•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des archives inédites de survivants de l’Empress of Ireland refont surface

Le paquebot Empress of Ireland.

Le paquebot Empress of Ireland a coulé en quelques minutes au large de Sainte-Luce-sur-Mer durant la nuit du 29 mai 1914 (archives).

Photo : La Presse canadienne

Radio-Canada

Plus de 100 ans après le naufrage de l’Empress of Ireland, deux chercheurs québécois ont découvert par hasard des images d’archives encore inédites reliées à la pire catastrophe maritime de l’histoire du Canada.

C’est dans un lot de bobines de film 35 mm, acheté dans une vente aux enchères à Londres en juin 2020, que Louis Pelletier et Sébastien Hudon ont fait la découverte de cette archive.

L’état de conservation exceptionnel de ces extraits vidéo est un fait rare, qui ajoute à l’importance de la découverte selon eux.

La qualité de l’image fait en sorte qu’il y a une texture de l’émotion qui est très palpable dans les séquences. Notamment dans les échanges de regards, la façon dont la jeune fille se frotte le nez, pour se rassurer en se blottissant contre Crellin, explique le chercheur indépendant en histoire de l’art, Sébastien Hudon.

Source : Zoom out

Sur les images tournées à Québec en 1914, il est possible de voir la jeune Florence Barbour, 8 ans, dans les bras de son parrain Robert Crellin.

Ce dernier venait de lui sauver la vie, ainsi qu’à plusieurs autres personnes, lors du naufrage de l’Empress of Ireland au large de Rimouski dans la nuit du 29 mai 1914.

À la suite de ce drame, Florence Barbour est devenue orpheline en y perdant sa mère et sa sœur. Son père étant déjà décédé un an plus tôt.

Barbour et Crellin ont fait les manchettes des journaux nationaux et internationaux, qui étaient fascinés par cet acte de bravoure à travers toute l’horreur du naufrage.

C’est très rare de voir de la vidéo de cette époque-là. Surtout de la vidéo qui est en lien avec l’Empress of Ireland. [...] Cette portion là spécifique de Florence Barbour et de son parrain, on n'avait jamais vu ces images-là, c’est vraiment un petit 5 ou 6 secondes, mais bien précieuses, explique le directeur général du site historique maritime de la Pointe-au-Père, Serge Guay.

Une file de touristes devant le musée Empress of Ireland.

Des images que M. Guay souhaiterait par ailleurs ajouter à la collection de ce musée consacré au naufrage de l’Empress of Ireland.

Photo : Radio-Canada / Alain Fournier

L’extrait de film trouvé faisait partie d’un journal d’actualité filmé présenté tout juste avant les représentations dans les cinémas à l’époque. Toutefois, la façon dont cette archive a pu traverser l’épreuve du temps jusqu’à aujourd’hui reste un mystère pour les chercheurs.

La provenance est un peu mystérieuse, on ne sait pas qui a conservé ça entre 1914 et 2020. On ne sait pas non plus pourquoi, vers 1914, quelqu’un a coupé cet extrait-là du bulletin d'information, raconte Louis Pelletier, chercheur en résidence à la Cinémathèque québécoise.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !