•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Doug Ford consulte avant de décider sur la réouverture des écoles en Ontario

Deux enfants traversent un passage pour piétons pendant qu'un agent tenant un panneau stop arrête la circulation routière.

Le gouvernement de l'Ontario réfléchit à un possible retour à l'école d'ici la fin de l'année scolaire.

Photo : CBC/Ben Nelms

Radio-Canada

Le premier ministre de l'Ontario demande à une multitude d'organismes sanitaires et de l'éducation leur avis sur la réouverture des écoles avant la fin de l'année scolaire. Il exige une réponse de leur part d'ici vendredi 17 heures.

Dans une lettre envoyée à une cinquantaine de destinataires dont des hôpitaux, des bureaux de santé publique, des pédiatres et les syndicats de l'éducation de l'Ontario, Doug Ford demande de peser le pour et le contre d'une réouverture des écoles avant le congé d'été.

« Notre priorité absolue est de nous assurer que toute décision que nous prenons concernant la réouverture des écoles est basée sur des avis scientifiques solides, un consensus et tient compte des risques potentiels ou futurs auxquels sont confrontés les étudiants et le personnel. »

— Une citation de  Doug Ford, premier ministre de l'Ontario dans sa lettre

Le premier ministre ne donne aucune date pour la décision à venir, mais demande aux récipiendaires de donner leur réponse avant 17 heures le 28 mai, peut-on lire dans la lettre que Radio-Canada a obtenue.

Le gouvernement provincial subit une pression accrue ces derniers jours sur le sujet, alors que la question de l'école en présentiel ne fait pas partie de sa feuille de route vers la réouverture de l'économie, à la faveur d'une situation sanitaire liée à la COVID-19 qui va en s'améliorant.

En avril, les écoles étaient à l'origine de plus d'éclosions que les lieux de travail ou n'importe quel autre endroit. C'est pourquoi nous voulons adopter une approche progressive pour un retour, ajoute le premier ministre en faisant référence à ce qui l'avait alors poussé à poursuivre l'enseignement en ligne.

Augmentation anticipée des cas de COVID-19 en cas de réouverture

Par ailleurs, il met en avant des données de modélisation préliminaires, qui seront publiées cette semaine, selon lesquelles une réouverture des classes pourrait occasionner entre 2000 et 4000 cas d'ici la fin du mois de juillet.

Dernièrement, une autre projection indiquait qu'une telle décision pourrait provoquer une hausse des nouvelles contaminations de 6 à 11 % à l'échelle provinciale.

La semaine dernière, M. Ford avait réitéré son souhait de maintenir l'enseignement à distance, insistant sur le fait qu'on ne peut pas se permettre une hausse de 11 % en ce moment.

Une classe vide avec, en avant-plan, une bouteille de désinfectant.

Les écoles ontariennes sont fermées depuis la relâche d'avril.

Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

Pour Mike Schreiner, leader Parti vert de l'Ontario, Doug Ford abdique entièrement sa responsabilité de premier ministre (...) en demandant aux autres de prendre les décisions pour lui.

Le Parti libéral avait quant à lui enjoint le premier ministre jeudi matin à consulter les médecins hygiénistes locaux, capables, selon Steven Del Duca, d'arriver à une décision locale appropriée.

Ces deux partis d'opposition rappellent par ailleurs leur volonté de voir des investissements être débloqués pour une meilleure ventilation des salles de classe.

Un besoin d'uniformiser?

L'opposition officielle a quant à elle répondu un peu plus tard. Andrea Horwath, chef du NPD de l'Ontario, fustige Doug Ford, qui a eu plusieurs mois pour élaborer un plan visant à garantir la réouverture des écoles en toute sécurité. C'est la fin du mois de mai, et seulement tout à l'heure, M. Ford a demandé des commentaires aux experts en santé et en éducation?

Interrogée par Radio-Canada, la politologue Geneviève Tellier se dit surprise que le premier ministre se sente le besoin d'envoyer une lettre. Pour elle, il pourrait s'agir d'un besoin d'uniformiser, alors que plusieurs médecins hygiénistes locaux et celui de la province, ainsi que plusieurs maires se sont prononcés en faveur d'un retour à l'école.

« C’est peut-être une façon de dire "ok on remet les compteurs à zéro, on regarde encore une fois les données, on prendra une décision par rapport à ça après". »

— Une citation de  Geneviève Tellier, politologue, à propos de la lettre de Doug Ford

La fin de l'année scolaire est prévue entre le 23 et le 29 juin, selon les différents conseils scolaires.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !