•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le CISSS des Îles anticipe un déficit de 4,8 M$ pour 2021-2022

La façade de l'hôpital des Îles-de-la-Madeleine avec des voitures en avant-plan.

Près de 75% du déficit anticipé est lié à la main-d'œuvre indépendante et la hausse des coûts des médicaments (archives).

Photo : Radio-Canada / Isabelle Larose

Le Centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS) des Îles anticipe un déficit budgétaire frôlant les 4,8 millions de dollars pour l'exercice financier 2021-2022.

À l’instar de l’an dernier, un budget écrit à l'encre rouge a été adopté mercredi soir par le conseil d'administration du CISSS des Îles, bien que la Loi sur l'équilibre budgétaire du réseau public de la santé et des services sociaux édicte que les sommes affectées ne doivent pas excéder celles comprises dans l’enveloppe budgétaire reçue par Québec.

Près de 60 % du déficit projeté s'explique par l'embauche de main-d’œuvre indépendante dont les coûts prévus d’ici le 31 mars 2022 sont de 2,8 millions de dollars. Cette somme est 26 fois plus élevée que celle dépensée en 2017-2018 par le CISSS des Îles pour combler les besoins de personnel par des ressources externes.

L’évolution de la main-d’œuvre indépendante au cours des trois dernières années, elle a été exponentielle, explique le directeur des services administratifs du CISSS des Îles, Claude Cyr.

Il y a trois ans, on avait l’équivalent de deux postes à temps complet [pourvus par la main-d’œuvre indépendante], on est aujourd’hui à l’équivalent de 90 postes à temps complet.

Une citation de :Claude Cyr, directeur des services administratifs du CISSS des Îles

La présidente-directrice générale du CISSS des Îles, Jasmine Martineau, mentionne qu’un groupe de travail composé de plusieurs établissements de santé régionaux confrontés à un problème similaire se penche actuellement sur cet enjeu.

Le groupe de travail essaie de travailler avec le ministère sur des solutions pour diminuer la main-d’œuvre indépendante et essayer d’arriver à avoir du personnel plus stable dans nos établissements, affirme Jasmine Martineau.

Mme Martineau précise également que la pénurie de logements dans l’archipel est un enjeu qui exacerbe la pénurie de personnel. On avait recruté des professionnels qui ont finalement décliné notre offre d’emploi voyant qu’il n’était pas possible de trouver un hébergement qui répond à leurs besoins, affirme la PDG du CISSS des Îles. Ça vient influencer dans la capacité de recruter notre monde.

Hausse des coûts de médicaments et de dépenses récurrentes

Le déficit anticipé de 4,8 millions de dollars s'explique également par une hausse des frais de médicaments de 694 000 dollars. Selon le directeur des services administratifs du CISSS des Îles, le ministère de la Santé et des Services sociaux a toutefois remboursé ces augmentations dans le passé.

Le CISSS des Îles demande également un financement bonifié pour quatre postes budgétaires où les dépenses récurrentes dépassent de plus d'un million et demi de dollars le financement ministériel octroyé.

L’organisation note ainsi que l’indexation des coûts d'utilisation de logiciels est plus importante que les hausses octroyées par Québec, de même que les dépenses consacrées aux soins en domicile. De plus, le ministère de la Santé et des Services sociaux n’a pas financé l'ajout de postes de nuit en inhalothérapie et dans l’équipe de stérilisation des équipements visant à assurer une couverture 24 heures sur 24 de même que la création de postes de cadres rendus nécessaires, selon le CISSS, par la mise sur pied de nouveaux programmes et services.

Une personne verse une bouteille de pilule dans un laboratoire.

Le coût des médicaments utilisés en oncologie est en augmentation (archives).

Photo : Reuters / Chris Wattie

L'organisation compte principalement sur un rehaussement du budget initialement octroyé par Québec pour amoindrir le déficit prévu. Le CISSS des Îles a inclus à son rapport budgétaire 2021-2022 une lettre de déclaration expliquant les éléments constituant le déficit.

Ce sont des éléments qu’on adresse au ministère et on est confiant (sic) que ce sont des éléments tout à fait justifiés, affirme le directeur des services administratifs Claude Cyr. Les causes du déficit sont circonscrites. Ce sont des éléments qui sont précis comme champ de dépenses.

Par ailleurs, le CISSS des Îles présentera en juin ses états financiers finaux pour l'année financière 2020-2021. Un déficit de moins d'un million de dollars était attendu lors de la dernière mise à jour en avril, mais certains éléments budgétaires n'étaient alors toujours pas confirmés.

Une journée de vaccination pour les pêcheurs

Le Centre intégré de santé et de services sociaux des Îles offrira une journée de vaccination destinée spécifiquement aux pêcheurs madelinots, juste après la fin de saison de pêche au homard.

La date précise n'est pas encore connue, mais les cliniques de vaccination contre la COVID-19 prendront place simultanément à Bassin, Grande-Entrée et sur l'île centrale.

Un pêcheur sur un bateau met une cage à homard à l'eau.

Les pêcheurs auront droit à une journée de vaccination qui leur sera consacrée à la fin de la saison de pêche au homard (archives).

Photo : Crédit:Annie Vigneau

Selon la directrice des services multidisciplinaires et services de proximité du CISSS des Îles, les pêcheurs craignent que l’injection de leur deuxième dose nuise à leur saison de pêche.

Ce qui est noté dans la littérature, c'est que la deuxième dose peut donner plus d'effets secondaires, explique Caroline Mathieu. Alors, les pêcheurs qui travaillent tous les jours sauf le dimanche étaient un peu réticents à recevoir leur dose un dimanche, pour ne pas avoir d'impact sur leur saison.

On a décidé de reporter cette deuxième dose-là à la fin de la pêche pour éviter toute difficulté.

Une citation de :Caroline Mathieu, directrice des services multidisciplinaires et services de proximité

Par ailleurs, le CISSS des Îles planifie actuellement la vaccination des jeunes de 12 à 17 ans avec le Centre de service scolaire des Îles afin que les adolescents reçoivent une première dose du vaccin de Pfizer avant la fin de l’année scolaire, sans toutefois bouleverser la période d’examens.

Au total, 90 % des adultes madelinots ont reçu au moins une première dose de vaccin contre la COVID-19. De plus, 26 % des Madelinots de 18 ans et plus ont déjà reçu une deuxième injection.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !