•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

François Asselin contre-interrogé à son procès pour meurtres

François Asselin, accusé du meurtre non prémédité de son père, à son arrivée au palais de justice de Trois-Rivières.

François Asselin, accusé du meurtre non prémédité de son père, à son arrivée au palais de justice de Trois-Rivières.

Photo : Radio-Canada

Julie Grenon

Lors de son contre-interrogatoire, l’avocat de la Couronne, Me Benoit Larouche, a questionné François Asselin entre autres sur la raison pour laquelle il n’avait pas dénoncé ses victimes, son père Gilles Giasson et son collègue François Lefebvre, s’il les soupçonnait d’être des pédophiles.

Il a répondu : Je n'avais pas de preuve. Tout au long du contre-interrogatoire, Asselin a été moins précis que les jours précédents sur les événements. Ses réponses étaient parfois incohérentes. Il a répété plusieurs fois je ne suis pas sûr dans ses réponses.

François Asselin a répété que c’est son père qui lui avait demandé de le tuer. Questionné sur le fil des événements, Asselin a toutefois précisé que son père avait résisté lorsqu’il s’en est pris à lui.

L’accusé a décrit plus précisément l’homme vêtu de vêtements noirs qu’il a dit avoir vu dans les heures qui ont suivi le meurtre de son père. L’homme lui aurait dit : Tu as bien fait, continues ta mission . Selon Asselin sa mission était de l’emballer (son père) et de le jeter aux vidanges .

L’avocat de la Couronne lui a demandé si sa mission était aussi de nettoyer l’appartement, faire du lavage, jeter un divan tâché de sang et d’aller chercher les pilules de son père bien qu’il soit décédé. Asselin a répondu que ça ne faisait pas partie de la mission.

Maître Larouche a poursuivi son contre-interrogatoire en demandant à l’accusé s’il avait caché des informations aux médecins. Il a fait référence aux révélations qu’a faites Asselin lors de son interrogatoire au sujet de son père qui lui parlait pendant qu'il disposait de sa dépouille.

La Couronne a également questionné François Asselin sur sa consommation lors du meurtre de Gilles Giasson. Asselin a mentionné qu’il avait consommé du speed, de la marijuana, du hashish, du Jack Daniels, plusieurs bières. Me Larouche a soulevé plusieurs contradictions dans son scénario de consommation. Il aurait donné des versions différentes lors de différentes rencontres avec les médecins experts.

Plusieurs écrits en prison

François Asselin a écrit une très grande quantité de lettres et de livres durant sa détention. Une dizaine de lettres ont été déposées en preuve par la défense ce matin. François Asselin est accusé des meurtres non prémédités de son père Gilles Giasson et de son collègue de travail, François Lefebvre.

Il a d’ailleurs écrit une lettre à la famille de François Lefebvre pour s’excuser et se libérer l’esprit. J’ai honte, je regrette. Ils ont perdu un membre de leur famille et moi aussi. Je l’aimais mon père. J’aurais aimé mieux que mon père aille en prison plutôt que de le tuer. Je l’aurais attendu à sa sortie, a-t-il affirmé.

L’accusé prétend que son père lui aurait avoué être pédophile et avoir commis des agressions avant que François Asselin ne le tue.

Il a également écrit une lettre à sa propre famille pour les aider à faire leur deuil et à lui pardonner. Je ne me voyais pas dans le futur les affronter dans un party de Noël , a expliqué François Asselin.

En détention, il dit avoir beaucoup prié. J’ai eu l’illumination d’écrire , a-t-il déclaré.

Asselin a souligné qu’il n’avait pas eu de manquement disciplinaire à la prison depuis deux ans et demi. J’écris des chansons, je dessine et je m’entraîne dans la cour. Il a d’ailleurs chanté au jury une chanson de Noël qu’il a lui-même composée.

La Couronne a débuté son contre-interrogatoire en mi-journée. Rappelons que la défense entend démontrer que François Asselin n’est pas responsable des gestes qu’il a commis en raison de troubles mentaux.

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.