•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les Oilers ont raté une marche dans leur ascension

Un bulletin détaillé des performances des joueurs des Oilers cette saison

Les joueurs des Oilers et des Jets se donnent la main au centre de la patinoire.

Les Jets ont éliminés les Oilers d'Edmonton en quatre rencontres.

Photo : Getty Images / David Lipnowski

C’est ce dont tout le monde se souviendra dans quelques années et c’est ce que les gens qui n’ont pas regardé la série entre les deux équipes retiendront.

Lors de son bilan de saison, le directeur Ken Holland a dit qu’il était très déçu de voir son équipe être éliminée si rapidement.

C’est certain que je suis déçu, nous n’avons pas remporté la Coupe Stanley, a-t-il mentionné lors d’une rencontre par visioconférence.

Il ajoute cependant que quand une équipe se fait balayer, c’est habituellement parce qu’elle n’est pas en mesure de rivaliser avec son adversaire. Ça a été différent dans le cas des Oilers.

Trois des quatre matchs ont nécessité une prolongation (trois périodes de prolongation pour le quatrième match) et l’autre s’est terminé par le pointage de 4-1, avec deux buts marqués dans un filet désert.

L’équipe a donc rivalisé avec les Jets lors de chacun des quatre matchs, sans toutefois réussir à remporter l’un d’entre eux.

Ken Holland lors d'une conférence de presse

Ken Holland dresse un bilan positif de la saison des Oilers

Photo : Radio-Canada

Le Programme

Dans leur plan pluriannuel, les Oilers n’avaient pas prévu remporter la Coupe Stanley cette saison. C’est pourquoi, par exemple, Ken Holland n’a pas fait l’acquisition d’un gardien pour épauler Mike Smith à la date limite des échanges. Holland a affirmé que son équipe n’était pas à deux ou trois échanges de préparer un défilé dans les rues d’Edmonton. Il dit qu’il faut respecter le plan établi, ce que lui appelle Le Programme .

Selon le plan cependant, les Oilers devaient être en mesure d’acquérir de l’expérience en série éliminatoire cette année et pour ce faire, ils devaient remporter une ou deux séries. L’élimination hâtive de l'équipe n’est donc pas une catastrophe. Elle a seulement raté une marche dans l’ascension qui doit, la mener d’ici les trois prochaines années à une conquête de la Coupe Stanley.

Une bonne saison

Les Oilers ont connu une bonne saison. Connor McDavid et Leon Draisaitl ont encore une fois pris les deux premiers rangs des marqueurs de la LNH.

L’avantage numérique de l’équipe a terminé au premier rang pour une deuxième saison consécutive et en infériorité numérique l’équipe s’est classée parmi les 10 meilleures de la ligue. Surtout, les Oilers ont fait preuve de caractère en trouvant de nouvelles façons de gagner. Lors des années précédentes, rarement l’équipe arrivait à revenir de l’arrière pour remporter des matchs et elle avait rarement le dessus dans les matchs à caractère défensif.

Évaluation annuelle

L’heure est venue d’évaluer les joueurs des Oilers pour leurs performances sur la patinoire.

ATTAQUANTS:

Connor McDavid : A+

McDavid a remporté le Trophée Art-Ross remis au meilleur marqueur de la LNH. Il devrait aussi mettre la main sur le Trophée Hart remis au joueur le plus utile à son équipe et le Trophée Ted-Lindsay remis au meilleur joueur selon ses pairs. Avec une récolte de 105 points en 56 parties, il a prouvé qu’il était encore capable d’élever son niveau de jeu.

Leon Draisatl tout souriant se prépare à prendre McDavid dans ses bras pour le féliciter.

Connor McDavid et Leon Draisaitl ont encore une fois été les meilleurs joueurs des Oilers cette saison.

Photo : usa today sports / Perry Nelson

Leon Draisaitl : A+

Souvent critiqué pour son jeu défensif, il s’est énormément amélioré, comme en fait foi sa fiche de +29 (ce qui signifie qu’il a été sur la patinoire pour 29 buts de plus de son équipe que de l’adversaire à forces égales). Il a démontré depuis deux saisons qu’il peut jouer avec ou sans Connor McDavid et être productif. Ses 15 buts en avantage numérique sont un sommet dans la LNH.

Jesse Puljujarvi : A-

Puljujarvi est la preuve qu’il ne faut jamais dire jamais. Celui qui avait dit qu’il ne voulait plus jouer pour les Oilers et qui avait quitté la LNH pour aller jouer une saison en Finlande est revenu sur sa décision et a été une force pour l’équipe cette saison. Il a récolté 15 buts et 10 aides. Ses 25 points le placent devant Patrik Laine et Pierre-Luc Dubois, repêchés avant lui lors du repêchage de 2016.

Ryan Nugent-Hopkins : C +

Nugent-Hopkins écoulait la dernière année de son contrat et les attentes envers lui étaient très élevées. Même s’il a passé presque toute la saison aux côtés de Connor McDavid ou de Leon Draisaitl, il n’a amassé que 35 points, dont seulement 15 à forces égales. S’il jouait au football, il serait le joueur parfait au sein des unités spéciales. Il représente une menace constante en supériorité numérique et il excelle en infériorité numérique. Il est polyvalent, peut jouer au centre ou à l’aile, mais compte tenu de son salaire de 6 M$ par saison, il devrait être plus productif.

L'attaquant des Oilers d'Edmonton, Jujhar Khaira, célèbre son but contre le Canadien de Montréal lors d'un match au Centre Bell.

Jujhar Khaira a été un joueur important pour les Oilers

Photo : Getty Images / Minas Panagiotakis

Jujhar Khaira : C

Après un début de saison difficile où il a été cédé au ballottage et placé au sein de l’équipe d’entraînement, il est revenu en force et s’est vu attribuer plus de responsabilités au sein de la formation. Il ne représente pas une menace à l’attaque, mais sa robustesse et son jeu défensif ont fait de lui un joueur important pour les Oilers cette saison.

Josh Archibald : C

Joueur polyvalent, il dérange l'adversaire quand il est sur la patinoire. Malgré sa petite taille et son temps de jeu limité, il a pris le cinquième rang dans la LNH pour le nombre de mises en échec avec 192, soit une moyenne de 3,7 par match.

Devin Shore : C

Il a rendu de fiers services à l’équipe en infériorité numérique, mais a connu moins de succès à cinq contre cinq.

Tyler Ennis : C

Sa vitesse pourrait être un atout pour les Oilers, mais il n’a pas été beaucoup utilisé (30 matchs).

Kailer Yamamoto lors d'un match

Kailer Yamamoto a connu une saison difficile.

Photo : Getty Images / Rich Lam

Kailer Yamamoto : C-

Après son rappel la saison dernière, il avait récolté 26 points en 27 parties. Cette saison, il a été limité à 21 points en 52 matchs. Quatrième attaquant le plus utilisé, il a passé la saison au sein d’un des deux premiers trios. Il n’a inscrit qu’un seul but à ses 25 derniers matchs. Il doit être plus productif.

Dominik Kahun : C-

Comme Yamamoto, il a passé presque toute la saison au sein d’un des deux premiers trios. En Allemagne il y a quelques années, aux côtés de Leon Draisaitl, il avait amassé 206 points en 30 parties. Cette saison, il a été invisible la plupart du temps, se limitant à une production de 15 points.

Gaëtan Haas : C-

Haas a raté le début de saison en raison de la COVID-19. À son retour, il a démontré qu’il pouvait être un joueur important en infériorité numérique. Il pourrait être le fameux joueur de centre droitier que recherchent les Oilers, mais il n’a remporté que 45,4 % de ses mises en jeu et sa contribution à l’attaque est trop minime pour qu’il soit considéré comme un joueur essentiel au futur des Oilers.

Alex Chiasson : C-

Chiasson a été un élément important de l’avantage numérique des Oilers. Il n'a amassé que sept points avec l’avantage d’un homme, mais son rôle devant le filet adverse permet aux autres joueurs de l’équipe de marquer. À forces égales il n’a récolté que neuf points. Il présente le deuxième pire différentiel de l’équipe à -10.

Alex Chiasson félicite James Neal qui vient de marquer.

Les vétérans Alex Chiasson et James Neal ont vu leur rôle diminuer au sein des Oilers.

Photo : La Presse canadienne / CODIE MCLACHLAN

James Neal : D-

Ça a été une saison frustrante pour Neal qui a été touché par la COVID-19 et qui n’a jamais semblé être remis à 100 %. Il a été limité à 10 points en 29 matchs.

Zack Kassian : D-

Ça a été une saison difficile pour Kassian qui s’est blessé à deux reprises et qui a raté la moitié du calendrier. Après avoir perdu sa place au sein du premier trio, il n’a récolté que cinq points en 27 parties. Décevant pour un joueur qui a signé un contrat de quatre saisons à 3,2 M$ par saison.

Kyle Turris : D-

Les Oilers ont pris un risque en lui offrant un contrat lors de la dernière saison morte. Il aurait pu relancer sa carrière, mais cela n’a pas été le cas. Il n’a joué que neuf des 38 derniers matchs de l’équipe. Il présente le pire différentiel de la formation à -11.

Ryan McLeod

Rappelé en fin de saison, il n’a pas été en mesure de répéter le succès offensif qu’il a connu dans la Ligue américaine (28 points en 28 matchs). Avec les Oilers, il n’a récolté qu’une aide en 10 parties. Il a néanmoins démontré qu’il était prêt pour la LNH.

DÉFENSEURS

Darnell Nurse des Oilers bataille avec Tanner Pearson des Canucks pour l'obtention de la rondelle.

Darnell Nurse a prouvé cette saison qu'il pouvait être un défenseur numéro un

Photo : La Presse canadienne / JONATHAN HAYWARD

Darnell Nurse : A+

Nurse a su profiter de l’absence d’Oscar Klefbom pour s'imposer comme défenseur numéro un de la formation. Il arrive au quatrième rang dans la LNH pour la moyenne de temps par match sur la patinoire sans jouer au sein de la première unité en avantage numérique. Il a pris le deuxième rang pour les buteurs de la ligue parmi les défenseurs (16) et le deuxième rang pour les points récoltés à forces égales (29). Son différentiel de +27 le place au septième rang dans la ligue.

Adam Larsson : A

Larsson s’est démarqué cette saison par sa constance. En plus d’être le meilleur défenseur défensif de l’équipe, il a égalé son plus haut total de buts en une saison (4). Larsson a pris le deuxième rang dans la LNH au chapitre des tirs bloqués et le cinquième pour le nombre de mises en échec. Il est un des meneurs silencieux des Oilers. Il est maintenant joueur autonome sans compensation.

Tyson Barrie : A

Barrie a accepté de signer à bas prix avec les Oilers afin de relancer sa carrière, il peut dire mission accomplie. Il a pris le premier rang des marqueurs parmi les défenseurs de la LNH avec 48 points. Joueur autonome sans compensation, il commandera probablement un salaire trop élevé pour les Oilers la saison prochaine.

Ethan Bear des Oilers tente de s'emparer de la rondelle dans un match face aux Jets.

Ethan Bear devient meilleur en défense

Photo : Getty Images / Codie McLachlan

Ethan Bear : B+

Sa contribution offensive a chuté par rapport à la saison précédente, mais son jeu défensif s’est amélioré.

Kris Russell : B

Même s’il n’a joué que 35 matchs, il a réussi à se hisser au 50e rang dans la LNH pour le nombre de tirs bloqués. Il a aussi pris le quatrième rang des marqueurs au sein des défenseurs des Oilers.

Evan Bouchard : B-

Difficile d’évaluer Bouchard, car il n’a joué que 14 rencontres. Utilisé pour la première fois lors du 12e match de la saison, il a tellement bien joué que ça a été impossible pour Dave Tippett de le retirer de la formation. Il a connu un match difficile quand on lui a demandé de jouer du côté gauche au lieu du côté droit et on ne l’a presque pas revu par la suite. Il est prêt pour la LNH est sera un défenseur régulier l’an prochain.

Caleb Jones : C

Il a connu de bons moments et d’autres moins bons. Il est encore jeune et poursuit son développement. Il pourrait être le joueur que perdront les Oilers aux mains du Kraken de Seattle lors du repêchage d'expansion.

William Lagesson : C-

Comme Jones, il poursuit son développement et n’est pas parfait tous les soirs. Il n’a disputé que 19 matchs, mais les Oilers l’estiment suffisamment qu’ils n’ont pas osé le soumettre au ballottage afin de l’envoyer au sein de l’équipe d’entraînement.

Slater Koekkoek : D+

Il a été blessé durant une bonne partie de la saison, il a été limité à 18 matchs. Sa présence au sein de l’équipe devait améliorer le jeu défensif, mais il présente un différentiel de -7, le pire chez les défenseurs de l’équipe à égalité avec Jones.

GARDIENS

Mike Smith : A+

À genoux sur la glace, le gardien Mike Smith fait un arrêt plongeant sur Kyle Connor, qui envoie un nuage de neige vers le filet des Oilers.

Mike Smith a connu une saison exceptionnelle.

Photo : La Presse canadienne / JASON FRANSON

Le vétéran gardien a connu une de ses meilleures saisons dans la LNH. Si les Oilers lui ont offert un contrat en début de saison, c’était pour être l’adjoint de Mikko Koskinen. Dès son retour au jeu après une blessure en début de saison, il est devenu le numéro un incontestable de l’équipe.

Mikko Koskinen : C-

S’il y a une chose que les Oilers ont apprise avec Mikko Koskinen, c’est qu’il est meilleur quand il obtient des périodes de repos. La blessure de Mike Smith en début de saison a forcé l’équipe à faire jouer Koskinen 10 matchs en 18 jours. Il a été meilleur après le retour de Mike Smith, mais a connu des ennuis en fin de saison. Son contrat est valide pour une autre saison, mais pourrait être racheté par l’équipe.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !