•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une entreprise aérospatiale de Sherbrooke vise la Lune

La technologie testée par NGC Aérospatiale ltée

L'une des technologies développées à Sherbrooke assurera de livrer une astromobile ou un atterrisseur exactement où on veut sur la Lune, selon Jean de Lafontaine, le président-directeur général de NGC Aérospatiale ltée.

Photo : Radio-Canada / Yannick Cournoyer

Radio-Canada

Un peu de Sherbrooke se retrouvera sur la Lune d'ici quelques années. Le Canada travaille à envoyer un robot sur la Lune dans le cadre du projet Gateway de la NASA, et l’entreprise de Sherbrooke NGC Aérospatiale ltée sera de la mission grâce à deux technologies qu’elle a développées.

L’astromobile qui sera envoyée sur la Lune sera équipée pour pouvoir se déplacer et y ramasser des informations.

L'une des technologies développées à Sherbrooke assure[ra] de livrer une astromobile ou un atterrisseur exactement où on veut sur la Lune, mais aussi de façon sécuritaire. Donc la première technologie, c’est l’équivalent du GPS qu’on a sur notre téléphone ou notre voiture, explique Jean de Lafontaine, le président-directeur général de NGC Aérospatiale ltée.

La deuxième technologie, c’est lors de l'atterrissage, on veut éviter les obstacles. On veut éviter les pentes trop raides, les roches, les crevasses…

Une citation de :Jean de Lafontaine, le président-directeur général de NGC Aérospatiale ltée.

Testés sur la Lune

La compagnie de Sherbrooke a reçu 1,2 million de dollars pour tester sa technologie avant le jour du lancement de l’astromobile. Au cours des prochaines années, le GPS et le système de navigation seront ainsi mis à l’épreuve dans l’environnement lunaire.

Si ça fonctionne au laboratoire, on veut le tester dans le vrai environnement lunaire. On a trois possibles véhicules qui vont nous amener sur la Lune, il y a en a déjà deux avec qui on a signé [...] et la troisième, on est en négociations, souligne Jean de Lafontaine.

Dans le futur, les technologies développées par NGC Aérospatiale pourraient être converties en un usage terrestre. Des drones pourraient par exemple être équipés du GPS sherbrookois pour livrer des vivres ou des médicaments dans des zones accidentées à la suite de catastrophes naturelles.

Avec les informations de Brigitte Marcoux

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !