•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Rapport Greene : le CSFP entame un examen en profondeur de ses dépenses

Le Conseil scolaire francophone provincial est convaincu qu'il peut avancer des arguments solides pour s'opposer à un rapport qui recommande son abolition.

Un tableau sur lequel il y a des équations mathématiques à la craie.

Le Conseil scolaire francophone provincial remet en question l’idée que le gouvernement pourra économiser des millions de dollars en éliminant les commissions scolaires.

Photo : Radio-Canada / Josée Ducharme

À la lumière du rapport Greene sur la restructuration du gouvernement de Terre-Neuve-et-Labrador, le Conseil scolaire francophone provincial (CSFP) entreprend une analyse en profondeur de ses finances.

Le ministre de l’Éducation, Tom Osborne, en a fait la demande au CSFP et à la commission scolaire anglophone de la province depuis la publication du rapport Greene, une analyse indépendante qui recommande des compressions importantes au gouvernement provincial, dont l’abolition des deux commissions scolaires.

Même s'il lance cet examen de ses activités, le CSFP remet en question l’idée que le gouvernement pourra économiser plusieurs millions de dollars en éliminant les commissions scolaires.

Il n’y aurait pratiquement pas d’économies à réaliser en éliminant le conseil d’administration du conseil scolaire, car les conseillers et conseillères ne sont pas payés pour leurs services et la grande majorité de ses réunions se tient déjà en virtuel. Le CSFP est le seul conseil scolaire de langue minoritaire au Canada dont les conseillers et conseillères ne sont pas rémunérés.

Une citation de :Déclaration du Conseil scolaire francophone provincial

Il rappelle aussi l'importance du conseil scolaire pour la minorité linguistique.

L'abolition des conseils scolaires supprimerait un niveau essentiel de responsabilité à la disposition des parents. À l'heure actuelle, un parent qui a une plainte ou une suggestion peut la faire parvenir au CSFP, qui se consacre entièrement à l'enseignement en français et qui dispose des ressources pour régler le problème, ajoute le CSFP dans une déclaration publiée mercredi soir.

Si ce niveau de responsabilité était supprimé, les plaintes ou suggestions devraient être envoyées au ministre de l'Éducation et finiraient très probablement au bas de la liste des priorités, derrière le conseil scolaire anglophone beaucoup plus grand.

Le ministre n'écarte pas l'abolition du CSFP

Le ministre Osborne a réitéré jeudi qu’il n’écarte pas la possibilité de suivre la recommandation du rapport Greene et d’éliminer les commissions scolaires. Le rapport Greene indique que la recommandation pourrait économiser 12 millions de dollars par an au gouvernement.

Je leur ai indiqué clairement que nous nous attendions à un examen en profondeur des dépenses et une révision des activités, affirme-t-il.

Je pense qu’on peut dire que tout le gouvernement doit adopter une approche différente pour trouver des économies.

Une citation de :Tom Osborne, ministre provincial de l'Éducation

Le politologue à l'Université Saint-François Xavier, Yvon Grenier, souligne pourtant le rôle actif que le CSFP pourra désormais jouer alors que le ministre envisage les prochaines étapes.

C'est elle-même qui s’occupe de sa propre réforme, au lieu de remettre ça dans les mains du gouvernement ou dans les mains de technocrates qui ne connaissent rien de la réalité des francophones ni de la réalité de l'éducation dans la province, soutient M. Grenier.

J'ai l'impression que pourvu que la Commission montre une bonne volonté et donne un plan concret pour réduire les dépenses, je vois mal comment le gouvernement Furey pourrait rejeter tout ça et dire : "Non, non, on va vous abolir à la place".

Le ministre Osborne n’a pas indiqué si d’autres agences du gouvernement révisent leurs dépenses à la lumière du rapport Greene. Il n'a pas donné de date pour la soumission des analyses des deux commissions scolaires au gouvernement.

Le CSFP n'a pas répondu à nos demandes d'entrevue.

Le prochain budget provincial sera déposé à la Chambre d'assemblée lundi.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !