•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les fermes d’élevage associées à un virus qui touche le saumon quinnat

Des saumons sous l'eau.

Le saumon quinnat, aussi appelé saumon Chinnok, est particulièrement susceptible à un virus qu'on retrouve dans les fermes d'élevage du saumon de l'Atlantique.

Photo : getty images/istockphoto / DaveAlan

Une analyse génomique publiée dans le journal Science Advances démontre la transmission de l’orthoréovirus pisciaire des saumons de l'Atlantique des fermes d'élevage le long des côtes de la Colombie-Britannique aux saumons quinnat à l'état sauvage.

L'étude de l'Université de la Colombie-Britannique (UBC) et de l'Initiative stratégique pour la santé du saumon (SSHI) (Nouvelle fenêtre) (en anglais), un partenariat entre Pêches et Océans Canada (MPO), Genome BC et la Pacific Salmon Foundation, constate que le virus est pratiquement omniprésent dans les fermes d’élevage de la côte ouest.

Une des informations fournies par Pêches et Océans concernant ce virus est qu’il est endémique, c'est-à-dire natif de la région et stable, explique l’auteur principal, Gideon Mordecai, chercheur postdoctoral à l'UBC.

Cependant, ma recherche démontre que c’est incorrect, dit Gideon Mordecai. Nous savons maintenant que le virus a été introduit dans la région et que sa présence est en hausse.

Les chercheurs ont séquencé 86 génomes de l’orthoréovirus pisciaire et, ainsi, réussi à étudier l’évolution du variant qu’on retrouve dans le Pacifique.

Le virus aurait ainsi fait son apparition il y a une trentaine d'années avec l’introduction des fermes d’élevage de saumon de l’Atlantique.

On pense qu’avec la présence de fermes d’élevage les risques de transmission augmentent, explique Gideon Mordecai. Plus on se rapprochait des fermes d’élevage pour recueillir des échantillons de saumon Chinook, plus les risques qu’ils soient infectés étaient grands.

Plusieurs dizaines de manifestants avec des affiches où il est écrit en anglais : « Cessez d'utiliser le saumon chinook comme outil de négociation. »

Le déclin des stocks de saumon le long de la côte ouest a mené à plusieurs manifestations visant à protéger les pêches et mettre fin aux fermes d'élevage. (2019)

Photo : Radio-Canada

Alors que, chez le saumon de l’Atlantique, le virus est associé à des lésions cardiaques, dans le Pacifique, il mène à des lésions rénales et hépatiques qui peuvent s’avérer mortelles chez le saumon quinnat.

Douze des treize populations de saumon quinnat du fleuve Fraser sont en péril, et Ottawa a mis en place des mesures pour freiner le déclin des populations en juin 2020.

Cela a des conséquences, étant donné que ce saumon est en déclin, affirme le chercheur. Cela a des conséquences écologiques sur les épaulards et les ours qui se nourrissent de saumon.

Des fermes en déclin

Ottawa s’est engagé à mettre fin à l’élevage du saumon de l’Atlantique dans les eaux de la Colombie-Britannique d’ici 2025, en raison des risques que ces élevages présentent pour le saumon du Pacifique. Des consultations en vue d’atteindre cet objectif ont eu lieu cet hiver.

Selon les données fédérales, on dénombre environ 130 fermes d’élevage, concentrées dans les environs de l'île de Vancouver.

Une entreprise piscicole dans les îles Discovery, en Colombie-Britannique.

Une entreprise piscicole dans les îles Discovery, en Colombie-Britannique.

Photo : Offerte par Mowi

En décembre dernier, le gouvernement fédéral a aussi annoncé que les permis d’exploitation des 19 fermes d’élevage dans les eaux des îles Discovery ne seront pas renouvelés et que celles-ci devront avoir vidé leurs enclos de poisson le 30 juin 2022.

Ce secteur faisait l’objet d’une attention particulière, car il s’agissait d’une des 75 recommandations faites par la Commission d'enquête Cohen pour protéger le saumon rouge du fleuve Fraser, une autre espèce de saumon menacée.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !