•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

LHJMQ : fin d'une saison pas comme les autres dans les Maritimes

Les Islanders s'inclinent en demi-finale. Retour sur un long parcours marqué par la COVID-19 pour les six équipes des provinces maritimes.

Joueur au visage triste enlace un gardien de but.

Beaucoup de tristesse dans le camp des Islanders de Charlottetown. Le défenseur Noah Laaouan, tente de réconforter son coéquipier, Colten Ellis.

Photo : Jonathan Roy / LHJMQ

François Le Blanc

Avec l'élimination des Islanders de Charlottetown, il ne reste plus d'équipe des Maritimes encore en lice en séries de la Ligue de hockey junior majeur du Québec (LHJMQ). C'est la fin d'une saison très éprouvante pour les joueurs.

Ici, à Charlottetown, ç'a été deux belles années, dit Cédric Desruisseaux, la voix étranglée par un sanglot.

On peut comprendre l'émotion de l'attaquant des Islanders, dans la conférence de presse après le 5e match, mardi soir.

Les Tigres de Victoriaville ont battu les Islanders par la marque de 2 à 0, pour remporter la demi-finale de la LHJMQ en 5 parties.

Joueurs sur la glace.

Cédric Desruisseaux tente de marquer le but égalisateur contre Nikolas Hurtubise des Tigres.

Photo : Jonathan Roy / LHJMQ

On a donné tout ce qu'on avait, mais ce n'était pas assez pour sortir avec la victoire, ajoute-t-il, tout aussi triste.

Comme joueur de 20 ans, c'est donc par une défaite que sa carrière junior majeur se termine. Mais, ce dernier match marque aussi la fin des sacrifices faits par lui, ses coéquipiers et le personnel des équipes pour permettre d'avoir une saison de hockey.

Je retiens notre ténacité. Si tu m'avais dit, au début de la saison, qu'on aurait passé plus de 100 jours en isolement, je ne t'aurais pas cru. Mais, on est passé au travers. Avec la saison qu'on a eue, 35 victoires et cinq défaites, on a perdu dans le cinquième match de la demi-finale, c'est quand même assez extraordinaire.

Une citation de :Cédric Desruisseaux, attaquant, Islanders de Charlottetown

Loin des amis, loin des copines, loin des parents

La centaine de jours d'isolement, c'est en raison d'un resserrement des conditions de jeu, même lorsque l'équipe était à Charlottetown.

Cet hiver, les joueurs n'allaient que de leur lieu de résidence à l'aréna. Études à la maison, entraînement à la patinoire.

Loin des amis, loin des copines, loin des parents.

Aréna vide avec joueurs sur la glace.

Charlottetown... Québec? Les Islanders devaient, en raison des restrictions sanitaires, jouer leurs parties dites locales dans l'environnement protégé au Centre Vidétron à Québec.

Photo : Jonathan Roy / LHJMQ

Puis, en séries éliminatoires, les Islanders ont joué les matchs de quart-de-finale et de demi-finale dans un environnement protégé au Québec, alors que, habituellement, en vertu de leur première place au classement général, ils auraient été en droit de disputer ces séries à Charlottetown.

Durant la saison, l'équipe n'a eu que le Cap-Breton et Halifax comme adversaires. Elle n'avait pas le droit de jouer contre les formations néo-brunswickoises, pourtant plus proche de l'archipel. Mais, restrictions sanitaires obligent, il fallait s'y plier.

Tout pour jouer. Tout pour éviter le virus.

J'ai passé plus de 25 ans dans le hockey et c'est le groupe dont je suis le plus fier, déclare Jim Hulton, directeur général et entraîneur-chef des Islanders. Après tout ce qu'ils ont vécu cette année, ils ne se sont jamais plaints.

Joueurs réconfortants un autre joueur.

Après la partie, Colten Ellis était triste de voir se terminer sa carrière junior majeur. Il détient plusieurs records de la LHJMQ.

Photo : Jonathan Roy / LHJMQ

Le junior majeur, c'est une école de vie, souligne Desruisseaux. Cette année leur a permis d'en apprendre beaucoup sur la vie.

Les matchs étaient disputés sous le format d'environnement protégé, surnommé une bulle au Québec. Bien que l'expérience fut difficile, les joueurs sont reconnaissants.

Il y avait des tests effectués tous les trois jours et les joueurs devaient, la plupart du temps, demeurer dans leur chambre.

Ils ont organisé cela avec professionnalisme. Ils nous ont permis de jouer le sport qu'on aime. C'était important, surtout pour les joueurs de 20 ans. Merci n'est pas un mot assez fort. Nous avons été résilients.

Une citation de :Thomas Casey, attaquant des Islanders

Les Islanders ont tout de même connu une saison exceptionnelle : seulement huit défaites en 48 parties, si on inclut les éliminatoires.

Deux joueurs sur la patinoire.

Lukas Cormier, de Charlottetown, surveille de près Félix-Antoine Marcotty, d'Acadie-Bathurst durant la saison.

Photo : Tyson Gray / Titan d'Acadie-Bathurst

Cédric Desruisseaux a été le champion compteur de la Ligue. D'ailleurs, quatre joueurs de la capitale insulaire ont les quatre meilleurs marqueurs du circuit.

  1. Cédric Desruisseaux 78 points
  2. Thomas Casey 74 points
  3. Brett Budgell 58 points
  4. Lukas Cormier 54 points

Lukas Cormier, originaire de Sainte-Marie-de-Kent, au Nouveau-Brunswick, a été le meilleur défenseur de la LHJMQ.

Mais toute bonne chose a une fin.

Mercredi matin, le groupe s'est séparé une dernière fois. Les joueurs du Québec sont retournés directement à la maison tandis que ceux des Maritimes ont pris le chemin du retour avant de se mettre en quarantaine à la maison.

Et maintenant, qui encourager pour la finale?

La LHJMQ est la seule ligue à avoir tenu une saison et des séries éliminatoires. La coupe du président sera remise à Val-d'Or ou à Victoriaville dans une semaine. Il pourra même y avoir des spectateurs pendant la finale.

Les représentants de l'Atlantique sont peu nombreux au sein des Foreurs et des Tigres.

Jordan Spence patine avec la rondelle.

Le joueur Jordan Spence, des Foreurs, a grandi à l'Île-du-Prince-Édouard.

Photo : Jonathan Roy-Sauvegeau / LHJMQ

Avec ses origines diverses, le défenseur Jordan Spence fait la fierté des habitants de Cornwall, à l'Î.-P.-É. La thérapeute Mélanie Landry est native de la région de Saint-Jean, mais a grandi à Memramcook.

Les partisans des Wildcats se sont attachés à Spence et aussi à Jakob Pelletier, qui a porté le gilet monctonien pendant 3 ans.

Un attaquant en contrôle de la rondelle tente de déjouer un défenseur.

Le capitaine des Foreurs, Jakob Pelletier, a aussi porté les couleurs des Wildcats de Moncton.

Photo : LHJMQ, Jonathan Roy

Ceux des Sea Dogs voudront encourager Maxim Cajkovic, le Slovaque qui a joué pendant deux saisons à Saint-Jean.

Chez les Tigres, Shawn Element a passé 1 an avec le Titan d'Acadie-Bathurst et les Eagles du Cap-Breton. Brooklyn Kalmikov a porté les couleurs des Eagles pendant trois ans et demi.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !