) au Nunavut cesseront d’utiliser leurs caméras d'intervention. La GRC compte ainsi entamer la phase d’évaluation de son projet pilote pour déterminer si elle aura recours à cette technologie à long terme.

Depuis le mois de novembre, des policiers d’Iqaluit utilisent ces caméras lors d’interventions liées à la santé mentale, d’enquêtes et d’incidents de désordre public.

Les caméras d'intervention peuvent contribuer à accroître la confiance entre la police et les communautés qu'elle dessert, car elles montrent ce qui se passe lors des contrôles de police. Elles peuvent aussi être utilisées comme preuves en cas de plaintes ou devant un tribunal [et] encourager un meilleur comportement de la police et du public, a indiqué la GRC dans un communiqué de presse mardi.

Initialement, seuls deux policiers par quart de travail étaient équipés de ces appareils. Or, depuis le mois de février, tous les agents en service en étaient munis. Le détachement de la GRC dans la capitale territoriale compte à ce jour 24 caméras d'intervention.

La GRC demande maintenant aux résidents d’Iqaluit de se prononcer en répondant à un sondage en ligne  (Nouvelle fenêtre)qui doit orienter sa phase d’évaluation du projet.

Dans un échange de courriels, la GRC indique que les résultats de son analyse seront rendus publics au courant de l’été.

Une consultation publique a eu lieu au mois d’octobre pour recueillir les commentaires de résidents de la capitale. Au mois de juin, la Ville d’Iqaluit a approuvé l’usage d’une telle technologie durant une réunion du conseil municipal.

Climat tendu

Le projet pilote de caméras d'intervention fait partie d’une initiative pancanadienne qui vise à moderniser la GRC.

Elle espère aussi améliorer les relations de confiance entre ses agents et le public dans un contexte de relations tendues entre les forces policières et les collectivités du Nunavut depuis les dernières années.

Plusieurs incidents impliquant des agents, dont l'arrestation musclée d’un homme à Kinngait, ont mis la force policière nationale sous les projecteurs.

La GRC est la seule force policière au Nunavut. De 1999 à 2016, 14 personnes sont mortes à la suite d'une intervention d'agents de la GRC au Nunavut.

En 2018, au territoire, la GRC comptait 136 policiers, soit 354 pour 100 000 habitants, selon Statistique Canada. Il s’agit du taux le plus élevé, après celui des Territoires du Nord-Ouest.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !